LA FAUNE
EN COTE D'OR
(21)

par "Marie51"



Aujourd'hui, Marie51 vous entraine en Côte d'Or, pour vous faire découvrir la Faune qui y vit, tout au long de l'année. La Faune en Côte d'Or est assez variée, en raison de ses nombreuses forêts et de ses étangs disséminées. Que ce soit ses oiseaux sauvages, ses mammifères, ses poissons, cette faune ne laisse pas indifférents, les curieux que nous sommes, avides de découvrir les animaux et oiseaux qui vivent dans ce département.


- LA CHEVECHETTE D'EUROPE ou CHOUETTE CHEVECHETTE :


Parmi la faune que l'on peut découvrir, en Côte d'Or, nous pouvons admirer la Chevêchette d'Europe, plus connue sous son ancien nom de Chouette chevêchette. Elle fait aprtie de la Famille Strigidae. Elle mesure environ 16 cm à 18cm. Elle a l'air d'une chouette pygmée. Sa tête est ronde et aplatie. Ses petis yeux sont surmontés de sourcils blancs. Son envergure est de 36 cm et son poids de 60 à 90 grammes. Sur le dessus de son corps, celui-ci est brun foncé, piqueté de taches claires. Le dessous de son corps est blanc, strié de brun. Sa queue brune est rayée de cinq barres blanchâtres. Elle est souvent agitée et relevée. La chevêchette d'Europe est le plus petit rapace nocturne d'Europe. Elle se nourrit de musaraignes, et de campagnols, de mésanges, de roitelets qu'elle attrape au vol et parfois, d'insectes et petits reptiles. La chevêchette a la réputation d'être prévoyante. Son nid est souvent occupé de corps de petites souris, de musaraignes et de petits oiseaux.Son aire de répartition est plutôt continentale et nord-européenne. Peu commune en France, on la rencontre surtout près des massifs en lisière des forêts de montagne ainsi qu'au bord des pistes (Alpes, Jura, Pyrénées, Vosges etc.). Une mini-population a été découverte en 2012, en Belgique. Elle n'aime pas chasser en cas d'intempéries et se contente des provisions qu'elle a mis dans son nid. La chevêchette préfère chasser à l'aube et au crépuscule, et quelquefois en journée, quand ses petits sont au nid. C'est une chasseresse discrète. Elle peut rester immobile de longs moments, cachée dans les arbres ou les buissons. Elle guette sa proie, en remuant sa queue nerveusement puis dès qu'elle l'aperçoit, elle fonce dessus et la saisit au vol. A la saison des amours, la Chevechette d'Europe fait sa parade nuptiale au printemps et en automne. C'est en avril, mai qu'elle va s'installer dans son nid, pour y couver 4 à 6 oeufs, durant 28 jours. La chevêchette s'installe dans son nid en avril ou elle nourrira ses petits d'insectes, de petits passereaux et des petits mammifères.


- LE MARTIN-PECHEUR (Espèce protégée):


Le Martin-Pêcheur fait partie des oiseaux sauvages que l'on peut admirer en Cote d'Or, en France. Il est facile de reconnaitre le sexe de ces oiseaux. En effet, chez le mâle la couleur de son bec est presque toute noire. Plus colorée, la mandibule de la femelle est du même orange que ses pattes. Pour nourrir ses petits, le Martin-Pecheur adulte peut capturer de 70 à 80 poissons dans sa journée pour nourrir ses petts ! Quand à sa présentation, c'est un bel oiseau à observer. Sa livrée est brillante et très colorée (bleue sur le dessus, rousse et blanche en dessous). Il possède un long bec fin. Son corps est court et trapu. Sa taille est de 16 cm environ et son poids est de 40 grammes. Le bleu étincelant de son plumuage provient des reflets prismatiques de la lumière sur les structures minuscules de ses plumes. C'est un petit oiseau vif qui se nourrit de petits poissons et d'animaux aquatiques. C'est pourquoi il aime vivre à proximité des étendues d'eau, où il peut se nourrir en abondance. Il fait partie des "espèces protégées". Le Martin-pêcheur d'Europe bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est inscrit à l'annexe I de la directive Oiseaux de l'Union européenne. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter.


