LA FAUNE DDANS LE DOUBS
(25)

par "Marie51"


Comme pour tous les autres départements que nous avons visités, Marie51 vous entraine dans la découverte de la Faune qui vit dans le Doubs. Il faut reconnaitre que cette faune est variée, nombreuse et passionnante. Nous allons commencer par les oiseaux qui vivent dans le Doubs.

== LES OISEAUX SAUVAGES DU DOUBS == :

- LA PERDRIX ROUGE :



La perdrix rouge est sédentaire. Elle aime vivre en terrain découvert et affectionne particulièrement les terres agricoles, avec leurs haies et buissons qui lui permettent de sa cacher en cas de danger. La perdrix rouge adore prendre des bains de poussière et se nourrit d'insectes et de matières végétales. Elle niche au sol, cachée dans la végétation fournie. Elle pond 10 à 20 oeufs qui éclosent 23 jours après. Elle est très recherchée des chasseurs. Le chant du mâle se fait entendre en mai.


- LE PINSON :


Le pinson est un petit oiseau qui aime vivre dans les bois et dans les arbres d'originère d'Europe. Les pinsons vivent en bandes et se mêlent parfois à d'autres espèces sur les terre cultivées. Leur nourriture est faite de graines et d'insectes volants. Leurs nids sont constitués de mousse propre et de lichens qu'ils récupèrent dans des branches et sur les troncs d'arbres. La femelle pinson pond 4 à 5 oeufs qui éclosent 12 jours après.


- LE FAISAN :


Le faisan est joli gallinacé, d'origine asiatique, de couleurs vives, qui fut introduit en France et en Europe, comme gibier. Il apprécie les zones boisées et les terrains agricoles. Le faisan se nourrit de vers, de graines, d'araignées et de jeunes pousses. Cet oiseau sédentaire fait son nid au sol au milieu de la végétation luxuriante. La femelle pond 6 à 15 oeufs qui éclosent au bout de 23 jours. Les jeunes faisans restent peureusement auprès de leur mère, durant les deux premiers mois puis deviennent indépendants. On dit de sa voix qu'il krouk-kock ou croasse.


- LA CHOUETTE HULOTTE :


La chouette hulotte est un oiseau nocturne qui possède une grosse tête ronde, un plumage tacheté et rayé et des yeux sombres. Le plumage du dessus varie du brun au roux voire au gris. Son poitrail est composé d'un brun roussatre, à rayures. Sa face est faite de disques faciaux, aux tons bruns et gris. La chouette aime capturer et manger de petits oiseaux, des rongeurs, des insectes, des vers. Elle aime se nicher dans les arbres creux ou n'hésitent pas à occuper les nids abandonnés des grands oiseaux. D'apparence replète, la chouette hulotte vole peu de jour et se fait discrète. Elle se fait remarquer surtout par ses hululements. La Chouette Hulotte femelle pond 2 à 5 oeufs, qui éclosent au bout de 28 jours. Les jeunes quitteront le nid au bout de trois semaines à peine. Huit jours plus tard, ils sauront voler. Mais ils resteront dépendants de leurs parents encore durant 3 mois.


- LA BERGERONNETTE DES RUISSEAUX :


La Bergeronnette des Ruisseaux fait partie de la Flore qui vit dans le département du Doubs, en région Franche-Comté, en France. On peut découvrir la Bergeronnette des Ruisseaux, près des cours d'eau où de nombreuses pierres lui servent de perchoir ou de corniche sur lequel elle déposera son nid, non loin des arbres. Sa nourriture est composée de nombreux insectes et de graines. La Bergeronnette des Ruisseaux femelle pond 4 à 6 oeufs qui écloront que 11 jours plus tard, après la ponte.


- LE MOINEAU DOMESTIQUE :


Le moineau domestique se laisse facilement approcher, pour peu que vous ayez quelque chose à lui donner à manger. Celui-ci en effet est très gourmand. Son met de prédilection est l'araignée. C'est un oiseau qui aime chanter à longueur de journée. Il se nourrit d'insectes, de graines, fruits et divers autres aliments. La femelle pond 3 à 5 oeufs dans l'année qui éclosent 12 jours plus tard.


