LA FAUNE
DE LA CHARENTE
(16)

par "Marie51"



Marie51 vous entraine maintenant à la découverte de la Faune, qui vit en Charente, en région Poitou-Charentes, en France. Vous y découvrirez ses nombreux Mammifères, ses Batraciens, ses Oiseaux sauvages, ses Poissons et ses Insectes.

== LES INSECTES== :

- LA LIBELLULE :


La Libellule fait partie de la Faune qui vit dans le département de la Charente. On la retrouve surtout près des points d'eau saumâtres, oû elle aime se reproduire.

- L'ABEILLE :


L'abeille sert à polléniser les fleurs, en Charente. Ses pires ennemis sont les pesticides et les insecticides.


== LES MAMMIFERES== :

- LA LOUTRE :


La Loutre est un petit mammifère, qui fait partie des espèces protégés, en France et que l'on peut apercevoir dans le département de la Charente, en France. La loutre n’est en rien responsable de la disparition des poissons car elle s’attaque principalement, aux proies malades ou aux proies les plus abondantes. La loutre de mer se sert d'outils tels que des galets et pierres pour briser les coquillages trop résistants en les frappant sur son abdomen. En France, on comptait 50 000 individus au début du XXe siècle et à peine 1 500 en 1980. Depuis son inscription, en 1981, dans la liste des espèces protégées, la population de la loutre est remontée à 2 ou 3 000 individus en 2010, ce qui lui a permis de recoloniser des rivières où elle avait disparu
La femelle garde ses petits auprès d'elle jusqu'à l'age de 6 mois. La Loutre peut rester jusqu'à 8 minutes sous l'eau, en apnée. Elle mange jusqu'à 1 kg par jour, les petits 700 grammes. Son régime alimentaire est composé de 50 % à 90 % de poissons, le reste par des batraciens, de petits mammifères, des crustacés et même parfois d’oiseaux. Ses pattes puissantes sont palmées à l'avant et à l'arrière. La loutre ne dispose pas d'une épaisse couche de graisse sous la peau. Son pelage est composé de poils courts et longs, qui s'emboîtent et qui l'isolent du froid.


- LE VISON D'EUROPE :


On trouve aussi parmi la faune de la Charente, le Vison d'Europe. Le vison d'Europe (Mustela lutreola) est un petit mammifère carnivore, de la Famille des mustélidés vivant en Europe. Il se nourrit de grenouilles, de petits mammifères (rats et campagnols amphibies), d'oiseaux, d'œufs et de poissons. C'est une espèce menacée qui est en voie de disparition. Le vison d'Europe exploite un domaine vital qui s'étend sur 2 à plus de 13 km de cours d'eau. Les femelles, plus sédentaires, ont des territoires plus restreints que ceux des mâles dont certains ont été capturés deux fois à 44 km et à 72 km de distance, ayant changé de rivière et de bassin versant. L'accouplement a lieu en janvier ou février et, après une gestation de 35 à 72 jours (possibilité d'ovo-implantation différée), les naissances ont lieu de mars à juin avec 2 à 7 jeunes qui sont allaités environ 10 semaines et se séparent de leur mère à la fin de l'été. Il n'y a qu'une à deux portée par an. Le vison d'Europe est capable de s'accoupler avec son proche parent génétique, le putois d'Europe et les hybrides s'avèrent fertiles. Sa disparition devient préoccupante car il n'occupe plus que quelques départements français en Aquitaine et Poitou-Charentes. La douceur de sa fourrure était très recherchée autrefois, pour faire des manteaux aux femmes en quête d'élégance.


- LE RAGONDIN :


Le Ragondin fait partie de la Faune qui aime vivre, dans le département de la Charente, en France. Le Ragondin appelé aussi le Myocastor coypus, est un mammifère de la Famille des Myocastoridae, la seule espèce actuelle du genre Myocastor. Ce gros rongeur est originaire d'Amérique du Sud. Il a été introduit en Europe au XIXe siècle, pour l'exploitation de sa fourrure, bon marché. Tous les individus présents en Europe proviennent d'évasions ou de lâchés volontaires. On vend du paté de myocastors aujourd'hui.