- LA BICHE - LE FAON ET LE CERF :




Partez en randonnée forestière, au petit matin, dans le but d'apercevoir un animal sauvage (chevreuil, renard, lièvre, cerf, etc.) Si vous désirez apercevoir ces superbes animaux sauvages, comme une Biche ou un Cerf, prenez contact avec :
" la Maison de la Forêt, 1 ruelle de la Ferme à Leuglay 21 - Tel : 03.80.81.86.11 "
Site web : Maison de la Forêt
Sortie de 1 heure 30 du 18 septembre au 15 octobre sur réservation à la Maison de la Forêt - Tél: 03 80 81 86 11
ATTENTION : sous réserve de cerfs ! 7€ par participant - Prévoyez des vêtements chauds et de bonnes chaussures de marche.


- LE CHEVREUIL :


Le Chevreuil appelé Capreolus capreolus, est une espèce de cervidés européens et asiatiques, du sous-ordre des ruminants, qui vit dans les forêts de feuillus et de conifères. Le chevreuil est un petit animal agile et très rapide, à la robe brunâtre et à la face plutôt grise, qui atteint à l'âge adulte des tailles variant selon les individus, de 57 à 67 cm, de hauteur au garrot pour les femelles et de 62 à 72 cm (67 en moyenne) de hauteur au garrot pour les mâles, avec une longueur du corps de 90 à 105 cm pour les femelles et de 105 à 120 cm de long pour les mâles. Son poids varie de 10 à 20 kg pour les femelles contre de 15 à 30 kg pour les mâles (35 maximum dans un habitat très riche). Il peut vivre jusqu'à 15 ans (avec un record de 20 ans, mais la plupart ne dépassant toutefois pas 10 ans dans la nature). À âge égal, le mâle pèse 2 à 3 kg de plus que la femelle. De par sa taille, il est considéré comme le plus petit cervidé indigène d'Europe. Il porte des bois caducs (qui tombent chaque année) et plutôt courts. Le chevreuil est dit anoure, c'est-à-dire sans queue, et artiodactyle : il marche sur un nombre pair de doigts porteurs, à chaque membre. Pelage : celui du faon est tacheté durant deux mois, les taches étant alignées contrairement à celles du faon de cerf. Le chevreuil subit deux mues par an, au printemps (le pelage devient roux vif) et en automne (le pelage vire au gris-brun), avec une mue plus précoce chez les jeunes. En hiver, certains chevreuils ont la base du cou ornée d'une ou deux taches claires, appelée laserviette. La tache claire et érectile qui orne le fessier est appelé le miroir ou la rose ; d'un blanc pur en hiver, elle devient jaunâtre en été. Dimorphisme sexuel : le brocard a un corps plus trapézoïdal, au centre de gravité porté vers l’avant. Hormis en novembre-décembre, ses refaits et ses bois le distinguent de la femelle. En hiver, son miroir en forme de rein ou de haricot (alors que celui de la femelle a une forme de cœur) le distingue, de même que son pinceau pénien (de profil). La chevrette a un centre de gravité porté vers l'arrière et ne porte pas de bois.


- LE FAISAN :


Le Faisan est le nom vernaculaire d'oiseaux de la sous-famille des Phasianinae même si en Europe, il désigne en premier lieu le Faisan de Colchide Phasianus colchicus. Tous ces oiseaux sont des gibiers réputés. Leur femelle s'appelle la Faisane ou la Poule faisane. Les faisans partagent toutefois plusieurs caractéristiques communes à la majorité des espèces :
* ils se trouvent partout, sauf en altitude : lisières de forêts, bosquets, fourrés au voisinage de l'eau ;
* ils sont omnivores: ils se nourrissent aussi bien de larves, d'insectes, de lézards que de pousses vertes, baies, fruits et graines ;
* leur nid est un creux du sol dissimulé dans les hautes herbes et garni de feuilles sèches ;
* la ponte a lieu en mai et comprend une douzaine d'œufs, brun ou vert olive, couvés de 23 à 25 jours par la femelle
En 1998 en France, les faisans étaient au deuxième rang du tableau de chasse annuel avec 5 061 054 faisans tués, provenant à 95 % de lâcher