- LE CHARDONNERET ELEGANT:


Ce petit oiseau a le bec plus allongé et plus pointu que le verdier. Il se sert de de son bec pour attraper les graines dans les plantes dont le chardon qu'il affectionne particulièrement.
Il aime passer l'été sur les plaines en Europe, à condition d'y trouver de nombreux arbres pour y faire son nid. Son cri ressemble à une trille. Le nid de la femelle est propre et profond. Il est souvent bâti à l'extrémité d'une branche pour mieux échapper aux intrus.
La femelle du chardonneret pond environ 3 fois par an, entre 4 et 6 oeufs, à chaque fois qui mettront 11 jours avant de donner naissance aux petits chardonnerets.


- L'HIRONDELLE DES CHEMINEES :


L'hirondelle de cheminée s'aperçoit dès le retour du printemps. Elle aime se percher sur les fils électriques. Pour chasser, elle vole à ras du sol, au dessus des prairies ou des plans d'eau, afin d'y capturent des insectes en plein vol. On ne la voit pas dans les bois ni dans les grandes villes à cause du béton. Elle préfère faire son nid dans les vieilles granges ou sous l'auvent des églises, avec de la boue et sa salive. C'est un oiseau capable de parcourir de longues distances. En effet, l'hirondelle des cheminées aime vivre en europe durant l'été, puis repart en Afrique, près du Libéria, ou le climat est plus doux. Sa voix ressemble à un léger gazouillis : tchisick dur. La femelle pond 4 à 5 oeufs, 2 à 3 fois par an. Les petits naissent 15 jours plus tard.


- LE TROGLODYTE MIGNON :


Le troglodyte mignon aime se nourrir de graines, d'insectes, d'écorces, de coléoptères et d'araignées. C'est le plus petit des oiseaux qui vivent en Europe. C'est un petit oiseau sédentaire, qui aime vivre près du sol. Les hivers rudes peuvent faire décliner les populations mais son espèce se reconstitue rapidement en quelques années. La femelle fait 5 à 8 oeufs, deux fois par an. Les petits naissent 16 jours plus tard.
Son chant ressemble à un gazouillis accéléré, assez puissant, qui se termine en trilles. Son cri fait penser au tic-tic.


- LE HERON CENDRE :


Ce héron cendré est facilement reconnaissable à sa forme allongé et à sa couleur grisée. Il aime se tenir debout, au bord de l'eau, guettant le poisson imprudent qui passera à sa portée. Sa nourriture principale est composée de poissons, d'amphibiens et de petits mammifères. Le héron migre l'hiver en direction du Sud. Son nid ressemble une plate-forme de branchages entre-mêlés. Les petits naissent 20 jours après la ponte. C'est un oiseau farouche qui ne se laisse pas facileent approcher et s'envole, en direction des arbres les plus grands, dès qu'il se sent en danger.


- LA CORNEILLE NOIRE :


On rencontre régulièrement dans le département du Doubs, parmi sa faune, la Corneille Noire. La Corneille Noire est de couleur ébène, des pattes à la tête, même le bec. Cet oiseau aime se nourrir de petits animaux, d’invertébrés, de graines et parfois de cadavres. La corneille ressemble au corbeau. Elle vit en communauté. Leur nid est composé de brindilles sèches qu’elles amassent dès le printemps. On les voit au fait des arbres ou sur les rochers. La femelle pond 3 à 6 œufs par an. Les petits de la corneille noire naîtront 18 jours plus tard.


- LE MILAN ROYAL :


Le Milan Royal fait partie de la faune du Doubs en France. C'est un rapace redoutable qui aime dévorer ses proies vivantes. Mais en cas de disette, il se nourrit de cadavres desséchés. Il devient rare en France, à cause des chasseurs et des difficultés pour trouver de la nourriture. Son nid est posé sur la fourche d'un arbre. La femelle fait 1 à 3 petits par an. Les petits naissent 31 jours après la ponte.


- LA MESANGE NONNETTE :


La Mésange Nonnette est un oiseau sédentaire qui aime les forêts touffues, du Doubs, en France. On la trouve particulièrement en Europe centrale. Cet oiseau se nourrit de graines sauvages, de fruits, d’araignées et d’insectes. On la voit surtout dans les campagnes. Elle fait son nid dans un arbre et quelque fois sur une souche. La femelle fait 7 à 10 œufs sur un an. Les petits de la mésange nonnette naissent 13 jours plus tard.