- LE SANGLIER :


Le Sanglier fait partie de la Faune qui vit en Charente, en région Poitou-Charente, en France. Le Sanglier est un mammifère omnivore, forestier. Le genre Sus appartient à la famille des suidés, dans l'ordre des Artiodactyla ou des cétartiodactyles. Une femelle de sanglier est une laie, un jeune sanglier âgé de moins de six mois, à la livrée rayée, est un marcassin. Un jeune sanglier âgé de six mois à un an, qui a perdu sa livrée de marcassin, est appelé une bête rousse; un mâle adulte, est une bête noire, une bête de compagnie à un an ; un ragot à deux ans ; un tiers-an, ou tiers-ans, à trois ans; un quartanier, ou quartannier, de 4 à 5 ans . Un vieux sanglier est agé de 6 ans ; et un grand vieux sanglier de 7ans ans et plus. Un solitaire est un sanglier qui vit seul. Afin de se protéger des parasites et pour se rafraîchir, le sanglier aime se rouler ou de se baigner dans la boue, dans une « souille ». Puis il se frotte avec énergie contre les troncs d'arbres proches, pour se débarrasser des parasites, réguler sa température corporelle et marquer son territoire. Il aime dormir dans de petites dépressions du sol, sèches, bien dissimulées, nommées « les bauges ». Une harde compte de six à vingt individus mais peut atteindre une centaine de sangliers. Une laie sentant du danger pour ses marcassins, peut se montrer dangereuse et charger, ou attaquer un chien, de même qu'un adulte blessé. Irrité, un sanglier claque violemment des dents, on dit qu'il « casse la noisette ». Le sanglier, omnivore et fouisseur, consomme de très nombreuses parties de végétaux (tubercules, rhizomes, fruits dont les glands et les noix, céréales, etc.), des champignons comme la truffe ou la truffe de cerf, divers animaux (vers, mollusques, insectes, larves, petits mammifères, lissamphibiens, oiseaux et autres sauropsides) morts ou vivants. Le rut s'étale d'octobre à janvier avec une activité importante dans les mois de novembre et décembre. La gestation dure 3 mois, 3 semaines, 3 jours (soit 114 à 116 jours), la laie met bas dans le chaudron (une excavation plus ou moins aménagée dans la végétation basse) de 2 à 10 marcassins aux yeux ouverts. Le nombre de petits est corrélé au poids initial de la femelle (40 kg : deux petits, 60 kg : quatre petits) Les petits sont allaités 3 à 4 mois. Le jeune sanglier est capable de de subvenir à ses propres besoins vers 6 mois, mais il demeure dans le groupe familial encore 1 à 2ans. Le sanglier peut se montrer nécrophage. En France, les chasseurs tuent chaque année, 500 000 sangliers.

* LE CHEVREUIL :


Le Chevreuil fait partie de la Faune qi vit en Charente, en région Poitou-Charente, en France. Sa chasse est régularisé au bracelet.


== LES BATRACIENS :

- LA RAINETTE :


La Rainette est un petit batracien, que l'on peut apercevoir près des mares ou rivières, parmi la Faune qui vit en Charente, en France. Leur alimentation est composée d'insectes et autres invertébrés, mais certaines espèces, plus importantes en taille, peuvent se nourrir de petits vertébrés. La ponte a lieu dans les mares, étangs ou flaques d'eau mais également dans de petites cavités remplies d'eau comme les trous d'arbres ou le cœur de plantes comme les broméliacées. Mais il existe de nombreux autres modes de reproduction. C'est ainsi que certaines espèces pondent sur la face interne de feuilles surplombant un plan d'eau, les têtards tombant alors dans l'eau lors de l'éclosion. D'autres préfèrent les cours d'eau rapide. Les têtards présentent des ventouses leur permettant de se fixer sur les rochers. Leurs yeux, tournés vers l'avant, leur permettent d'avoir une vision binoculaire. Leurs doigts et orteils sont pourvus de pastilles adhésives ce qui leur permet de grimper aisément sur les végétaux.