- LE LIEVRE :

FAL

Le Lièvre fait partie de la Faune qui vit en Côte d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté, en France. Les lièvres constituent le genre Lepus, famille des Léporidés. Ce sont des petits mammifères sauvages herbivores proches des lapins. Il existe une trentaine d'espèces de lièvres de par le monde qui diffèrent entre elles par leur taille, leur coloris ou leur mode de vie. Les lièvres sont des animaux relativement solitaires vivant parfois en couple. Les lièvres sont fins, légers et possèdent de longues pattes postérieures, très musclées qui leur permettent de se propulser en bonds très rapides, s'il se sent en danger. Le lièvre d'Europe peut se déplacer à une vitesse de 60 km/h en moyenne et même atteindre 80 km/h en pointe. Le Lièvre peut faire des bonds de 2 mètres à la verticale. Il y a aussi des différences notables avec les lapins : ses oreilles sont plus longues que la tête, l'iris de l'oeil est jaunâtre, l'ongle des orteils est fendu. La gestation dure 40 jours contre 31 chez la lapine. Le lièvre peut être solitaire ou vivre en couple monogame. Il a 48 chromosomes contre 44 pour le lapin. L'extrémité de l'oreille du lièvre est noire. Contrairement au lapin, le Lièvre n'habite pas dans un terrier souterrain. Il se repose et élève ses petits dans un nid à même le sol appelé gîte, souvent une simple dépression que l'animal approfondit. Ses gîtes assurent une moins bonne protection que les terriers, concernant la régulation de la température et la protection contre les prédateurs. Mais les levrauts, dépourvus d'odeur à la naissance, ont un développement beaucoup plus précoce que les lapereaux : ils sont poilus, voient dès leur naissance et subviennent très vite à leurs besoins. Le lièvre est un animal sauvage. Il n'existe pas d'espèce domestique. Toutefois son élevage est largement pratiqué, essentiellement à des fins de repeuplement et, autrefois, pour sa fourrure ou sa peau.


- LE RENARD ROUX :

CC BY-SA 3.0

Le Renard est un mammifère qui fait partie de la Faune en Côte d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté, en France. Le Renard roux est un animal considéré comme rusé, et souvent représenté ainsi dans les contes, comme dans les fables d'Ésope, que le fabuliste Jean de La Fontaine reprend plus tard, ou dans les légendes asiatiques, où il apparaît comme malicieux et doté de pouvoirs magiques. Il est chassé pour sa fourrure, pour le plaisir, pour ses déprédations sur les petits animaux d'élevage et aussi parce que le renard est un des vecteurs de la rage et de l'échinococcose alvéolaire, mais une campagne de vaccination anti-rabique a rapidement permis d'éradiquer la rage d'Europe de l'Ouest. En Europe, les chasses à courre ont été progressivement interdites depuis le XXe siècle. Le Renard roux investit, petit à petit, les villes, se nourrissant des déchets et se réfugient dans les parcs et jardins des quartiers résidentiels. Des élevages ont été créés pour approvisionner le marché de la fourrure. Le Renard roux est la plus grande espèce du genre Vulpes. Toutefois l'ossature du Renard roux est remarquable pour sa légèreté et l'animal est nettement plus léger qu'un chien ou un coyote de sa taille. Ces os moins denses lui donnent un avantage important pour courir. Ceux de ses membres pèsent 30 % de moins pour une même unité de volume que ceux d'un chien de taille similaire. Le Renard roux a un corps allongé avec des membres courts par rapport à sa taille. Sa queue, qui est plus longue que la moitié de son corps (elle représente généralement 70 % de la taille de son corps), est longue, duveteuse et touche le sol lorsqu'il est debout. Elle se termine par une petite touffe de poils blancs. Elle sert à l'animal de balancier et lui tient chaud quand il dort et qu'il s'en enveloppe. Les pattes avant ont 5 doigts au sol, quand les pattes arrière n'en ont que 4, le 5ème doigt étant situé plus en hauteur. Ces doigts se terminent par des griffes semi-rétractiles. Ils sont entourés de poils interdigitaux, en plus grand nombre, pendant la période hivernale. Il a une petite bouche, armée de 42 dents. Ses canines sont longues et pointues. Elles sont concaves, contrairement à celles du chien. Les canines de la mâchoire supérieure sont espacées de 3 cm et celles de la mâchoire inférieure de 2,6 cm. Les incisives sont légèrement inclinées vers l'intérieur, et permettent à l'animal de saisir ses proies et couper les petits morceaux de viande. Les prémolaires sont simples et pointues tandis que les molaires ont une forme plus aplatie et sont bien adaptées pour broyer les aliments, comme les os des petites proies par exemple. Les dents sont solides, avec un émail épais qui se renouvelle régulièrement. Les dents sont bien aiguisées.


- LE SANGLIER :


Le Sanglier d'Europe, ou Sanglier d'Eurasie ou Sanglier (Sus scrofa), est une espèce de mammifères omnivores, forestiers de la famille des Suidés. Cette espèce abondamment chassée est aussi considérée comme une espèce-ingénieur, capable de développer des stratégies d'adaptation à la pression de chasse, ce qui lui confère parfois un caractère envahissant. Une femelle de sanglier est une laie. Un jeune sanglier âgé de moins de six mois, à la livrée rayée, est un marcassin. Dans le lexique de la vènerie, un jeune sanglier âgé de six mois à un an, qui a perdu sa livrée de marcassin, est appelé une bête rousse. Un mâle adulte, une bête noire, ou bête de compagnie à un an. Un ragot est agé de 2ans. Un tiers-an ou tiers-ans, a 3 ans. Un quartanier ou quartannier est agé de 4 à 5 ans. Un vieux sanglier est agé de 6 ans. Un grand vieux sanglier est agé de 7 ans et plus. Un solitaire est un sanglier qui vit seul. Le Sanglier européen pèse de 150 à 160 kg pour le mâle et 100 kg pour la femelle. Le poids d'un sanglier de plaine où les cultures de maïs abondent est plus important que son congénère établi en montagne. Sa longueur, de la tête et du corps varie de 1,10 m à 1,80 m et sa hauteur au garrot de 0,60 à 1,15 mètre. Sa queue moyennement longue (de 25 cm à 30 cm) se termine par un long pinceau de soies. Généralement, elle est pendante quand l'animal est calme mais dressée s'il est inquiet ou en colère. Le Sanglier possède un corps trapu et une tête volumineuse. Sa tête est prolongée d'un groin allongé appelé boutoir, et de deux grandes oreilles mobiles. Ses canines sont très développées : les supérieures s'appellent les grès et les dents inférieures appelées les défenses. Ces défenses poussent tout au long de la vie du sanglier. Les plus beaux trophées proviennent des mâles les plus âgés. En ouvrant et fermant sa gueule, le sanglier aiguise ses défenses sur les grès. Résultat: elles sont acérées en permanence. Régulièrement, le sanglier se vautre dans des trous remplis de pluie, et de boue, appelés « souilles », et se frotte avec insistance contre les troncs d'arbres avoisinants pour se débarrasser d'un certain nombre de parasites, régule sa température corporelle et marque son territoire. Il dort dans de petites dépressions du sol, sèches, bien dissimulées, nommées « bauges ». Le sanglier, omnivore et volontiers fouisseur, consomme de très nombreuses parties d'un grand nombre de végétaux (tubercules, rhizomes fruits dont les glands et les noix, céréales, etc.), des champignons (la truffe ou truffe du cerf), des animaux (vers, mollusques, insectes et leurs larves, petits mammifères, lissamphibiens, oiseaux et autres sauropsides) morts ou vivants. S'il est affamé, il est réputé pour s'attaquer à un animal plus grand mourant, voire à une brebis en bonne santé, en particulier lors de la mise-bas. Il se montre volontiers nécrophage. À l'approche de l'homme, le sanglier prend généralement la fuite avant qu'on ne l'ait détecté et peut se montrer étonnamment agile et rapide. Une laie pressentant un danger pour ses marcassins, peut se montrer dangereuse et charger, ou attaquer un chien, de même qu'un adulte blessé. Irrité, un sanglier claque violemment des dents ; on dit alors qu'il « casse la noisette ».



- LE BOUQUETIN :


Le Bouquetin ou le Bouquetin Alpin est un Mammifère de la famille des Bovidés, de l'ordre des Artiodactyles et de la sous-famille des Caprinés. Il fait aprtie de la Faune en Cote d'or, en région Bourgogne-Franche-Comté, en France. La femelle s'appelle l'Etagne. Comme son nom l'indique, l'espèce habite l'arc alpin. Une espèce très proche, le Bouquetin d'Espagne, comprend plusieurs sous-espèces dont le Bouquetin des Pyrénées, aujourd'hui, disparu, occupe la péninsule ibérique. Une troisième espèce, le Tur du Caucase, vit aux confins orientaux de l'Europe. Jusqu'au milieu du XVe siècle, le bouquetin était encore répandu dans tout l'Arc alpin, mais le développement des armes à feu raréfie l'espèce. L'animal, facile à approcher et à chasser, est alors consommé pour sa viande. Il est également prisé dans la médecine de l'époque : les cornes broyées en poudre sont utilisées comme un remède contre l'impuissance. Son sang sert comme remède contre les calculs rénaux. L'os cruciforme situé au niveau du cœur comme talisman contre la mort subite, que les locaux portaient autour du cou. Enfin l'estomac est utilisé pour vaincre les dépressions. Le bouquetin est une espèce rupicole. Son milieu de prédilection comprend des murailles abruptes, des falaises à pics ou des parois escarpées. Il ne fréquente la forêt qu’exceptionnellement. Dans les Alpes, selon les saisons, l'altitude à laquelle on peut le trouver varie de 500 à 3 300 m. C'est l'été que les animaux montent le plus haut, aux cols les plus élevés pour profiter surtout des pâturages non consommés par les autres herbivores sauvages ou domestiques, sur les sommets ou les crêtes. L'hiver, ils peuvent descendre jusque dans les vallées pour trouver de la nourriture. En 1990, il était estimé que 30 000 individus vivaient dans les Alpes (Pedrotti et Lovari 1999) et les effectifs ont été estimés à + de 50 000 individus pour 2013. Les populations ont augmenté régulièrement depuis 1960. En 2015, le nombre de bouquetins des Alpes serait supérieur à 16 800 individus en Suisse, à 14 800 en Italie et à 10 500 en France selon les comptages réalisés périodiquement.


== La HAUTE VALLEE DU SUZON comporte des sites de nidification de nombreux oiseaux sauvages == :

- LE FAUCON PELERIN


Le Faucon-Pèlerin est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune vivant en Côte dOr, en région Bourgogne-Fanche-Comté, en France. C'est un rapace robuste, de taille moyenne, réputée pour être l’oiseau le plus rapide du monde, en piqué. Ses proies sont presque exclusivement des oiseaux, mais certains individus peuvent également s'attaquer à de petits animaux terrestres. Ce faucon ne construit pas de nid, et niche essentiellement sur des falaises, plus rarement sur des arbres, des structures ou des bâtiments élevés. Ses populations ont très fortement diminué après la Seconde Guerre mondiale, en particulier du fait de la pollution au DDT. Depuis sa protection dans les années 1970, ses populations sont à nouveau en expansion. Son aire de répartition de l'espèce s'étend sur 10 000 000 km2. Elle compte une vingtaine de sous-espèces et c'est l'un des oiseaux dont l'aire de dispersion est la plus importante au monde, l'espèce étant en effet présente sur tous les continents sauf l'Antarctique. Il a souvent été apprivoisé dans le cadre de la fauconnerie, tout en ayant été – comme les autres falconidés – longtemps considéré à tort, en Europe, comme nuisible à l'état sauvage.


- L'AIGLE BOTTE :

CC BY-SA 3.0

L'Aigle botté est un oiseau sauvage, qui vit parmi la Faune répartie en Côte d'Or, en région Bourgogne-Fanche-Comté, en France. Lui aussi est un rapace particulièrement redouté pour sa vue perçante et ses serres redoutables. L'Aigle botté glapit, trompette. Ordinairement silencieux en dehors de la saison de nidification. Cri aigu et répété kuih kiih. Quand commence la parade nuptiale, les aigles bottés mâles crient de façon insistante « pi-piiii » et pour exprimer de l'anxiété, ils répètent « pi-pi-pi-piiii ». Au nid, un « klia-klia-klia- ki-ki » est commun. L'aigle botté plane avec les ailes non relevées mais portées vers l'avant. Il a un vol gracieux, plus rapide que celui d'une buse se faufilant entre les arbres. Il vole toujours au-dessus des arbres, planant continuellement. Il passe la majorité de son temps dans les airs. Le nid se trouve presque toujours dans un arbre, occasionnellement sur une paroi rocheuse. Il est construit par les deux adultes, à une hauteur allant de 6 à 16 mètres. Le nid mesure environ 60 à 70 cm de diamètre pour 30 cm d'épaisseur. La construction est rapide. Les adultes apportent des branches et des rameaux de bois, et pendant toute la période de nidification, la femelle porte des branches vertes en grande quantité. La femelle dépose de 1 ou 2, rarement 3 œufs blancs, tachetés de brun, en avril-mai. L'incubation dure environ 32 à 34 jours, assurée principalement par la femelle, nourrie par le mâle. Elle sort très peu du nid avant l'éclosion. Les poussins grandissent lentement. Les premières plumes apparaissent au bout de 20 jours, et à 40 jours, le plumage est pratiquement complet. Ils quittent le nid vers l'âge de 50 à 60 jours, et restent encore quelques jours aux alentours du nid où les parents les nourrissent toujours. L'Aigle botté se nourrit de lézards, petits oiseaux, petits mammifères, reptiles et insectes.


- LE CIRCAETE JEAN-LE-BLANC :

CC BY-SA 3.0

Le Circaète Jean-le-Blanc est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune vivant en Côte d'Or, en région Bourgogne-Fanche-Comté, en France. C'est un petit rapace spécialisé dans la chasse aux reptiles, dont les serpents. C'est aussi un excellent planeur, et comme les vautours, il se déplace sans battre des ailes, profitant au maximum de la brise et des ascendances thermiques, les ailes largement étendues. Le Circaète Jean-le-Blanc est de grande taille, mesurant de 65 à 70 cm de longueur pour 1,70 à 1,85 m d'envergure et une masse allant de 1,5 à 2 kg. Il a le dessus des ailes brun et le dessous blanc. Le corps est parsemé de taches colorées, de couleur et densité variables, de beige clair à marron foncé. Ces touches de couleur forment des lignes parallèles sous les ailes et 3 barres sous la queue. Une bavette plus sombre s'étend du menton à la poitrine : d'après les spécialistes il n'y a pas de réel dimorphisme sexuel au niveau du plumage. Les femelles ont un plastron plus foncé, le mâle arbore une poitrine plus claire, parsemée de flammèches verticales sombres. La tête est plutôt large, ronde, avec un bec court et des grands yeux jaunes, ce qui lui donne un peu un air de chouette. En fait, la tête du Circaète diffère de celle des autres rapaces diurnes : les yeux sont plus gros et dirigés vers l'avant, ce qui lui confère une très bonne vision binoculaire. C'est un oiseau migrateur, qui passe l'hiver en Afrique, et revient en Europe, de début mars à fin septembre, pour se reproduire. En France, ce visiteur d'été est plus fréquent dans le tiers méridional du pays.


- LE GRAND MURIN :

CC BY-SA 3.0

Le Grand Murin appelé Myotis myotis, est un petit mammifère vivant parmi la Faune de la Cote d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté, en France. C'est une espèce de chauves-souris présente en Europe. Ce murin n'est actif que la nuit et par temps doux. Le Grand murin est présent dans toute la France et plutôt au Sud de l'Europe, et jusqu'au Moyen-Orient. Cette espèce fréquente des lieux boisés mais présentant des espaces dégagés à proximité de lieux pour s'abriter, grands édifices ou grottes. Le grand Murin peut utiliser des caves relativement chaudes pour hiberner, des combles ou grottes (colonies de femelles et leur petits), des arbres creux (mâles solitaires).L'espèce s'associe souvent au Petit murin pour former de grosses colonies. Sa Taille : corps de 11 à 14,5 cm
Son Envergure : 35 à 45 cm, son Poids : 21 à 42 grammes. La maturité sexuelle est acquise à 2 ou 3 ans. L'accouplement a lieu en automne-hiver, avec une fécondation différée et une gestation de 60 à 70 jours. Chaque couple ne produit qu'un seul jeune, par an, en juin. Il peut vivre jusqu’à 20 ans. Mais en liberté, son espérance de vie ne dépasse pas 4-5 ans. Cette espèce est classée au niveau de préoccupation LC (Least Concern, « préoccupation mineure ») par l'UICN.


- LE PETIT RHINOLOPHE :

CC BY-SA 3.0

Le Petit Rhinolophe appelé aussi le Rhinolophus hipposideros est un petit mammifère, qui vit dans le département de la Côte d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté, en France. Rhinolophus hipposideros, appelé Petit rhinolophe1, Petit rhinolophe fer à cheval ou Petit fer à cheval, est une espèce de chauve-souris de la famille des Rhinolophidae, elle a été décrite pour la première fois en 1800 par George Montagu. C’est le plus petit et le plus septentrional des rhinolophes européens. Comme tous les rhinolophes, le petit rhinolophe émet les ultra-sons par le nez et non par la bouche comme les autres microchiroptères. Le petit rhinolophe qui était autrefois une des chauves-souris les plus fréquentes d'Europe est devenu "très rare" durant ces dernières décennies, et représente une des espèces animales ayant le plus souffert de la pollution et de la transformation des habitats par l'agriculture intensive. Le Petit Rhinolophe est une très petite chauve-souris, l'une des plus petites d'Europe. Il ne pèse que 4 à 7 grammes. Véritable mammifère miniature, il donne une impression de grande fragilité lorsqu'il est découvert en hivernation, suspendu sur n'importe quel support dans les caves ou les grottes. Il est alors entièrement enveloppé dans ses ailes qui forment une capsule très caractéristique. Cette chauve-souris est également remarquable, parmi les espèces européennes, en raison de la largeur de ses ailes par rapport à leur longueur. Cette grande surface de patagium permet un vol lent et une grande manœuvrabilité. Le petit rhinolophe papillonne ainsi avec une très grande agilité dans la végétation dense.


== LES PAPILLONS "PROTEGES" ==

- LE DAMIER DE LA SUCCISE :

CC BY-SA 4.0
Le Damier de la succise appelé de son nom scientifique "Euphydryas aurinia" est un papillon qui fait partie de la Faune qui vit en Côte d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté, en France. Il fait partie des espèces protégées.


- L'ECAILLE CHINEE :


L'Écaille chinée est un papillon appelée aussi Callimorpha quadripunctaria, fait partie de la Faune qui vit en Côte d'Or, en région Bourgogne-Franche-Comté, en France. C'est une espèce protégée.


- LE DAMIER DU FRENE :

CC BY-SA 2.5

Le Damier du Frêne de son nom scientifique Hypodryas maturna, est un papilon qui vit dans le département de la Cote d'Or, en région Bourgogne-Fanche-Comté, en France. Il fait partie des espèces protégées.



Mise à jour le 19.04.2019

MARIE51



Retour



www.mes-ballades.com12/07/2007-26/11/2021 - Tous Droits Réservés