- LA MESANGE CHARBONNIERE :


La Mésange Charbonnière fait partie de la faune du Doubs. Elle aime vivre dans les forêts du département du Doubs ou dans les arbustes des plaines, mais il lui arrive aussi de se nicher dans de grands arbres. Une fois la période de nidification passée, elle va aussi se nicher dans les jardins. Sa nourriture se compose d’insectes, d’amandes et de graines. Ses mets favoris sont les cafards et les cloportes. La mésange charbonnière recherche les arbres creux pour y vivre et apprécie les nichoirs que les gens mettent à leur disposition dans les jardins. La femelle peut pondre 3 à 18 œufs dans l’année. Les petits naitront 14 jours plus tard. Son cri est sonore et répété tel que: tii-tchur, tii-tchur


- LE ROUGE-GORGE :


Le rouge-gorge se nourrit de petits vers, de nombreuses graines, d’insectes et d’aiguilles d’épineux. On le trouve un peu partout en France et en Europe. Son chant est plus lent mais fluté. En automne et en hiver, son chant est plus triste comme s’il regrettait la disparition des beaux jours. C'est le plus virtuose des oiseaux. Il possède un répertoire de 1300 notes. Les nichoirs que nous lui préparons ne l'interessent pas. Le rouge-gorge préfère faire son nid à même le sol, composé de mousse, de feuilles mortes et d'herbes séchées. Derrière son apparence délicate, le rouge-gorge est un oiseau particulièrement belliqueux. Son oeil surdimenssionné lui permet de trouver rapidement sa pitence au crépuscule et dans le sous-bois. Il est facilement reconnaissable à son plastron orangé. La femelle pond entre 5 à 7 oeufs, qui portent des taches rouges. L'incubation dure 2 semaines. Le male vient nourrir, trois fois par heure, la femelle qui ne quitte pas le nid. L'hiver, il fera honneur aux boules de graisse, que vous lui préparerez, aux semences et aux miettes de pain. Il laissera les graines de tournesol aux mésanges et aux granivores. Les poussins resteront nourris au nid durant 12 à 15 jours mais deviendront vraiment indépendants qu'au bout de 21 jours. La femelle rouge-gorge a deux à trois couvées par an.


- LE MILAN ROYAL (Espèce protégée):


Le Milan Royal appelé le Milvus milvus est un rapace que l'on retrouve parmi la Faune du Doubs, en région Franche-Comté, en France. On l'appelait au XVIe siècle, l'Escoufle. Il fait partie de la Famille Accipitridae. Son envergure est de 1,45 m à 1,65 m. Le poids du mâle est de 750 à 1 050 g et de 950 à 1 300 g pour la femelle. Sa taille est de 60 à 66 cm. Contrairement à son cousin le milan noir, la queue du Milan Royal est beaucoup plus échancrée. Il a des taches blanches bien visibles sous les ailes. Sa tête est claire et le dessous, plus pâle. Il est un peu plus grand que la buse, qui a des ailes moins coudées en vol et qui ne présente pas d’échancrure à la queue. Le milan royal se nourrit de cadavres de petits animaux, de poissons malades ou morts, de charognes, de rongeurs, de reptiles, de batraciens, de mollusques et d'insectes. Il dérobe parfois les proies à d'autres rapaces (autours, faucons, balbuzards) ou les hérons. Il ne dédaigne pas les oiseaux de taille moyenne, comme le pigeon, ou la perdrix et meme, des campagnols et quelques poussins, capturés par surprise. Cette espèce est inscrite sur la liste rouge des espèces menacées en France dans la catégorie VU (vulnérable)4. En effet, elle est sensible aux dérangements dus aux humains, mais est aussi victime d’empoisonnement accidentels ou volontaires par des proies toxiques et de la modification des paysages ruraux. Il ne restait plus, en 2011, que 3 000 couples en France. Le Milan Royal est une espèce protégée sur toute la France.