- LE CRAPAUD :


Le Crapaud est un petit batracien qui vit, lui aussi, parmi la faune en Charente, en région Poitou-Charente, en France. Les crapauds sécrètent, déjà à l'état de têtard, des venins qui contiennent des agents toxiques, voire certains, hallucinogènes, qui les protègent de nombreux prédateurs. La peau du crapaud est plus épaisse et résistante à la déshydratation et aux blessures.Son ancètre commun, d'origine sud-américain, date de 10 Millions d'années. Le crapaud a, depuis, envahi toute la Terre, pratiquement.


- LA SALAMANDRE :


La Salamandre est un petit batracien qui aime vivre parmi la Faune de la Charente, en France. Elle marche de façon pataude. Sa peau noire est tachetée de taches jaunes ou orangeés. Sa taille maximale fait 23-30 centimètres et sa masse corporelle est d'environ 40 grammes. Le poids peut varier suivant le nombre de proies avalées ou parce que les femelles adultes contiennent des larves en développement dans leur ventre au printemps. Sa peau luisante parait comme huilée. La Salamandre a la particularité de pouvoir régénérer des parties perdues ou blessées de son corps rapidement. Elle peut aussi se défendre, grace à la sécrétion d'une neurotoxine, appelée le samandarin. La Salamandre se nourrit de coléoptères, de limaces et de vers de terre, principalement. En dépit de sa protection légale dans nombre de pays, la salamandre est en Europe en régression constante depuis au moins un siècle. Plusieurs causes semblent expliquer cette régression, dont principalement : le recul des zones humides intra et périforestière par comblement ou drainage, la contamination de son environnement par les pesticides, la fracture des paysages et la fragmentation des forêts, par les routes, en particulier.

* LES AMPHIBIENS :

Il y a sur sur la Réserve naturelle régionale de la Vallée de la Renaudie 12 espèces d'amphibiens dont le Sonneur à ventre jaune (Espèce protégée):

* LE SONNEUR A VENTRE JAUNE :

Le Sonneur à ventre jaune ou le Bombina variegata est une espèce d'amphibiens de la famille des Bombinatoridae. Il est appelé le Sonneur à ventre jaune ou Crapaud sonneur à ventre jaune ou Sonneur à pieds épais. Cette espèce se rencontre en Europe de 100 à 2 100 m d'altitude. Cette espèce a été introduite en Angleterre. L'habitat de cette espèce est constitué de mares, ornières ou flaques d'eau en forêt.L'espèce résiste particulièrement à un pH acide.Ce petit crapaud mesure de 3,5 à 5 cm de longueur. Il est reconnaissable par sa face ventrale jaune tranchant avec sa face dorsale d'un gris terne et la pupille de son œil en forme de cœur. La face dorsale du sonneur à ventre jaune est marron-grisâtre et terne, ce qui lui assure un camouflage au sein de son habitat naturel. La face ventrale, jaune tachetée de noir, contraste fortement avec sa face dorsale. Le crapaud peut la dévoiler à un éventuel prédateur en cas de menace afin d'effrayer son agresseur. Les sonneurs à ventre jaune (mais aussi d'autres membres de la famille), quand ils sont dérangés ou agressés, présentent un comportement défensif : c'est le réflexe d'Unken (en). Les animaux ainsi dérangés s'arc-boutent sur leur dos et présentent leur face ventrale à leur assaillant, tandis qu'ils rapprochent leurs membres de leur corps. Mais si l'agression continue, le sonneur peut libérer un liquide visqueux, "poison irritant pour les yeux", et à l'odeur repoussante. Il hiberne d'octobre à avril.Le Sonneur à ventre jaune ou Bombina variegata se nourrit d'insectes, vers, petits crustacés et mollusques, et peut vivre jusqu'à 8-9 ans4 (mais le record est de 34 ans en captivité).