- LE FAUCON-PELERIN :


Le Faucon Pélerin est un oiseau qui fait partie de la Faune vivant dans le Doubs, en région Franche-Comté, en France. Il est appelé aussi Falco peregrinus. Ce rapaces robuste, de taille moyenne, a la réputation d'être l’oiseau le plus rapide du monde, en piqué. Ses proies sont presque exclusivement des oiseaux, mais certains individus peuvent également s'attaquer à de petits animaux terrestres. Ce faucon ne construit pas de nid. Il préfère nicher sur des falaises, plus rarement sur des arbres, des structures ou des bâtiments élevés. Sa population avait fortement diminué après la Seconde Guerre mondiale, à cause de la pollution au DDT. Depuis sa population a, à nouveau, augmenté. Le Faucon pèlerin est un animal plutôt silencieux. Son cri le plus fréquent est un « ka yak, ka yak » assez perçant et sec. En cas d'alerte, le cri est un rapide « kek-kek-kek » qui peut aller en s'amplifiant si un intrus continue de s'approcher. Il existe aussi un cri plus traînant au moment des parades d'accouplement. On dit que le faucon huit ou qu'il réclame. Les yeux des Faucons pèlerins ont 2 fovéas, pour les vues normale et lointaine. La vue utilise la moitié du volume du cerveau et peut percevoir en même temps 3 zones, 1 frontale en relief et 2 latérales lointaines, capables de détecter un pigeon en vol à plus de 6kms ! Certains animaux captifs ont vécu jusqu'à 25 ans (record enregistré), mais la durée de vie dans la nature est beaucoup plus courte, de l'ordre de 13 ans en moyenne. Le taux de survie des adultes est estimé à 70 %. La ponte et la couvaison ont lieu, de avril à juin. Il y a une couvée par an comprenant de 3 à 4 œufs. Ceux-ci ont une base claire, fortement tachetée de brun-rouge, ayant l'apparence d'un crème tacheté à un brun-rougeâtre. Après la ponte, l'incubation est assurée par la femelle, mais également par le mâle et dure environ 1 mois (de 29 à 32 jours. Les petits savent voler au bout de 35 à 42 jours. 1 à 4 survivent jusqu'à cette étape. Après l'envol, les parents apprennent aux jeunes à chasser, en volant à leur côté avec une proie morte dans leurs serres, puis en la lâchant, jusqu'à ce que les jeunes arrivent à la toucher. Cette phase d'apprentissage, pendant laquelle le jeune reste encore dépendant de ses parents pour la nourriture, peut durer de 6 à 9 semaines, après quoi les jeunes se séparent des adultes.


- LE GRAND TETRAS :

CC BY-SA 3.0

Le Grand Tétras fait partie de la Faune qui vit dans le département du Doubs, en région Franche-Ciomté, en France. Le Grand Tétras est ausi appelé Tetrao urogallus, ou Grand coq de Bruyère. C'est un gros gallinacé qui vit en montagne dans les forêts de conifères. Cette espèce appartient à l'ancienne famille des Tetraonidae actuellement incluse dans celle, plus vaste, des Phasianidae. Cest un oiseau sauvage en forte régression. C'est une espèce menacée ou ayant disparu sur toute son aire naturelle de répartition. Deux sous-espèces co-existent actuellement en France : Tetrao urogallus major dans les Vosges et le Jura et Tetrao urogallus aquitanicus dans les Pyrénées. Cette espèce polygame se retrouve chaque année au printemps sur des lieux-dits « places de chant ». Les coqs paradent (queue déployée, ailes pendantes, cou et tête redressés, barbe hérissée, le cou est plus ou moins gonflé). Ils chantent (des « te-lep » rapides, environ 5 à 7 secondes, accéléré à la fin, puis « pokfok » semblable à un bruit de bouchon et « djedzje », bruit semblable à un bruit de scie répété 3 à 4 fois). Les poules vagabondent ici et là sur les places de chant et chacune choisit le coq avec lequel elle s'accouplera, mais toujours avec le coq dominant. La femelle gratte une cuvette dans le sol, au pied d'un arbre, à l'abri d'un rocher ou sous une branche basse de conifère. La ponte a lieu de Mai à Juillet et comporte 6 à 9 œufs,de couleur jaune clair, taché de brun, qui seront couvés 4 semaines. Les petits sont nidifuges et restent avec leur mère jusqu'à l'automne. Ses prédateurs sont l'Homme, le Loup, le Lynx et le Chat sauvage.




== LES MAMMIFERES DU DOUBS ==:

- L'HERMINE D'HIVER :


L'Hermine fait partie de la Faune qui vite du Doubs, en région Franche-Comté, en France. L’hermine fait partie de la famille des mustélidés. Son nom scientifique est Mustela erminea. Curieuse, elle aime se dresser sur ses pattes arrières. L'hermine adulte mesure de 22 à 32 cm de long plus sa queue de 8 à 12 cm. Son poids varie de 125 à 440 grammes. La femelle est plus petite et plus légère que le mâle. Son pelage est, en été, brun foncé dessus et blanchâtre dessous. En hiver, l'Hermine, le Lièvre variable et le Lagopède, adoptent une livrée entièrement blanche, à l'exception de l'extrémité de sa queue qui reste noire. Vers la mi-mars l'Hermine d'Hiver commence sa mue pour retrouver sa couleur d'été, juste avant la saison des amours. L'hermine se nourrit essentiellement de petits rongeurs, plus rarement d'oiseaux, de grenouilles, ou d'insectes, et même de lapin. La femelle met bas une fois par an, en avril. Sa portée est de 3 à 7 petits.


- LE SANGLIER :


Le Sanglier appelé aussi Sus Scrofas fait un retour remarqué parmi la Faune du Doubs, enrichissant la faune du Doubs mais n'hésitant pas à saccager les jardins de quelques particuliers stupéfaits. Vivant depuis 700 000 ans en Europe, dans les forêts et les régions boisées d'Europe, le sanglier a su s'adapter un peu partout. Si le mâle est particulièrement conquérant durant la période des amours, la laie est une mère attentive, dont les naissances s'acroissent avec l'age. Le sanglier mange de tout, aussi bien des glands que des charognes. Le sanglier s'adapte à tout habitat, pouru qu'il y trouve à manger. Il apprécie les végétations hautes, les bains de boue, et de l'eau pour se désaltérer. Le sanglier sait très bien nager et meme dans la durée. Il supporte aisément les rigueurs de l'hiver grâce à son pelage qui,d'octobre à mai, est constitué de grosses soies et de bourre épaisse. Son goût pour les vers de terre l'expose à une grave maladie : la parasitose pulmonaire à Metastrongylus. Une étude a démontré qu'en forêt de Chambord, sur les sites de nourrissage favoris des sangliers, 100 % des vers de terre étaient porteurs de larves de Metastrongylus. Cette maladie pourrait entraîner des pertes importantes par pneumonie parasitaire chez les jeunes sangliers non encore immunisés. En période de chase, un sanglier blessé peut s'avérer très dangereux. En France et dans les pays européens, de nos jours, c'est la chasse par l'homme qui est responsable de la plupart des morts de sanglier. Le poids du sanglier varie de 50 kg a 350 kg. Il peut atteindre 1,80 m de long et avoir une hauteur de 1 m au garrot. Les canines continuent de pousser durant toute la vie de l'animal. Le mâle a 4 canines très développées : celles du bas, appelées les défenses, qui se recourbent en arrière avec l'âge, sont caractéristiques des suidés. Elles s'aiguisent contre les grès, ou canines supérieures, et sont "coupantes comme des rasoirs". Le record de longueur pour les défenses (30cm) serait détenu par un sanglier mâle abattu en Pologne en 1930. Les défenses de la laie appelées « les crochets » restent petites et demeurent invisibles, la gueule fermée.



- LE CHEVAL COMTOIS :

CC BY-SA 2.5

Le Cheval Comtois est un cheval de trait qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Doubs, en région Franche-Comté, en France. Son Nom scientifique est Equus ferus caballus. Il est de taille moyenne. D'origine germanique et peut-être bourguignonne, le Cheval Comtois est surtout présent en France et en Suisse. C'est un cheval au caractère doux, endurant et docile. Son poids varie de 650 kg à 800 kg. Sa taille est haute de 1,50 m à 1,65 m. Sa robe est baie ou alezane aux crins lavés. En 1970, le Cheval Comtois a été utilisé pour la boucherie. Le Cheval Comtois est issu de croissements entre des chevaux locaux et des chevaux allemands. Il est proche des chevaux de Franche-Montagnes. Les premières traces de l'existence du cheval Comtois remontent à la période romaine. Il était utilisé comme cheval de joute par les Chevaliers. Le Cheval Comtois est utilisé pour l'attelage, la production de viande, le débardage, les travaux agricoles, en équitation de loisir, en randonnée, en équithérapie et à la production de lait (une filière encore rare). A Levier, dans la Vallée du Lison, se trouve un Musée Relais du Cheval de Trait Comtois. Le Comtois est un des symboles de la région Franche-Comté.


- LE CHAMOIS :

CC BY-SA 3.0

Le Chamois appelé aussi Rupicapra rupicapra, fait partie de la Faune qui vit dans le département du Doubs, en région Franche-Comté, en France. C'est un mammifère de la famille des Bovidés et de la sous-famille des Caprinés. La femelle est appellée la Chèvre et son petit le Cabri. Les 6 sous-espèces reconnues vivent dans les zones rocheuses, les forêts et pâturages de montagnes, depuis les Alpes jusqu'à l'Anatolie et l'Azerbaïdjan, en passant par les Vosges, le Jura, le Massif central, les Balkans et les Carpates. Ce sont les plus petits qui représentent des caprinés (dont les mouflons et bouquetins). Ils mesurent entre 125 et 135 cms, du museau à la queue, entre 70 et 80 cms,de haut au garrot. Le Chalois a des cornes de 27 cms pour le mâle. Son poids atteint 22 kg à 40 kg. Les femelles leur sont presque toujours inférieures en poids et en taille. Les Chamois ont un poids maximum en automne, alors qu’ils ont accumulé des réserves durant l’été. Dès la fin de l’hiver, le poids des chamois peut diminuer de moitié, et au début du printemps, ils épuisent leurs réserves.
Les chamois vivent jusqu’à 25 ans, mais peu dépassent 15 ou 16 ans. Dès 10 ans, commence la sénescence ou vieillesse. Leur poids diminue et cela jusqu'à leur mort. Les poils ne sont plus autant colorés, ils arborent une teinte grisâtre. Alors augmente le taux de mortalité qui croît encore entre 14 et 15 ans. Le facteur le plus déterminant est l’usure des dents, car il conditionne la prise de nourriture, ainsi peu d’animaux peuvent dépasser 21-22 ans. Comme chez les humains, les femelles ont une plus grande espérance de vie. Les cabris ont entre 50 et 70 % d’espérance de vie en hiver et de 90 % en été.



- LE LYNX BOREAL :

CC BY-SA 3.0

Le Lynx Boréal appelé Lynx lynx mais aussi le Lynx d'Eurasie, Lynx commun, Loup-cervier et improprement Lynx d'Europe, est félin du genre Lynx. S'il est impropre de l'appeler Lynx d'Europe c'est parce que sa distribution est en fait largement eurasienne, atteignant le littoral nord-pacifique. Reconnaissable à ses longues pattes, sa courte queue et sa face aux oreilles pointues, le Lynx Boréal apparaît dans de grandes variétés de robes et de tailles. Habitant des forêts boréales, c'est un félin discret chassant les petits ongulés comme le chevreuil. Largement distribuées, ses populations ont cependant fortement régressé en Europe de l'Ouest, où plusieurs tentatives de réintroduction ont eu lieu. Objet de superstitions depuis le Moyen Age, le Lynx boréal est resté méconnu, jusqu'en 1980. Il est encore l'objet d'âpres débats, lors de sa réintroduction, avec des chasseurs et des bergers.La face du Lynx boréal est ornée d'un collier de poils longs autour du cou. Ses oreilles triangulaires sont surmontées d'une touffe de poils noirs, de 4,5 cm de long. Le revers est marqué par une tache blanche. Des rayures verticales barrent son front, et une marque noire part du coin externe de l'œil jusqu'aux joues. Il ne possède que 28 dents au lieu des 30 habituelles chez les félins. Mais le Lynx Boréal possède une dent surnuméraire. Sa queue courte est terminée d'un manchon noir. Les jambes sont longues et les pieds volumineux par raprt au corps. Il s'agit d'une adaptation au déplacement dans la neige : les longues pattes permettent de se dégager plus facilement dans un épais manteau neigeux. Du fait de ses pieds larges, le Lynx boréal exerce une pression sur le sol 3 fois plus faible que celle du Chat sauvage. Le Lynx Boréal s'enfonce ainsi moins dans la neige, comme s'il portait des raquettes et marche, silencieusement. Les empreintes des pattes antérieures sont larges et longues de 5 à 7,5 cm et celles de ses pattes postérieures font 4,5 à 6 cm de longueur et 5 cm de largeur. La couleur de sa fourrure varie du blanc crème au brun foncé, avec plus ou moins de taches noires sur le corps, qui peuvent être pleines ou en rosettes. Le Lynx boréal a une fourrure dense, notamment sur le dos où la concentration de poils atteint 9 000 poils/cm2 contre 4 600 sur le ventre. Sa pilosité est composée de 12 à 13poils de bourre pour un poil de jarre. Le Lynx boréal est 2fois plus gros que les 3autres espèces de lynx. Il pèse de 9 à 35 kg, la plus grande sous-espèce étant le Lynx de Sibérie. Le poids moyen est de 25 kg pour les mâles et 21 kg pour les femelles. Il mesure de 65 à 75 cm à l'épaule, et sa longueur est de 77 à 135 cm. Les mâles sont en moyenne un quart plus gros que les femelles.


- LA VACHE MONTBELIARDE :

CC BY-SA 3.0

La Vache Montbéliarde appelé ausi la Montbéliarde fait partie de la Faune qui vit dans le Doubs, en région Franche-Comté, en France. La Montbéliarde est une race bovine française, issue d'un croisement, entre la Simmental Suisse et des races locales de vache la Féméline et la Tourache. Elle représente aujourd'hui 95% des effectifs laitiers de la Franche-Comté. La Montbéliarde est issue du métissage de race venue de Suisse et de races autochtones franc-comtoises. C'est une race du rameau Pie rouge des montagnes, entre le XVIIIe et XIXe siècle. La Vache Montbéliarde est mixte : C'est une excellente laitière pour la fabrication de fromages, première laitière dans les appellations d'origine protégées françaises, et produit aussi une viande de qualité. Sa place dans l'élevage bovin en France est en croissance constante depuis 1950. La montbéliarde porte une robe pie rouge. La tête est blanche ainsi que le ventre, les membres et la queue. Les oreilles sont rouges et à les muqueuses claires. Le rouge du haut du corps est bien délimité et de teinte vive. Les cornes sont courtes, en croissant. C'est une race bovine de grande taille. La vache mesure 1,46 m de hauteur au garrot et 700 kg pour les femelles et 160 à 170 cm pour 1 000 à 1 200 kg pour les mâles. La poitrine est profonde, le ventre gros et le dos rectiligne. Ele posède une bonne capacité pulmonaire et une aptitude à ingurgiter de grandes quantités de nourriture. Le bassin présente une bonne faculté de vêlage et la mamelle est ample, bien attachée avec des trayons bien orientés. Ces critères induisent une bonne production laitière avec un risque de maladie faible et une bonne vitesse de traite. Elle produit 10 000 kg de lait par an. C'est une race laitière. Elle donne en moyenne 8 133 kgN 1 par lactation d'un lait riche en matière grasse. La période de lactation s'étale sur 289 à 353 jours, 333 en moyenne13. Le record de production appartient à Meri, une vache née en 1996, qui a donné 178 233 kg de lait en 14ans de lactation. La Vache Montbéliarde est la 2ème race laitière française derrière la Prim'Holstein. Entre 2000 et 2013, elle est passée de 13 à 17 % du cheptel laitier. En nombre, elle représente 670 000 animaux en production, 421 000 en contrôle laitier et 250 000 contrôlées sur les performances morphologiques. Elle est à la base de la fabrication de nombreux fromages en appellation d'origine protégée : comté, reblochon, morbier, mont d'Or, abondance, bleu de Gex, bleu du Vercors-Sassenage, cantal… C'est la principale race utilisée par les AOC fromagères françaises. C'est aussi la meilleure laitière du rameau pie rouge des montagnes.


== LES POISSONS DU DOUBS ==

Il existe aussi de nombreux poissons dans le Doubs parmi la Faune du Doubs :

* LA CARPE

* LA TRUITE

* LE BROCHET


Mise à jour le 7.01.2021


Marie51



Retour



www.mes-ballades.com12/07/2007-26/11/2021 - Tous Droits Réservés