== LES REPTILES==

Il existe 8 espèces de reptiles dont : le Lézard des souches.

* LE LEZARD DES SOUCHES :



== LES POISSONS == :

Les poissons font partie de la Faune de la Charente, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Les fossés ont été colonisés par les écrevisses américaines.


- LE BROCHET :


Parmi la Faune que l'on peut découvrir en Charente, il ne faut pas oublier aussi les poissons, dont le fameux Brochet. Le Brochet d'eau douce est appelé Esox Lucius. Il fait partie de la famille des Esocidés. Il est surnommé le Baracuda des étangs. Ce poisson magnifique vit principalement dans les lacs, les carrières et les étangs. Celles-ci lui permettent d'attraper ses proies préférées : poissons, grenouilles, tétards, petits oiseaux, petits rongeurs. Sa machoire a la forme d'un bec de canard. Sa taille peut atteindre 1m 30 de long et son poids aller jusqu'à 25kg. Son corps est de forme allongé, de couleur verte sur le dos et marbrés sur ses flancs. Sa nagoire dorsale se trouve à l'arrière du corps, près de sa queue. Très curieux, il est facile à photographier, n'hésitant pas à s'approcher de l'objectif. C'est un poisson très recherché par les pêcheurs expérimentés !


- LA TRUITE :


Parmi la faune qui vit dans le département de la Charente, se trouve la Truite, un poisson d'eau douce par excellence. Ses flancs sont légèrement rosés et sa peau est mouchetée de petites taches sombres. Sa bouche robuste nous rappelle qu'elle fait partie intégrante, de la grande famille des poissons carnassiers d'eau douce. Elle aime se poster dans les courants les plus forts ou à leur sortie, là où l'eau est la plus oxygénée. Ses sauts, une fois attrapée, sont souvent spectaculaires. C'est un des poissons les plus appréciés des pêcheurs.


- LA CARPE :


La Carpe fait partie de la Faune en Charente. C'est un poisson qui peut vivre longtemps (15 à 20 ans), mais certains spécimens ont vécu jusqu'à 70 ans et d'autres ont été réputés centenaires. La carpe est omnivore et se nourrit de débris de végétaux, de mollusques (y compris les moules d'eau douce, anodontes) et d'autres invertébrés (larves d'insectes, vers, crustacés) ; l'écrevisse fait partie d'une grande part de son régime alimentaire. C'est un poisson fouilleur des fonds et déracineur de végétaux. La Carpe n'hésite pas à s'attaquer aux autres poissons ou mange leurs œufs. Elle aime en particulier le goût du blé, du mais et d'autre graines. La carpe est fortement touchée par les polluants, et les hormones. La carpe mâle peut se féminiser par la présence dans l'eau de perturbateurs endocriniens, notamment en aval des rejets de station d'épuration17, le mâle voit alors son taux de testostérone diminuer et de la vitellogénine est retrouvée dans ses testicules. La femelle peut pondre plusieurs milliers d'œufs adhésifs ( jusqu'à un million environ ; soit 100 000 par kg de poids vif de femelle), parmi les plantes aquatiques, dans une eau atteignant généralement les 20°. La carpe commune est un poisson rustique et omnivore qui se prête aisément à l'élevage.


- L'ANGUILLE :


On découvre aussi l'Anguille parmi la Faune en Charente. Celle-ci est très recherchée des restaurateurs car sa chair est délicieuse.


- LE CHABOT :


- LA LAMPROIE DE PLANER :


- LA LAMPROIE DE RIVIERE :



- LE CHEVESNE :



- LE BARBEAU :



- LE GOUJON :



- LES ECREVISSES AMERICAINES :



== LES OISEAUX== :

* LE BUZARD CENDRE :


Le Busard Cendré, est un petit rapace est particulièrement bien représenté parmi la faune de la Charente. En effet le Poitou-Charentes abrite la plus importante population française de Busard cendré.
Si celui-ci vivait autrefois, dans les landes et les marais, une majorité importante des Busards cendrés a installé, aujourd’hui, son nid dans les champs cultivés, dont les céréales à paille et les cultures fourragères. Mais ce nouvel habitat met, aujourd'hui, en grave danger, l’avenir des populations du Buzard Cendré et du Buzard des Plaines.

* L'OUTARDE CANEPETIERE :


L’Outarde canepetière à la taille d’une poule faisane et vit parmi la faune en Charente. Parmi la faune qui vit dans les plaines en Poitou-Charentes, c'est le plus prestigieux oiseau des plaines. Pourtant, les recensements effectués ces dernières années mettent dévoile un déclin sévère. En 2004, 104 mâles chanteurs ont été dénombrés, contre 130 en 2000. Les effectifs pricipaux de la Vienne se trouve dans les plaines du nord-ouest du département. Des petits groupes subsistent toutefois dans le secteur d’Archigny et Bellefonds, et dans le secteur de Saint-Sauvant et de Rouillé.


La Réserve naturelle régionale de la Vallée de la Renaudie de 130 espèces d'oiseaux :

* Le Pic noir,

* Pic épeiche,

* Cincle plongeur,

* Tichodrome échelette,

* le Martin pêcheur),


== LES MAMMIFERES== :

On rencontre sur la Réserve naturelle régionale de la Vallée de la Renaudie : 49 espèces de mammifères,


==LES INVERTEBRES== :

Pour les invertébrés, on rencontre parmi la Faune en Charente pas moinsde 53 espèces de papillons dont:

* le Damier de la succise)

* et 37 espèces de libellules.


Mis à jour le 23/08/2017

Marie51



Les bois sont riches en sangliers et chevreuils dont la population est régulée par une chasse au « bracelet ».

Les lièvres, les lapins, les renards, les fouines, les hérissons, les campagnols et quelques blaireaux sont présents sur ce territoire.

Les mammifères remarquables sont les loutres et les visons d'Europe, ce dernier n'est plus présent que dans sept départements français. De nombreuses mesures sont mises en place pour sa protection comme le piégeage des ragondins effectué avec des pièges munis d'une petite ouverture qui permet aux visons d'Europe de s'échapper.

Sont protégées aussi les très nombreuses chauve-souris dont beaucoup hivernent sur place ou tout près, dans les anciennes carrières de Saint-Sulpice : barbastelle, grand murin, grand et petit rhinolophe, vespertilion à oreilles échancrées et de Berchstein (Myotis) et de très nombreuses pipistrelles.

Les batraciens n'ont pas encore été recensés mais il existe deux espèces de rainettes françaises, de crapauds et de salamandres.


En plus de nombreux insectes courants, on trouve la rosalie des Alpes et plusieurs espèces de libellules.

Les oiseaux sont moins nombreux qu'ils l'ont été mais certaines espèces sont encore présentes : moineau, mésange charbonnière, coucou, pie, hirondelle et d'autres réapparaissent comme les huppes35. Les tourterelles turques se sont multipliées.

Aux canards, hérons et poules d'eau habituels des étangs s'ajoutent des oiseaux qui s'y reposent en cours de migration, qui viennent se mettre à l'abri lors de tempêtes ou qui hivernent. Ainsi des centaines de vanneaux huppés sont des habitués36.

Les rapaces sont revenus depuis qu'ils sont protégés, surtout de très nombreux milans noirs et des buses variables.

Parmi les oiseaux nocturnes chouette hulotte et chouette effraie sont très présents.



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés