LA FAUNE DU FINISTERE
(29)
EN REGION BRETAGNE

par "Marie51"



Puisque vous avez aimé découvrir la Flore du Finistère, pourquoi ne pas aller découvrir, avec Marie51, la Faune qui vit dans ce département, en région Bretagne, en France ? Comme dan les autre département, nous allons découvrir sur ce site, les Mammifère, les Oiseaux, les Insectes, les Poissons, etc...


- LA GRANDE SAUTERELLE VERTE :

CC BY-SA 2.5

La Grande Sauterelle verte fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en Fance. c'est un insecte. De son nom scientifique, Tettigonia viridissima, elle a ete decouverte par Linnaeus, en 1758. La Grande Sauterelle verte, se trouve partout en Bretagne. C'est un insecte orthoptère ensifère de la famille des Tettigoniidae. C'est la plus grande sauterelle que l'on puisse apercevoir presque partout en France, où elle était autrefois très courante. Elle a fortement régressé ou disparu des zones d'agriculture intensive, surtout dans le Nord de la France mais reste présente dans les lieux incultes enherbés ou buissonnants, même le long des autoroutes. Les puissantes stridulations des mâles, émises dès juillet, par temps assez chaud, sont caractéristiques. La grande sauterelle peut mordre douloureusement mais elle n'est pas vraiment agressive. Mieux vaut éviter de l'effrayer ou de la tenir dans le creux de la main, poing fermé, car c'est la morsure quasi assurée (du mâle en particulier). La grande sauterelle est apte au vol, mais ses vrais essors sont d'ampleur limitée. Souvent, elle se déplace en marchant ou saute en voletant, prospectant dans les buissons, sa nourriture les buissons, arbustes et arbres, sites qu'elle affectionne et fréquente de manière assidu. Cette espèce, à l'état d'œuf, de larve ou d'adulte est probablement sensible et vulnérable aux pesticides insecticides présents dans l'eau, l'air ou les sols ou sur les végétaux des zones d'agriculture intensive. La grande sauterelle verte, repérable grâce à sa taille, est régulée par ses prédateurs insectivores (oiseaux, mammifères, amphibiens), par des maladies ou par des parasites, dont les Mermis nigrescens (vers). L'espèce peut être consommée par les entomophages.



- LA SALAMANDRE :

CC BY 3.0

La Salamandre fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. Leur coloration jaune ou orangé et noire permet de différencier très facilement cette espèce en Europe. Les Salamandres mesurent 20 cm. Elles ont peau luisante, d'aspect huileux. Les Salamandres se déplacent lentement et sont peu agiles contrairement aux lézards. Elles sont incapables de fuir les prédateurs lorsqu'elles se trouvent à découvert. Elles peuvent régénérer des parties perdues ou blessées du corps et se défendre par la sécrétion d'une neurotoxine, le "samandarin". Les larves de salamandres présentent des marques jaunâtres et/ou brillantes à la base des pattes, dans leur partie proximale,qui permettent de faire la différence avec les larves de tritons, dans les biotopes, où ils sont tous les deux présents. Pour se protéger contre leurs ennemis, les glandes parotoïdes ainsi que des rangées de glandes dorsales peuvent excréter une sécrétion empoisonnée. Les Salamandres tachetées, subissent des mues successives à intervalles réguliers, au cours de la croissance. Ne craignant pas les prédateurs, les Salamandres se déplacent lentement, et n'hésitent pas à traverser des espaces à découvert, au péril de leur vie quand il s'agit de routes fréquentées. En milieu naturel, son espérance de vie peut atteindre 30 ans. En captivité, elle peut atteindre 50 ans ! Pour l'accouplement, le mâle se glisse sous la femelle et l'entoure avec ses pattes avant. La femelle absorbe avec son cloaque un petit emballage de sperme, appelé spermatophore, déposé au sol, par le cloaque du mâle. Après l'accouplement, la femelle porte les embryons pendant 8 à 9 mois (on parle de développement intra-utérin). Après un accouplement réussi, la femelle garde en elle la semence du mâle durant plusieurs années. Cette stratégie de reproduction permet à la salamandre de donner de nouvelles générations sur de longues périodes sans forcément avoir de partenaire sexuel. La présence de points d'eau dans les environs est indispensable pour la reproduction. Les femelles adultes ne migrent pas sur de longues distances pour se reproduire, contrairement au crapaud commun par exemple.



- L'EGLEFIN OU HADDOCK :

CC BY-SA 3.0

L’Aiglefin appelé aussi l'Eglefin (Melanogrammus aeglefinus) ou Anon ou Haddock (s'il est fumé), est une espèce de poissons de la famille des Gadidae, unique représentant du genre Melanogrammus. L'Aiglefin fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. L'Aiglefin possède l'aspect général des poissons de sa famille, les Gadidae : corps fusiforme, trois nageoires dorsales. Son dos est noir. Il possède une tache noire au-dessus de la nageoire pectorale.La taille de l'aiglefin que l'on peut trouver dans le commerce oscille entre 30 et 50 cm. On le trouve dans l'Atlantique Nord. Les adultes vivent à proximité du fond, entre 80 et 200 m, dans des eaux comprises entre 4 et 10°C. Il se nourrit de crustacés, de mollusques, d'échinodermes, de vers et de poissons. C’est une nourriture appréciée mais devenant de plus en plus rare en France. Lorsqu’il est fumé, il est souvent appelé par son nom anglophone de haddock. Les filets sont alors traditionnellement teints au roucou (E160b), qui leur donne une couleur orange vif semblable à celle de la mimolette (dont la teinte est d'ailleurs obtenue grâce à ce même colorant alimentaire) mais, depuis 2018, certains magasins le proposent, non teint.




- LE FOU DE BASSAN (Espèce Protégée):

FAL

Le Fou de Bassan appelé aussi le Morus Bassanus est un oiseau de mer, de la famille des Sulidés. C'est un excellent plongeur qui se nourrit de poissons et céphalopodes. Il est indigène à l'Atlantique Nord. C’est le plus gros des oiseaux de mer d'Europe. Son nom de "fou" veut dire "stupide", tant cet oiseau peu farouche et laissait l'homme lui piller ses oeux dans son nid. C'est un oiseau au plumage d'un blanc éclatant qui a la tête et le cou de ton jaune pâle. Ses yeux sont bleu clair, cerclés de gris. Son bec gris-bleuté est très clair, presque blanc, en forme de poignard, est souligné de fines lignes noires, comme tracées au crayon, se prolongeant en un masque noir, autour des yeux. Le bout de ses longues ailes étroites est noir. Ses courtes pattes palmées sont verdâtres. La queue est cunéiforme. Un le Fou de Bassan adulte mesure de 85 cm et 90 cm de longueur. Ses ailes ont une envergure de 165 à 180 cm. Son poids atteint 2,8 et 3,2 kg. Par vent modéré, le Fou de Bassan émet des battements d'ailes puissants et réguliers. Par vent fort, il plane et se laisse glisser dans les airs. Il peut parcourir régulièrement 450 kms ! Très puissants, et agiles en vol, les Fous de Bassan sont assez maladroits au décollage et à l'atterrissage.Lors du plongeon, des sacs aériens situés sous la peau permettant de protéger la tête et le poitrail lors de l'impact, tandis que les yeux sont protégés par la membrane nictitante et les narines étant fermées étanchement, le Fou de Bassan peut descendre à 15 mètres profondeur et rester immergé, durant 20 secondes. Le Fou de Bassan est piscivore. Il se nourit de petits poissons comme le maquereau, le hareng, le capelan et le lançon, ainsi que de calmars. Pendant la parade nuptiale, qui est élaborée, ils se font la révérence, se frottent le bec et s'étirent le cou et les ailes. D'abord un simple tapis d'algues, de brindilles et de mousse, le nid se transforme, au cours des ans, en un véritable amoncellement de plumes, de déchets de poissons et d'excréments. La femelle pond un seul œuf blanc bleuté, que les deux partenaires vont couver à tour de rôle durant 44 jours. La progéniture du Fou de Bassan est dite nidicole. Le poussin naît nu et est très vulnérable. Nourri pendant 90 jours, le jeune Fou de Bassan passe de 70 gr à la naissance à 4 kgs. Le Fou de Bassan a une durée de vie de 16 ans à 20 ans. L'aire de nidification du Fou de Bassan est limitée à l'Atlantique Nord et à la Mer du Nord. Une fois la reproduction terminée, ces oiseaux migrent vers le Sud et se dispersent le long des côtes jusqu'au Golfe du Mexique et l'Ouest de la Méditerranée. La plus grande colonie française se situe en Bretagne dans l’archipel des Sept-Îles, sur l’île Rouzic, où 20 000 couples se reproduisent tous les ans (données 2013). Les Fous de Bassan sont une espèce protégée qui se développe à la vitesse de 2% par an. La contamination de la chaine alimentaire par les pesticides et d'autres produits chimiques, est une cause importante de sa mortalité et de sa reproduction.



- LE GOELAND ARGENTE :

CC BY-SA 3.0

Le Goéland Argenté, appelé aussi le Larus Arentatus, fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. Le Goéland Argenté est un oiseau de mer européen, à la taille moyenne, de la Famille des Laridae. Blanc à dos gris, il est génétiquement proche des autres goélands à tête blanche du genre Larus. Le mâle et la femelle sont presque identiques, mais le juvénile possède un plumage différent et mettra 4 ans, à acquérir son plumage d'adulte. C'est un oiseau sociable, qui niche en colonies et produit chaque année, 2 à 3 oisillons qui, s'ils parviennent à l'âge adulte, auront une chance de survie nettement élevée. Cet oiseau, blanc et gris, a un corps assez puissant et court, par rapport à la longueur de ses ailes. Tout comme de nombreux oiseaux de mer, aptes à planer aussi bien au ras de l'eau qu'en altitude, il a une envergure importante et des ailes étroites. Les pattes courtes, le bec comprimé latéralement, avec l'arête de la mandibule supérieure courbe, dénotent un oiseau de la Famille des Laridés. Le bec est jaune et présente une tache rouge sur la mandibule inférieure. La couleur des pattes palmées est rose chair. L'iris de l'œil est jaune pâle. La couleur gris moyen du dos, la couleur blanc pur de la tête, du cou, de la gorge et de la face inférieure, l'arête de la mandibule inférieure faisant un angle marqué, ainsi que les marques noires et blanches, à l'extrémité de chaque aile, constituent des éléments particuliers à l'espèce. Le Goéland Argenté mesure 55 cm à 67 cm de longueur, pour une envergure de 130 cm à 160 cm. Son poids varie de 750 gr à 1 250 gr. L'aile pliée mesure entre 410 mm et 450 mm chez le mâle et, entre 390 mm et 425 mm chez la femelle. La longueur de la queue varie de 160 mm à 180 mm, celle du bec de 47 mm à 60 mm et celle du tarse fait 63 mm et 68 mm. Il faut plus de 4 ans au goéland argenté pour obtenir son plumage adulte. Le vol battu est puissant, ave des battements soutenus. Sa vitesse moyenne de vol est de 40 km/h. Le Goéland Arenté cherche sa nourriture en marchant ou en courant. Sa démarche est aisée, à peine dandinée, ses pas sont amples et ses enjambées font plus de 15 cm de longueur. C'est un piètre nageur pour un oiseau de mer : il se contente le plus souvent de flotter ou nager en surface. Il lui arrive aussi de dérober des proies capturées par d'autres oiseaux de mer (poissons ou crustacés volés aux petites aigrettes et sternes), en les harcelant jusqu'à ce qu'ils lâchent leur butin, soit en subtilisant leur proie, après leur atterrissage : ce comportement est appelé cleptoparasitisme. Il sait ouvrir les coquillages en les faisant tomber de 10 m de hauteur, afin qu'ils se brisent, sous le choc.



- LE GOELAND BRUN :

CC BY-SA 2.5

Le Goéland Brun fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un oiseau sauvage de la Famille des Laridae. Cet oiseau migrateur vit sur la côte atlantique en Europe. Le Goéland brun se reproduit sur les côtes et au bord des lacs et vit en colonies. Il construit son nid sur le sol, au bord des falaises ou sur les constructions humaines. La femelle pond 3 œufs. L'incubation dure 23 à 26 jours. Les jeunes goélands bruns volent à l'âge de 32 jours. Le cri du Goéland brun est un pleur comme celui du Goéland argenté. Sa voix est plus nasillarde que celle du Goéland argenté. Ces cris peuvent être miaulants, graves, ou jappements. Le Goéland Brun est omnivore. Il se nourrit de charognes mais capture aussi de petites proies. Le Goéland Brun est plus piscivore que le Goéland argenté, se nourrissant de déchets de poissons rejetés et de poissons pris, lorsque les bateaux remontent leurs filets.



- LE PLONGEON ARCTIQUE :


Le Plongeon Articque fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un oiseau sauvage qui appartient à la Famille des Gaviidés et à l'ordre des Gaviiformes. C'est un piscivore qui aime capturer ses proies sous l’eau. Il peut plonger jusqu'à 6 mètres de profondeur. Il se nourrit de poissons, mais il peut compléter sa ration alimentaire, de nombreux invertébrés aquatiques. Il a été retrouvé des grenouilles dans l'estomac d'un individu mort. Cet oiseau se reproduit à l'age de 3 ans. Le record de longévité actuel (2008), a été détenu par un oiseau bagué en Allemagne agé de 27 ans et 10 mois. Son nid est un simple trou peu profond garni de mousse, de l'herbe, des feuilles, voire laissé nu. Les œufs sont alors pondus à même le sol. Pendant la saison hivernale et en vol, le plongeon arctique est plutôt silencieux. Sur l'aire de nidification, il lance souvent des "woueuh sonores". Au cours de la parade nuptiale, il pousse des hurlements perçants ressemblant à des jappements. La femelle pond, entre mai et juin, 2 œufs brun-jaune, avec quelques taches brun-noir, sur le gros bout. L'incubation est réalisée par les deux parents et dure en moyenne de 28 à 32 jours. A l'éclosion, les poussins pèsent en moyenne 72 grammes. Ils bénéficieront des soins parentaux pendant 2 mois, mais ils sont capables de se nourrir seuls au bout de 2 semaines. Cet oiseau hiverne sur de grands lacs souvent profonds. On le trouve le reste du temps en mer, dans les zones côtières. Lors de la migration, on peut le voir à l'intérieur des terres. Cette espèce de plongeon est une des quatre visibles en Europe. Cet oiseau est protégé en Europe. Même si sa répartition reste assez stable, la population est en très net déclin dans certaines zones (en Finlande). Les œufs du plongeon arctique présentent un taux alarmant de pollution, en mercure et le taux de reproduction n'arrive plus à compenser le taux de mortalité. Ce plongeon est sensible au virus H5N1 de la grippe aviaire.



- LE CORMORAN HUPPE :


Le Cormoran Huppé fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. Le Cormoran huppé (Phalacrocorax aristotelis) est une espèce d'oiseau de mer appartenant à la famille des Phalacrocoracidae. C'est une espèce strictement maritime dont l'aire de répartition est cantonnée à la rive est de l'Atlantique Nord et à la Méditerranée. Cet oiseau, comme son cousin le grand cormoran, a un plumage noir à reflets verts et un bec un peu crochu, allongé, mais son bec est plus fin, son front moins plat et il est doté d'une courte huppe sur la tête. Il présente aussi des dimensions plus modestes : il ne mesure que 65 à 80 cm de long, a une envergure de 90 à 105 cm et pèse de 1,75 à 2,50 kg. Les juvéniles sont bruns, avec le ventre plus clair que le reste du corps et ont le menton blanc. En vol, ils présentent un triangle blanc sur le bas de leur abdomen. Le cormoran huppé vole près des vagues, avec des battements rapides de ses ailes étroites. Le Cormoran Huppé est un bon plongeur, capable de plonger jusqu'à plus de 60 m alors qu'il plonge à 30 m d'habitude. Il reste environ 2 minutes sous l'eau, le maximum enregistré étant de 163 secondes, avec un laps de temps moyen de 84 secondes en moyenne entre 2 immersions. La plongée s'effectue depuis la surface. Elle suit un bond vif destiné à placer l'oiseau en position de plongée. Comme tous les cormorans, le Cormoran Huppé est une espèce strictement zoophage car de nombreuses espèces de poissons et d'invertébrés marins figurent à son régime alimentaire. Le Cormoran Huppé est une espèce marine et côtière, ne s'aventurant presque jamais jusqu'aux limites du plateau continental.



- LE DORYPHORE :


Le Doryphore appelé aussi Leptinotarsa Decemlineata, ou Doryphore de la Pomme de Terre, est un insecte de l'ordre des coléoptères et de la famille des chrysomélidés aux élytres jaunes rayés de noir. Ce phytophage, spécialisé dans les plantes de la Famille des Solanaceae, est un ravageur important, tant à l'état adulte, qu'à l'état larvaire, des cultures de pommes de terre qu'il peut anéantir en cas de défoliation totale. Il peut aussi s'attaquer à d'autres légumes comme la Tomate et l'Aubergine. S'il reste un problème sérieux dans certaines régions (Nord-Est des États-Unis, Canada, Europe orientale), il est moins redouté de nos jours en Europe occidentale et en France. Originaire du Mexique où il vivait à l'origine aux dépens de Solanacées sauvages, il fut découvert aux États-Unis où il a envahi les cultures de pommes de terre, à la fin du XIXe siècle, avant d'être introduit en Europe à la fin de la Première Guerre mondiale. Il s'est depuis répandu dans presque toute l'Amérique du Nord, ainsi que dans les zones tempérées de l'Ancien monde jusqu'en Extrême-Orient. Son potentiel d'expansion est encore élevé dans la mesure où il est absent de zones importantes pour la culture de la pomme de terre, l'Amérique latine, l'Australie, le sous-continent indien et une grande partie de la Chine. Classé comme organisme de quarantaine par toutes les organisations régionales de protection des plantes, il fait l'objet de mesures strictes de surveillance pour empêcher sa propagation. La lutte contre le Doryphore repose encore largement, sur les insecticides chimiques, malgré l'apparition de phénomènes de résistance envers toutes les classes de substances utilisées. A la fin de l'été, les adultes survivants s'enfoncent dans le sol pour hiberner à 30-40 cm de profondeur. Le taux de survie à la fin de l'hibernation a été estimé à plus de 60 %. Les Doryphores sont attirés vers les plants de pomme de terre par des composés volatils émis par le feuillage et constitués d'un mélange de terpénoïdes. Ces émissions sont amplifiées, chez les plantes déjà attaquées, par les insectes. On peut également cultiver à proximité des pommes de terre, des plantes attirant les Doryphores, mais toxiques pour eux, comme le Datura stramonium, le Brugmansia ou le Ricin.



- LE PIC NOIR :


Le Pic Noir appelé le Dryocopus martius est un oiseau de la famille des Picidae. Il fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, dans la région Bretagne, en France. C'est la plus grande des espèces de pics européens. Sa taille peut atteindre 51 cm. C'est un pic au plumage noir, sauf une calotte rouge chez le mâle (seulement la nuque chez la femelle). C'est un oiseau forestier au tambourinage très sonore, des forêts de hêtres et de conifères qui se repaît d'insectes xylophages. en général des hêtres en plaine, il creuse une cavité de grande taille en forme de puits, pouvant aller jusqu'à 55 cm, dans laquelle il installe son nid. La femelle pond le plus souvent 3-4 œufs dont l'incubation est courte (12 jours). Les jeunes quittent le nid au bout de 28 jours. En dehors de la période de reproduction, c'est un oiseau sédentaire, territorial et solitaire. Le Pic noir est originaire des forêts montagnardes du nord et du centre de l'Europe. Le Pic noir utilise les souches des résineux à la recherche d'insectes xylophages dont il se nourrit abondamment. en creusant le bois. Il se nourrit d'insectes et larves et au sol, il mange des fourmis. Le Pic noir bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Son "Pi-uuuuu" sonore, long, plaintif. "Kli-uu" sifflé. En vol, il pousse un "krukrukrukru" puissant. Long tambourinage très puissant. Son nid est une grande loge à accès ovale (9 x 12 cm), dans un gros arbre (4-6 œufs/1 ponte/avril-juin).



- LE CHOUCAS DES TOURS :

CC BY-SA 2.5

Le Choucas des Tours est un oiseau sauvage, fait partie de la Faune, qui vit dans le Finistère, dans la région Bretagne, en France. Le Choucas des Tours (Coloeus monedula), aussi appelé Corbeau, Choucas ou Corneille des clochers, est une espèce d'oiseaux de la Famille des corvidés. De taille moyenne parmi les corvidés (33–39 cm), cet oiseau présente un plumage noir avec la nuque et les côtés de la tête gris aux reflets bleus. Ses yeux ont la particularité d'avoir un iris blanc, très visible. Le Mâle et la femelle sont rigoureusement identiques (pas de dimorphisme sexuel) et sont fidèles tout au long de leur vie. D'avril à juin, la femelle pond de 3 à 7 œufs, qu'elle couve durant 16 à 18 jours. Les deux parents assument l'élevage des jeunes qui s'envolent à l'âge d'1 mois. Le Choucas peut vivre 15 ans. Comme la majorité des corvidés, le Choucas est omnivore : il se nourrit de graines, de fruits, de légumes, d'insectes, de vers, d'escargots, de grenouilles ainsi que des miettes des promeneurs recueillies au sol. Le Choucas pille aussi les nids. Le soir, les choucas se rassemblent, par centaines, et passent la nuit dans des arbres-dortoirs. Il ne faut pas le confondre avec le Chocard à bec jaune qui possède un plumage noir brillant, un bec jaune, des pattes rouges et ses appels sont distinctifs et reconnaissables.



- L'ETOURNEAU SANSONNET :


L'Etourneau fait partie de la Faune qui vit dans le département du Finistère,en région Bretagne, en France. C'est un petit oiseau asez agressif. L’Etourneau Sansonnet ressemble beaucoup à un merle noir. Pourtant, un point important le différencie de cet oiseau. Si le merle sautille, l’etourneau sansonnet, lui, marche. De son nom scientifique Sturnusvulgaris, il appartient à la famille des Sturnidés, de l’ordre des Passériformes. L'Etourneau sansonet est très à l’aise, en milieu urbain, et peut devenir rapidement envahissant. Il possède un plumage tacheté de taches plus claires. En automne, ses plumes sont de couleurs blanches et chamoisées et forment un léger ourlet. En période nuptiale, il ressemble beaucoup au merle noir, avec son plumage, d’un violet brillant et vert et de noir mordoré. Ses yeux sont bruns foncés. Son bec vire au noir ou gris foncé, il est conique, long et pointure. Ses pattes sont de ton brun roux. Son corps est rondelet. Sa queue est carrée, noire et courte. Les pattes de l'Etourneau-Sansonnet mâle sont d'un ton rose-rouge, plus vif que celles de la femelle. Physiquement, il est plus petit que le merle. Sa taille est de 17cm et 22cm. Son poids fait 60gr a 95 g et sa corpulence atteint 37 cm environ. Son chant est fait de sifflements alternés avec des syllabes aussi mélodieuses les unes que les autres. Il sait imiter le loriot, la foulque ou encore la buse. Il aime s'attaquer aux arbres fuitiers, s'accageant vos beaux fruits. En groupe, ces oiseaux nous offrent un véritable ballet dans le ciel. Il est omnivore et se nourrit aussi bien de végétal que de petits animaux et d'insectes.



- LE GOMPHOCERE TACHETE OU CRIQUET TACHETE :

CC BY-SA 2.0

Le Gomphocère Tacheté est un criquet qui fait partie de la Faune vivant dans le Finistère, en région Bretagne, en France. Le Gomphocère Tacheté, a été identifié dans les dunes. Les Ciquets tachetés ou Gomphocerinae sont une sous-famille d'insectes orthoptères de la famille des Acrididae. Ils sont appelés les Criquets chanteurs. Les espèces de cette sous-famille d'insectes se rencontrent aussi en Asie, en Europe, en Afrique, en Amérique et en Océanie.




A Trébahu, une grande partie de la zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique dénommée « le Ria du Conquet, l'étang de Kerjean et le Vallon de Kermorvan ». Cette zone présente des biotopes rares, dans les dunes bordant la ria. C'est une zone d'hivernage pour de nombreuses espèces d'oiseaux limicoles.


- LE GRAND RHINOLOPHE :

CC BY SA 3.0

Le Grand Rhinolophe se reproduit dans le Vallon de Kermorvan. Il s'agit du plus grand des rhinolophes européens. C'est une chauve-souris despet robuste, avec des ailes courtes et larges. Il est reconnaissable par son nez en forme de fer à cheval, composé d'un appendice supérieur court et arrondi et d'un appendice inférieur pointu. Son pelage est de couleur grisâtre avec des nuances rousses sur le dos et plutôt beige sur le ventre. Le Grand rhinolophe ne possède pas de tragus. Son corps fait 5,7 cm à 7 cm ; sa queue est longue de 3,5 cm à 6,5 cm, son envergure est de 35 cm à 40 cm, son poids fait 17gr à 30 gr. La population du Grand Rhinolophe a subi un fort déclin au cours du XXe siècle. En France, la population est estimée à 40 000 individus, avec des noyaux en Bretagne (8,1 % des effectifs hivernants et 17,4 % des effectifs reproducteurs de l’hexagone, soit 37 colonies de reproduction en 2008), dans la Loire et dans le Sud de la France. Le Grand rhinolophe fréquente des grottes, des caves et des mines de toutes dimensions avec 95 % d'hygrométrie, il préfère les vastes sites où les températures doivent être comprises entre 7°C et 9°C comme les porches, cheminées, viaducs, branches d'arbre. Le Grand Rhinolophe est mature sexuellement entre 2 et 3 ans, il se reproduit en automne mais ily a des accouplements en hiver et au printemps. Les femelles visitent des sites ou des mâles pour lesquels elles peuvent montrer une certaine fidélité à long terme. La reproduction est essentiellement polygame mais quelques femelles se reproduisent avec le même mâle d’une année sur l’autre. Les naissances des jeunes ont lieu de la Mi-Juin à la Mi-Juillet et dépendent des conditions météorologiques, les mères accordent une forte importance à l'élevage de leur seul et unique petit. Elles peuvent revenir plusieurs fois, la nuit, entre des périodes de chasse afin d'allaiter leur petit. Le Grand Rhinolophe est considéré comme une espèce vulnérable et protégée dans de nombreux pays européens.



- LE PLUVIER A COLLIER INTERROMPU :

CC BY-SA 3.0

Le Pluvier à collier interrompu ou Gravelot à collier interrompu ou Charadrius alexandrinus est un petit oiseau limicole, appartenant à la Famille des Charadriidae. Le Pluvier à Collier interrompu est un oiseau migrateur. Le pluvier se nourrit d'animaux dans les sables des plages à marée basse, dans les laisses de mer (mollusques, vers, crustacés, insectes). La femelle pond 3 œufs (dotés d'un mimétisme de couleur sable) sur la plage. Les deux parents couvent les œufs durant 26 à 32 jours. Il existe une ponte de remplacement en juillet. Une fois les œufs pondus, si la mère est dérangée pendant qu'elle échauffe ou nourrit ses petits, elle tente d'éloigner l'intrus par la tactique de diversion dite de l'aile cassée, c'est-à-dire en imitant un oiseau blessé. Si la manœuvre échoue, les parents émettent des cris d’alerte, intimant, à leurs petits, de se plaquer au sol et de rester immobiles. Ainsi, la reproduction de l'espèce est rendue difficile dans les zones côtières comme, l'Ile d'Oléron où l'augmentation de l'affluence de la population humaine sur les plages en été et le nettoyage mécanisé menace directement l'habitat des couples nicheurs. Sur le territoire français, l'espèce est classée "vulnérable".



- LA RAIE BOUCLEE :

CC BY-SA 4.0

La Raie Bouclée ou Raja clavata est une raie, qui fait partie du département du Finistère, en région Bretagne, en France. Elle fait partie de l'ordre des Rajiformes. On la trouve aussi de la Norvège à l'Afrique du Sud, en Méditerranée, autour des îles Britanniques, jusqu'en Islande. Sur le plan commercial, c'est l'espèce de rajidé la plus importante des pêches françaises. C'est également la plus recherchée au point de vue gustatif. Elle vit elle vit jusqu'à 300 m de profondeur en Atlantique et jusqu'à 400 m en Méditerranée.Elle est souvent partiellement enfouie, pour se camoufler,durant la journée. La couleur de son dos est grisâtre ou brun clair, quelquefois unie, mais en général marquée de taches sombres assemblées ou en lignes sinueuses. Ce dessin est complété de grandes taches jaunâtres, irrégulières. Celles-ci sont cerclées de noir chez les jeunes. Un individu adulte peut aussi être paré d'ocelles cernés de gris. Le ventre est blanchâtre, souligné de gris en périphérie. La bouche et 2 séries de 5 fentes branchiales sont situées sur la face ventrale. La mâchoire supérieure est armée de dents puissantes, pointues chez le mâle et aplaties chez la femelle. La queue, enfin, est parée d'une série d'anneaux sombres ou clairs, inégaux.La raie bouclée a la forme aplatie d'un disque étroit, en losange, parfois ondulé à l'arrière. Les nageoires pectorales sont grandes, de forme triangulaire. Elles sont soudées à la tête ainsi qu'à tout le corps. La queue est longue et fine, avec une nageoire pelvienne triangulaire de part et d'autre. Le museau et le rostre sont courts et pointus. La taille de la Raie Bouclée peut atteindre 1,20 m de long pour les femelles, 70 cm pour les mâles, et 60 cm de large. Les yeux sont rapprochés, en avant des spiracles.



- LA LOUTRE D'EUROPE :

CC BY-SA 3.0

La Loutre d'Europe fait partie de la Faune sauvage du Finistère, en région Bretagne, en France. La présence erratique d'autres mammifères est parfois signalée comme celle de la Loutre d'Europe en 2010. Ele est aussi appelée la Loutre commune, en Europe, où elle est présente. C'est une espèce de mammifères carnivores, semi-aquatiques, diurnes, de la famille des Mustélidés (sous-famille Lutrinés). Elle est l'une des 3 espèces de loutres se rattachant au genre Lutra. En France, on ne trouve que cette seule espèce de loutre. Autrefois présente sur tout le territoire, elle a disparu au XIXe-XXe siècle d'une grande partie de son aire naturelle de répartition en raison de la chasse qu'on lui a faite, puis de la pollution. En tête de réseau trophique, la Loutre d'Europe accumule de nombreux polluants bio-concentrés tout au long de la chaine alimentaire, dont des polluants non dégradables, comme les métaux lourds et métalloïdes, et divers polluants organiques persistants, peu dégradables, comme les organochlorés et des organophosphorés (Pesticides Agricoles ou Pesticides Industrielles.



- LE CHEVAL BRETON :

CC BY-SA 3.0

Officiellement, une seule race chevaline est reconnue comme propre à la Bretagne. Le Cheval Breton se divise en trois types, dont deux perdurent de nos jours : le Centre-montagne ou petit trait breton (disparu), le Postier (plus léger) et le Trait (plus lourd). La différence s'explique par l'utilisation, le Trait breton était destiné à la traction lourde au pas (qui exige des chevaux un placement de l'encolure presque à l'horizontale), et le Postier à la traction au trot qui, au contraire, s'effectue avec l'encolure relevée. Issu des montagnes, le Centre-Montagne est la plus petite variété de la race bretonne. Il est reconnu officiellement en 1927 et descend des bidets. Il disparut en 1980, à cause de son faible rendement pour la viande. Le type Postier est le « fleuron de la race », considéré comme l'un des plus précieux patrimoines zoologiques français. Son nom provient de son utilisation historique pour tirer les chariots des Postes. Il est issu de croisements entre les juments du Léon et des étalons trotteur Norfolk et Hackney, au début du XXe siècle. Le Postier Breton se fit connaître, en 1905, grâce au Concours Central Hippique de Paris. Plus léger et étendu dans ses allures que le Trait, toisant environ 1,55 m, il est élevé principalement dans le centre de la Bretagne. C'est un bon cheval d'attelage capable de réaliser des travaux de trait léger. Le Trait est issu de croisements avec des Ardennais et des Percherons, notamment le demi-Ardennais Naous. Le Trait Breton est très fort en rapport avec sa taille et est haut de 1,60 m. Désormais, élevé presque essentiellement pour sa viande, il forme le type le plus fréquent chez la race et peut peser 1 Tonne.



- LE FRELON ASIATIQUE A PATTES JAUNES (Espèce Nuisible):

CC BY-SA 3.0

Le Frelon asiatique ou Frelon à pattes jaunes appelé aussi
Vespa velutina est une espèce d'hyménoptères de la famille des Vespidae, de la sous-famille des Vespinae et du genre Vespa. Cette espèce a été introduite par l'activité humaine en Europe où il pourrait menacer certaines espèces d'insectes autochtones. Il existe de nombreuses sous-espèces. Une sous-espèce de couleur noire, Vespa velutina nigrithorax, a été introduite en Europe avant 2004 où elle est devenue une espèce invasive. En avril 2017, le Frelon a colonisé presque toute la France, le Portugal, le Nord de l'Espagne et quelques régions de l'Italie, l'Allemagne, la Belgique et la Grande-Bretagne. La reine mesure jusqu'à 3,2 cm. Sa durée de vie est d'1 an. Chaque reine fonde sa propre colonie au printemps, en mars jusqu'à début août. Elle se compose alors de larves qui deviendront les premières ouvrières, ouvrières de première caste. Les fondatrices ne pondent qu'un œuf par jour en début de saison et le développement des larves nécessite 45 jours. C'est vers le 15 juin, que la fondatrice a assez d'ouvrières pour la nourrir et à partir de là, elle ne fera plus que pondre, jusqu'à 100 œufs par jour ! Mi-juin, la colonie ne compte que des ouvrières puis vers la fin de l'été, également de mâles et des femelles sexuées. Les femelles sexuées, futures reines, passent l'hiver en diapause dans un endroit abrité, souvent enterré, et sortent au printemps pour fonder de nouvelles colonies. Une ouvrière mesure environ 2 cm. Elles sont produites plus petites sur un nid jeune, leur taille augmente à mesure que le nid est plus gros. La sous-espèce Vespa velutina nigrithorax est reconnaissable à ses pattes jaunes, ses ailes sombres, son thorax noir, sa couleur sombre et son abdomen sombre cerné d'un anneau jaune-orangé marqué d'un triangle noir. En janvier 2013, le Frelon Asiatique a été classé Espèce Exotique Invasive au Code de l'Environnement . N'y touchez pas. Le Frelon asiatique ou Vespa Velutina a été identifié au début des années 2000 dans la région Aquitaine. Depuis, celui-ci n'a cessé de proliférer sur notre territoire et est responsable de la disparition de nombreuses ruches. Appelez la Préfecture en cas de découverte d'un nid de frelons pour le faire éradiquer.



- L'AZURE DE L'AJONC :

CC BY-SA 3.0

L'Azuré de l'Ajonc appelé aussi le Petit Argus (Plebejus argus) est un insectes lépidoptère (Papillon) qui fait partie de la Faune vivant dans le Finistère, en région Bretagne, en France. L'Aziré de l'Ajonc appartient à la famille des Lycaenidae et de la sous-famille des Polyommatinae. C'est un petit papillon qui présente un dimorphisme sexuel, le dessus du mâle est bleu violet à bordure noire et frange blanche. Celui de la femelle est marron, avec une ligne de lunules sub marginales orange, visibles aux postérieures. Le revers est beige chez le mâle, ocre chez la femelle orné d'une ligne marginale de points noirs pupillés de bleu vert argenté doublée d'une ligne de lunules, de ton orange puis d'une ligne de points noirs, cerclés de blanc. Il hiverne à l'état d'œuf ou de chenille.Les chenilles sont soignées par des fourmis. L'Azure de l'Ajonc vole en 2 générations : de mai-juin puis en juillet-août. La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile noire et un corps verdâtre, avec une bande dorsale brune et sur les flancs, une ligne blanche. En France métropolitaine, il serait présent dans tous les départements sauf quatre, Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne, Mayenne et Hauts-de-Seine. L'Azuré de l'Ajonc vit dans les lieux variés, herbus et fleuris.




- LE CERF ELAPHE :

CC BY SA 3.0

Au début du XXe siècle, la présence du Cerf Elaphe a été signalé dans le département du Finistère, en région Bretagne, en France. Le Cerf Elaphe ou Cervus elaphus est un grand cervidé des forêts tempérées d'Europe, d'Afrique du Nord, d'Amérique du Nord et d'Asie. Le Cerf Elaphe est l'un des représentants les plus connus de cette famille de mammifères. L'espèce comprend plusieurs sous-espèces, dont le Cerf de Bactriane, le Cerf du Turkestan, le Cerf rouge du Turkestan ou encore le Cerf Elaphe du Turkestan. La femelle est la Biche, le petit est le Faon. Ensuite, de 6 mois à 1 an, on l'appelle « hère » s'il s'agit d'un mâle, la femelle conserve le nom de Faon jusqu'à un an. De 1 an à 2 ans, le jeune mâle est appelé Daguet avec se prtites cornes sur sa tête et la femelle est appelée la "Bichette"



- LE PETONCLE :

C BY-SA 3.0

Le Pétoncle fait partie de la Faune Maritime du Finistère, en région Bretagne, en France. Le Pétoncle, depuis, désigne des bivalves pectinidés autres, que les Coquilles Saint-Jacques. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, le Pétoncle a servi pour nommer une grande diversité de coquillages avant que Jean-Baptiste de Lamarck n'en fasse un genre précis (Pectunculus). Les Pétoncles de Lamarck et les naturalistes du XIXe siècle ne correspondent toutefois pas du tout aux coquillages que nous connaissons aujourd'hui sous ce nom. Plusieurs espèces de pétoncles jouissent d'une excellente réputation gastronomique et font donc l'objet d'une exploitation à fort potentiel économique, comme la pêche ou la pectiniculture.Les pétoncles, comme tous les pectinidés, sont parmi les fruits de mer les plus appréciés. Ils doivent sans doute cette réputation à leur taille assez grande, à leur chair plus tendre que celle de la plupart des autres mollusques et, surtout, à une saveur très particulière, généralement très douce. C'est à Russell Henry Chittenden, biochimiste à l'université Yale, que l'on doit, en 1875, la découverte de la teneur particulièrement élevée du muscle adducteur de pétoncle en glycogène. C'est ce muscle adducteur, plus connu sous le nom de « noix », qui constitue la partie la plus prisée de ce mollusque. Pour l'essentiel, ce sont donc les Noix de Pétoncles qui sont commercialisées. Le Pétoncle se consomme cru, poché, poêlé ou passé au four (pétoncles farcis). Le Pétoncle peut s'utiliser congelé ou frais. On consomme aussi le corail de pétoncle qui est l'organe génital. Le¨Pétoncle est un fruit de mer très estimé pour ses valeurs nutritionnelles en acides gras : pauvre en acides gras saturés mais riche en Omégas-3. On reconnait sa fraîcheur à l'odeur, à l'absence de liquide suspect ou, lorsqu'il est vivant, à sa contraction musculaire. Les protéines du Pétoncle Chlamys varient, cuit à la vapeur, sont de 23,2 grammes pour 160 milligrammes de sodium, par rapport à la coquille de Saint Jacques, qui est de 15,6 grammes pour 156 milligrammes de sodium.



- LA LANGOUSTINE :

CC BY-SA 4.0

La Langoustine » est le nom vernaculaire donné à de nombreux crustacés, de la sous-famille des Nephropinae des genres : Eunephrops, Metanephrops, la langoustine de mer de Chine ou langoustine à raies rouge, Nephrops, la Langoustine commune Thymopides. En France, il désigne particulièrement l'espèce Nephrops norvegicus ou Langoustine Commune. Contrairement à ce que son nom peut suggérer, la langoustine n’est pas une petite langouste. Elle appartient a une famille qui inclut aussi le homard et les écrevisses, mais pas les langoustes. Elle est également connue sous son nom italien de « scampi ». Sa morpholie est de :Longueur du corps : 13,3 cm (mâle), 10,8 cm (femelle), la Longueur de la queue est de 5,5 cm et 7 cm, son poids adulte est vaiable, sa maturité sexuelle est de 2ans. Sa gestation dure 8 mois. La langoustine commune vit sur les fonds sablo-vaseux, à proximité du plateau continental, de -15 à ?800 m de profondeur. Sa répartition est déterminée par la nature du fond et la température de l'eau que par la profondeur. La langoustine est sédentaire, elle vit dans un terrier creusé dans la vase qu'elle ne quitte qu'à l'aube et au crépuscule (quand la luminosité est faible) pour se nourrir. Ces terriers présentent un nombre variable d'orifices selon la taille de l'animal. Ceux des femelles présentent en plus des orifices d'oxygénation pour permettre une meilleure circulation de l'eau, autour des œufs.



- LA STERNE-PIERREGARIN :

CC BY-SA 2.5

La Sterne-Pierregarin (Sterna Hirundo), aussi connue sous les noms d'Estorlet, de Goélette ou d'Hirondelle de mer, est une espèce d'oiseaux de la famille des laridés. La sterne Pierregarin fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. L'Estorlet ou la Sterne pierregarin hiverne sur les rives du golfe du Mexique et du sud de la Floride, jusqu'en Amérique centrale. Au début de chaque printemps, les colonies reviennent occuper leurs aires de nidification de l'hémisphère nord. Dans le golfe du Saint-Laurent, les plus grosses concentrations de sternes pierregarin se trouvent dans l'archipel de Mingan, aux îles de la Madeleine et dans la zone comprise entre l'île à la Brume et les îles Sainte-Marie. On en trouve aussi en Gaspésie, dont la colonie de Carleton-sur-Mer. Lors de ses migrations, la Sterne pierregarin fréquente aussi bien les zones côtières que l'intérieur des terres, dans les habitats les plus divers. À l'intérieur, elle est liée aux rivières et aux lacs. Sur le littoral, elle niche de préférence sur des îlots rocheux, mais aussi sur des plages et au bord de marais. Elle a été observée en Champagne au-dessus des lacs de la forêt d'Orient le 23.04.2008. La Sterne Pierregarin est toute l'année présente en bords de Loire, près d'Orléans.



- LA BAUDROIE COMMUNE (Espèce protégée)

CC BY-SA 3.0

La Baudroie fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un poisson marin qui vit le long des côtes d'Europe. On la trouve fréquemment sur les côtes de Provence. La Baudroie commune et plusieurs espèces de poissons marins appartiennent à la majorité d'entre eux, à la famille des lophiidés. La queue de ce poisson est aussi appelée lotte. Cependant, le terme lotte peut être source de confusion, car il désigne tantôt un poisson d'eau douce, la lotte de rivière, tantôt la queue de la baudroie. Les Baudroies sont aussi appelées Diables, Crapauds de mer, Marache ou Saillot. Au XIXe siècle, Souris de Mer est le nom vulgaire par lequel on désigne parfois la baudroie. Sa tête énorme la fait ressembler à un crapaud. Sa peau est totalement lisse, sans écaille. Son corps est oblong et presque cylindrique. Le dos est brun-jaune ou vert avec des marbrures sombres. Les flancs sont clairs et le ventre est blanc. À vingt ans, elle peut atteindre 2 mètres pour un poids de 45 kg. Les spécimens dépassant 50 à 60 cm sont rares. Sur la tête de la Baudroie commune aux dimensions disproportionnées par rapport au reste du corps, les yeux sont situés haut et très en arrière de l’articulation du filament pêcheur et du second rayon libre de la première nageoire dorsale. Comme tous les poissons, la Baudroie commune a des yeux sans paupières. Ses arcades orbitaires sont hypertrophiées. De la tête de la Baudroie commune sont extraites les joues, à des fins culinaires. La gueule de la Baudroie commune est impressionnante : les dents de la Baudroie, des canines, sont pointues et aigües comme des stylets. Elles sont orientées vers l’arrière de la bouche afin d’interdire toute fuite de la proie happée (petits poissons) et de déglutir. De chaque côté de la mâchoire inférieure, on distingue un seul rang de dents sur une certaine longueur. Puis, on observe une seconde rangée de dents plus longues et très pointues. La mâchoire supérieure comprend 3 rangs de dents aigües. Les Baudroies âgées ont certaines dents usées ou cassées. La denture de la baudroie sert uniquement à retenir les proies. Les dents ne sont pas utilisées pour broyer. La Baudroie possède également des dents au fond de sa cavité buccale. Elles sont moins longues mais tout aussi pointues. La mâchoire inférieure est fixe. C’est la mâchoire supérieure qui s’ouvre vers le haut. Une fois morte, la gueule de certaines baudroies s’ouvre totalement et c’est dans cette position que la baudroie (commune) apparaît la plus impressionnante.Ses nageoires pectorales sont longues, larges, horizontales et musclées. Elles lui servent pour se mouvoir sur les fonds et pour s’enfoncer dans la vase ou le sable mais pas pour nager avec aisance. La Baudroie nage mal. Elle se déplace peu. Vu la largeur disproportionnée de sa tête et malgré la longueur des nageoires pectorales, ces dernières donnent l’impression d’être deux pattes trapues et palmées. C’est un poisson de fond, diurne,qui est essentiellement piscivore. Il s'enfouit dans le sable ou la vase et attend ses proies plutôt que de les chasser. La Baudroie commune agite un appendice luminescent juste au-dessus de sa bouche pour capturer ses proies. Dès qu'un poisson s'en approche, il est aspiré avant que la bouche, tapissée de nombreuses dents pointues ne se referme comme un piège.La baudroie n'atteint sa maturité sexuelle qu'à 6 ou 7 ans pour les mâles, mesurant alors 60 cm et 9 ans ou 11 ans pour les femelles. Elles pondraient jusqu’à 3 millions d’oeufs sous forme d’un ruban muqueux. La baudroie est un poisson prisé pour sa chair très fine. Son foie, ses joues et sa queue sont des mets particulièrement recherchés. Sur les étals des poissonniers, l'animal est rarement présenté entier car la tête de la Baudroie n'est pas esthétique et peut faire peur. On ne présente que sa queue, dont la peau est enlevée sous la dénomination de lotte. Sa chair, quasiment sans arêtes, est souvent comparée à celle de la langouste et reste ferme à la cuisson. Greenpeace a placé la Baudroie sur sa Liste Rouge et recommande d'en cesser la consommation, jusqu'à ce que sa survie soit assurée. La Baudroie fait partie des espèces protégée.



- LA BALEINE :


La Baleine fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un mammifère marin de grande taille classé dans l'ordre des Cétacés. C'est un terme générique qui s'applique aux espèces appartenant au sous-ordre des mysticètes, les cétacés à fanons ainsi que, improprement, à certaines espèces appartenant aux odontocètes, les cétacés à dents. Le petit de la baleine s'appelle le baleineau. Les anciens Grecs et Romains avaient clairement identifié les baleines comme étant des mammifères marins dotés de poumons et d'un évent. Dans une étude publiée en septembre 2019, le Fonds Monétaire International (FMI) et le Great Whale Conservancy mettent en évidence, le rôle des baleines dans la limitation des gaz à effet de serre, responsables du dérèglement climatique. Selon Ralph Chami, Directeur associé à l'Institut du Développement des Capacités du FMI et Michael Fishbach, directeur exécutif au Grand Conservatoire des Baleines, les efforts visant à restaurer les populations de baleines dans le monde sont l'un des moyens les plus simples de combattre le changement climatique. Néanmoins, les cadavres de baleines piscivores ou carnivores qui, en surface, se sont parfois nourries de grands poissons, chargés de métaux lourds, métalloïdes toxiques, radionucléides, pesticides, PCB, dioxines, furanes, etc.) contaminent une partie du réseau trophique océanique, mais aussi la chaine alimentaire qui nourrit l'Homme. Le 13/08/2019, cette baleine, de 13 mètres de long, est venue s'échouer, sur la plage de Penmarc'h.



- LES PHYSALIES :


Les Physalies font partie de la Faune marine du Finisère, en région Bretagne, en France. Les Physalies appelées aussi « fausses méduses », sont des animaux vivant en colonies prenant la forme d'un superorganisme unique ressemblant à une méduse. Physalia est un genre de cnidaires pélagiques urticants de l'ordre des siphonophores. Ce sont des siphonophores marins. Elles sont composées d'un flotteur surmonté d'une voile et duquel partent de nombreux tentacules. Chaque colonie comporte 4 types de polypes translucides, possède de très longs et fins tentacules de plus de 50 mètres de long parfois et qui provoquent de graves brûlures. Les lésions urticantes provoquées par les Physalia peuvent entraîner un collapsus cardio-vasculaire. Les Physalia se déplacent en grand nombre au large dans les mers tropicales, mais on peut en rencontrer parfois près des côtes aquitaines de la Charente-Maritime et même de Bretagne où elles peuvent s'échouer. Le genre compte selon les classifications une ou deux espèces appelées physalies : Physalia physalis et Physalia utriculus. La première fréquente l'océan Atlantique, et la seconde l'Indo-Pacifique.



- L'EPERVIER D'EUROPE :

CC BY-SA 3.0

L'Epervier d'Europe fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un oiseau sauvage. L'épervier est un rapace du genre Accipiter, appelés également Autour. Tous les autours ne sont pas non plus nommés Eperviers ni toujours du genre Accipiter. Pris comme un concept, sans distinction d'espèce, l'épervier est porteur d'un certain nombre de valeurs symboliques et culturelles en relation avec son mode de chasse, ses capacités de vol ou son dimorphisme sexuel.



- LA BERGERONNETTE GRISE (Espèce protégée):

CC BY-SA 2,5

La Bergeronnette grise fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. La Bergeronnette grise, de son nom scientifique : Motacilla alba, est aussi appelée le Hochequeue gris. C'est un petit passereau, de la même famille que les Pipits et la Sentinelle. La Bergeronnette grise niche dans la plus grande partie de l'Europe et de l'Asie, ainsi qu'en Afrique du Nord. Elle est sédentaire dans la partie la plus douce de son habitat et, migre vers le Sud dans les autres cas. Autrefois, elle était appelée "Lavandière". Il existe 10 sous-espèces de Bergeronnettes grises. La Bergeronnette grise mesure de 16 cm et 19 cm, avec sa longue queue, caractéristique de son genre. Elle pèse 25 grammes. La femelle pond 5 à 6 œufs gris foncé qu'elle couve pendant 12 à 14 jours. Les oisillons sont aveugles à la naissance et sont nourris par les 2 parents. Ils peuvent voler dès leur 15è jours. C'est un insectivore se nourrissant essentiellement de mouches, de moustiques et de fourmis. Elle peut picorer les insectes au sol, ou les capturer en plein vol. La Bergeronnette Grise bénéficie d'une protection totale en France, depuis l'arrêté ministériel du 17/04/1981.



- LA MESANGE BLEUE :

CC BY-SA 4.0

La Mésange Bleue appelée aussi Cyanistes caeruleus fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. La Mésange Bleue est un petit passereau de la famille des Paridés. Facilement reconnaissable par sa petite taille, on alure rondouillarde, ses fines pattes, son minuscule bec, et son joli plumage à dominante de bleu et jaune, la Mésange Bleue fait partie des espèces les plus emblématiques de l'avifaune européenne. Elle occupe préférentiellement les habitats pourvus de nombreux arbres et de verdure où elle trouve sa nourriture : les forêts de feuillus et les bocages sont ses milieux de prédilection, elle fréquente aussi les parcs et les jardins, jusqu'en ville. Elle partage son habitat avec d'autres espèces de mésanges, comme la Mésange Charbonnière, qui montrent des différences dans la distribution spatiale et dans la niche écologique exploitée. La Mésange bleue est monogame. La femelle s'occupe de l'élevage des oisillons en se spéciamisant de la couvaison. Le mâle s'ocupe du nourrissage de la couvée. Les effectifs de cette Mésange bleue sont en légère progression en Europe. On dit que la mésange zinzinule ou zinzibule, son cri devient strident à l'approche d'un danger, elle avertit ainsi ses proches ou cherche à intimider ses adversaires, comme la Mésange Charbonnière.



- LA CIGNOGNE BLANCHE

CC BY-SA 2.0

Le Cigogne Blanche fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. La Cigogne blanche dépose parfois des fientes très diluées, contenant les matières fécales et l'urine, sur ses propres pattes, rendant celles-ci blanches. L'évaporation résultant assure le refroidissement que l'on appelle urohidrose. Les oiseaux bagués peuvent parfois souffrir d'une accumulation de fientes autour de l'anneau qui leur blesse les pattes et peut entraîner des nécroses mortelles. La Cigogne blanche est considérée comme une utilisatrice d'outils, pouvant aussi essorer des mousses avec son bec, pour faire goutter de l'eau, dans le bec de ses poussins. Le son principal émis par la Cigogne blanche adulte est un claquement de bec bruyant, qui a été comparé à des tirs lointains de mitrailleuses. On dit que la Cigogne Blanche claquette, craquette ou glottore.



- LA MOUETTE RIEUSE :

CC BY-SA 3.0

La Mouette Rieuse fait partie de la Faune du département du Finistère, en région Bretagne, en France. On confond souvent la Mouette avec le Goéland. Ce dernier est plus imposant que la Mouette, et plusieurs espèces de Goélands possèdent une tache rouge sur chaque côté du bec, ce qui permet de les différencier. C'est une Mouette de 33 à 43 cm de long avec une envergure de 85 à 110 cm, pesant entre 195 gr et 374 gr. Ses autres mensurations sont : 282 à 332 mm pour l'aile, 109 à 125 mm pour la queue, 28 à 35 mm pour le bec, 39 à 49 mm pour le tarse et 30 à 42 mm pour le doigt médian. Le mâle est en moyenne un peu plus grand que la femelle mais de larges chevauchements des différentes différences biométriques sont observées. Les Mouettes Rieuse adultes sont un peu plus grandes que les immatures. Les mâles adultes sont un peu plus lourds que les femelles tout au long de l'année. Les jeunes oiseaux sont plus légers que les adultes d'août à avril tandis que le contraire s'observe de mai à juillet. La Mouette rieuse fréquente les lacs et étangs où elle ne trouve pas de vastes roselières, les marais et les étangs côtiers. Elle se trouve aussi en ville et dans les zones cultivées. La Mouette rieuse est une espèce sociable et peu farouche. Son nom vient de son cri rauque et sonore. Elle est omnivore. Elle se nourrit d'animaux, d'insectes et de vers de terre, de végétaux et de déchets ménagers ou industriels. Elle joue ainsi le rôle d'éboueur mais peut aussi voler les proies des autres oiseaux. Les méthodes que la Mouette rieuse emploie pour trouver sa nourriture et la nature de celle-ci varient considérablement selon la région, la saison, les proies disponibles mais aussi les préférences individuelles. Ainsi, pour capturer des lombrics, elle frappe le sol alternativement de ses pattes palmées en restant sur place, les vibrations provoquent l'émersion de ses proies. La Mouette rieuse se reproduit près des eaux calmes peu profondes, douces, saumâtres ou salées, de préférence sur le bord des étangs, des lacs et des rivières lentes. La femelle pond une couvée par an, de 3 œufs, d'avril à juillet. Le nid est fait de matériaux végétaux posés sur des touffes de laîche ou de joncs, ou sur des îlots sableux ou herbeux, des radeaux. La Mouette Rieuse peut vivre 30 ans.



* LE COUCOU GRIS :
de Steve Garvie
CC BY-SA 2.0

Le Coucou Gris fait partie de la Faune qui vit dan le Finistère, en région Bretagne, en France. Le Coucou gris appelé Cuculus canorus, est un oiseau de la famille des Cuculidés. Il doit son nom vernaculaire à son chant. Son comportement est caractérisé par la pratique du parasitisme de couvée. Insectivore, il a la taille d'un faucon crécerelle ou d'un épervier. Le coucou est un oiseau discret, longiligne, de taille moyenne (environ 30 cm), avec de longues ailes pointues et une longue queue arrondie. En vol, il ressemble à l’épervier d'Europe avec des ailes pointues similaires. Il vole avec des battements d’ailes réguliers, les ailes n’étant que très peu soulevées au-dessus du corps. Le bec est alors tendu vers l’avant. Il perche souvent seul, sur les lignes et poteaux, les ailes tombant légèrement, alors que la queue est légèrement relevée. Dans cette position, il a l’air courtaud et court sur pattes. A l'âge adulte, le coucou se nourrit généralement des chenilles ; il est le seul oiseau à pouvoir digérer les plus velues. Faute de mieux, il se rabat sur les vers de terre. Sa vue est si perçante qu'il peut repérer la tête d'un lombric à 15 ou 20 mètres. Solitaire lors de la période de nidification, la femelle Coucou est polyandre. Il est capital que l'œuf du coucou éclose au bout de 12 jours soit 24 h à 48 h plus tôt que ceux d'une rousserolle : l'imposteur emploie cette avance à jeter hors du nid les œufs de ses concurrents dès les premières heures de sa vie. S'il attendait que ces derniers sortent de leurs coquilles, il lui serait beaucoup plus difficile de les faire rouler sur les parois du nid.



* L'HUITRIER-PIE :


L'Huitrier-Pie appelé aussi la Pie de mer, fait partie de la Faune, qui vit dans le département du Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un oiseau qui appartient à la Famille des Haematopodidés et à l'ordre des Charadriiformes. L'Huîtrier-Pie est un grand limicole qui possède une silhouette trapue, à poitrine bombé. Il est doté d'un long bec rouge orange, et de pattes fines et roses foncées.



* LE HERON CENDRE :
de JJ Harrison
CC BY-SA 3.0

Le Héron Cendré est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un échassier de la famille des Ardeidae et de l'ordre des Pélécaniformes. La femelle est appelé la Héronne, le petit un héronneau. Son plumage est dominé de gris, un cou blanc et une poitrine tachetée de noir. Sa tête est blanche avec des lignes noires. Les pattes du Héron Cendré sont tendues et sa tête est repliée en arrière, quand il vole. Son vol est puissant, lent et majestueux. La taille du Héron Cendré adulte atteint 95 cm. L'envergure de ses ailes est de 175 cm à 195 cm. Cet échassier possède un granc bec jaune et pointu. Sa tête est traversé d'une bande noire. Le Héron aime pêcher patiemment des poissons et des grenouilles. Il se nourrit aussi d'insectes, de petits mammifères, d'anguilles, de mulots, de petits canetons et même de reptiles. S'il ne trouve rien, il se contente de déchets de viande. Le Héron Cendré niche en hauteur, à l'abri des prédateurs, dans de grands arbres, en colonies, dont les nid sont appelées des héronnières, près des plans d'eau. Le Héron Cendré aime chasser tôt le matin ou tard le soir.
Site web : Le site de J.J.Harisson




* LA PIE BAVARDE :
de Diginatur
CC BY-SA 3.0

La Pie Bavarde appelée aussi Pica Pica fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. Cest l'une des grandes espèces de corvidés les plus répudes en Europe et Asie. Il existe 13 sous-espèces de Pies Bavardes. La Pie Bavarde est reconnaissable à son plumage noir et blanc. En France, elle régresse dans les campagnes mais se rapproche des villes pur sa nourriture. Son plumage est noir sur le dessus du corps, au niveau de la tête, de la poitrine et de la partie sous-caudale et blanc, au niveau du ventre, des flancs, des rémiges primaires et à la base des ailes. Le plumage noir montre des reflets métalliques, bleuâtres sur les ailes, violacés sur le corps et la tête, et verdâtres sur la queue, dus à une iridescence des plumes. L'iris de ses yeux est noir, ainsi que son bec et ses pattes. C'est un oiseau de 44 cm à 56 cm de long. Sa queue fait 20 cm à 30cm. L'envergure de ses ailes varie de 52 cm à 60 cm. Son poids varie de 190 gr à 250 gr. Le mâle est légèrement plus grand que la femelle, mais il n'existe pas de réel dimorphisme sexuel chez cette espèce. La coloration des ailes peut donner une indication de l'âge de l'individu. Son vol parait incertain mais en ligne droite. Sa marche est un peu saccadée, la queue relevée et se dépalaçant dans l'herbe par de petits bonds. Sa durée de vie est de 15 ans, mais son alimentation variée est constituée d'invertébrés (limaces, insectes...) qui représentent 80 % de l'alimentation des jeunes et des adultes, de fruits et graines diverses, d'œufs d'oiseaux volés, de poussins, de détritus d'origine humaine ou elle sait percer les sacs poubelles, de charognes, de petits vertébrés, de petits rongeurs comme les campagnols) et lézards. Son cri d'alarme est fait de « tché-tché-tché-tché» rapides et prolongées. Son cri de conversation est un « tcha-ka ou « tchia-tcha » claquants. C'est une espèce bruyante, peu farouche qui aime vivre dans le voisinage de l'Homme. La pie est un oiseau très sédentaire, plutôt fidèle à son nid. La femelle pond de 3 à 10 œufs qu'elle couve seule durant environ 3 semaines. Après l'éclosion, les petits restent au nid durant 4 semaines. Ils sont nourris par les deux parents. La Pie Bavarde ne se reproduit qu'une fois par an. Ses vocalisations fréquentes ont donné naissance à l'expression "bavarde comme une pie". La Pie Bavarde peut s'apprivoiser. Le Conseil d'État a annulé dans une décision du 30 juillet 2014 (applicable dès sa parution) le classement en espèce nuisible pour la Pie dans l'Aube, l'Aude, le Calvados, l'Isère, la Marne, la Seine-et-Marne et le Rhône.




* LA COULEUVRE D'ESCULAPE :
de FelixReimann
CC BY-SA 3.0

La Couleuvre d'Esculape appelée Zamenis d'Esculape fait partie de la Faune du Finistère, en région Bretagne, en France. La Couleuvre d'Esculape un serpent de la famille des Colubridae. La couleuvre d'Esculape couvre de nombreuses régions d'Europe du Sud et d'Europe moyenne. On peut la trouver sur des zones étendues de 0m à 2Kms d'altitude. Elle est semi-aquatique. La Couleuvre d'Esculape se nourrit de divers amphibiens, grenouilles, tritons, crapauds, poissons, insectes, lézards et petits rongeurs. C'est un serpent qui vit dans les haies ou les fossés et elle aime qu'il y ait de l'eau à proximité. Sa longueur est de 140 à 160 cm.Ses ecails sont lisses et assez luisantes. Pratiquement uniforme, sa robe presque unie est décorée de tirets blancs. Le ventre de la Couleuvre qest de ton jaune pâle, homogène. On remarque chez les jeunes Couleuvres d’Esculape, une tache noire sous l’œil, allongée à l'arrière de l’œil ainsi qu’un demi-collier jaune sur la nuque surmonté d’un « V » noir. La femelle est de taille plus imposante que le fâle. Même si elle sort de son sommeil hivernal entre fin mars et début avril, les accouplements ont lieu de mai à juin. Durant les préliminaires amoureux, il arrive que le courtisan saisisse, avec sa gueule, le corps ou la tête de la femelle, pour lui transmettre son affection. Si elle se sent en danger, elle peut mordre mais choisira, le plus souvent, de libérer le contenu malodorant de son ampoule cloacale.



* LA LOUTRE D'EUROPE :



La Loutre d'Europe fait partie de la Faune installée dans le département du Finistère, en région Bretagne, en France.




* LE MOINEAU DOMESTIQUE :
Fir0002
GFDL 1.2

Le Moineau Domestique fait partie de la Faune qui vit dans le déparement du Finistère, en région Bretagne, en France. Le Moineau domestique appelé aussi Passer Domesticus est un petit passereau de la famille des Passeridae. Ce petit oiseau trapu, mesure 16 cm de long et pèse 24 gr à 39,5 gr. Il présente un dimorphisme sexuel, comparable à celui du Moineau Rutilant. Les femelles et les jeunes oiseaux sont pâles, colorés de brun et de gris. Les mâles ont le teint plus vif, avec des marques noires, blanches et brunes. Granivore, le Moineau Domestique se nourrit principalement de céréales et de graines, mais se montre opportuniste en consommant divers invertébrés, des insectes, qui servent à alimenter leurs oisillons. Ses prédateurs principaux sont les chats domestiques et les rapaces.



* LE PIGEON RAMIER :
de Andreas Trepte
CC BY-SA 3.0


Le Pigeon Ramier fait partie de la Faune qui vit dans le département du Finistère, en région Bretagne, en France. Le Pigeon Ramier est appelé aussi Columba Palumbus ou Palombe. C' est la plus grande et la plus commune des espèces de pigeons européens. Son poids varie de 460 à 570 grammes, son envergure fait 75 à 80 cms. Sa longueur est de 40 à 42 cms. Le Pigeon Ramier vit aussi bien en forêt que dans les villes ou villages. La colonisation des grandes villes est plus récente que celle réalisée par le Pigeon Biset. Les Pigeons Ramiers reviennent, au nid initial, de génération en génération, durant pus de dix ans. Le plumage est épais du Pigeon Ramier est épais mais fragile. Il perd ses plumes au moindre choc. Attaqué par un prédateur, cela lui est utile car cela lui permet de s'échapper. La robe du ramier est d’un bleu clair grisé tout en nuances. Le poitrail part d’un rose pâle et tire vers le blanc, à l'approche de la queue. Celle-ci est longue et porte des barres noires à son extrémité, sur la face ventrale. Le cou est orné d’un collier blanc non fermé dont les bords virent au vert sombre et au pourpre. Ce collier n’apparaît qu’à partir de 6 à 8 semaines. C’est un bon moyen pour différencier un très jeune individu d’un adulte. Par contre, dès que l'oiseau porte ce collier, il est plus délicat de déterminer son âge. Le critère qui sépare à coup sûr les oiseaux de première année des oiseaux plus âgés est la présence d’un liseré marron clair sur certaines plumes des ailes et plus particulièrement les plumes qui recouvrent les grandes rectrices. Les pigeonneaux naissent nus excepté quelques duvets jaunâtres. Ils ont des pattes plutôt roses et un bec aplati et sont plutôt gros pour leur taille. Après l'envol, les jeunes se distinguent des adultes par l'absence de tache blanche au niveau du cou. Pendant la reproduction qui se situe de mars à juillet, parfois plus tardivement encore, le Pigeon Ramier mène une vie familiale, partagée entre son couple et sa progéniture. Ces regroupements créent un effet de masse, lui assurant sa défense contre les prédateurs.



* LA GRIVE MUSICIENNE :
Andreas Trepte
CC BY-SA 2.5

La Grive Musicienne appelée aussi Turdus philomelos fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. La Grive Musicienne est un petit passereau de la Famille des Turdidés. On reconnait la grive musicienne peut être faite en regardant le dessous de l'aile, lorsqu'elle vole. Dans le cas de la grive musicienne cette zone est orangée alors que dans le cas de la Grive Mauvis, elle est rouge. Dans le cas de la Grive Draine et de la Grive Litorne, la zone est blanche. D'une longueur de 22 cm, la Grive Musicienne a une envergure de 33 cm à 36 cm, pour un poids de 65 gr à 90 grammes. Elle est uniquement absente en France, le long des côtes du Languedoc-Roussillon, des Alpes-Maritimes et de la Corse. Moins sociale que la grive mauvis, la Grive Musicienne se rencontre dans les bois, les grands jardins, les haies et les parcs urbains. Elle a un vol battu et horizontal. Ele migre en hiver. Sa vitesse de vol varie suivant les pays et températures. La vitesse dans l’air mesurée en Israël est plus faible (43 km/h en moyenne) que celle mesurée dans les Alpes (53 km/h en moyenne). Les grives musiciennes passent l'hiver en Afrique du Nord ou en Europe méridionale et occidentale. En mars, les mâles reviennent les premiers et établissent leur territoire. Quelques jours après, arrivent les femelles qui choisissent un partenaire. En avril, le couple construit leur nid avec des tiges et brindilles entrelacées. Ce nid est tès reconnaissable : le fond est lisse, recouvert d'un torchis séché constitué d'argile, de limon et de salive. La femelle y pondra 3 à 6 œufs bleutés, parsemés de taches sombres. Elle les couvera durant 12 à 14 jours3. Les poussins sont ensuite nourris au nid pendant 15 jours par les parents, puis iront à terre où les parents continueront à les alimenter durant 2 à 3 semaines. Cependant, la mère ne s'occupe que de 3 petits si elle en a plus, elle chasse les oisillons en dehors du nid et ne s'occupe plus d'eux. La Grive Musicienne se nourrit de vers, de limaces, de chenilles, d'escargots, de baies ou d'autres fruits. Friande d'escargots, elle sait se servir d'une pierre, comme enclume, pour briser leur coquille. Ce comportement lui est propre. C'est la seule à utiliser ce système.


* LE CORBEAU FREUX :
Andreas Trepte
CC BY-SA 2.5

Le Corbeau Freux fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. Le Corbeau Freux OU Corvus frugilegus simplement appelé « Freux », est l’une des 4 espèces européennes du genre Corvus, de la famille des Corvidae. Les corbeaux freux sont des passereaux omnivores qui nichent en colonies. Le corbeau de grande taille dénommé C. frugilegus frugilegus au bec prononcé et au plumage noir d'un éclat métallique est commun dans une large bande de territoires depuis l'Europe de l'Ouest jusqu'au plateau de l'Altaï. Elle est un peu plus petite que le Freux occidental et son plumage tire sur le brun-violet. Ce passereau mesure de 41 à 49 cm et pèse 370 à 545 g pour une envergure de 81 à 94 cm1 et une longévité de 20 ans. Le Freux possède une robe caractéristique, mais on peut cependant confondre les oisillons avec les corneilles dont la taille est proche. Le plumage des plus grands freux est d'un noir uniforme, avec un éclat légèrement violet-bleuâtre. Selon l'éclairage, la crête et la nuque offrent des reflets verts ou violet métallique. La base du bec du Freux adulte est dénudée, légèrement creusée et blanchâtre, alors que chez l'oisillon elle est encore duveteuse. Le bec est pointu, légèrement recourbé vers le bas et plus fin que celui de la corneille. En vol, le freux se distingue nettement de la corneille par ses ailes plus larges et plus fortement articulées. Son vol est gracieux, et les coups d'aile sont plus furtifs. Mâle et femelle sont rigoureusement identiques (pas de dimorphisme sexuel) et vivent en colonies très bruyantes. Les oisillons atteignent en l'espace de 6 mois, leur taille adulte. On dit que le Corbeau Freux croaille, croasse ou graille. Au plan social, le Corbeau Freux est plutôt loquace et use de nombre de « croassements » différents, qu'il est parfois réellement difficile de distinguer de ceux d'une corneille. Le croassement le plus fréquent est « Kah » ou bien « Krah », avec des intonations assez variables. Il est employé comme rituel de reconnaissance, entre partenaires. Dans une situation d’agression, le croassement sera plus long et plus aigu : « krèèèèh ». Au printemps, les croassements les plus longs se mêlent d'un roucoulement adouci (kiou, kiou). Les poussins et les oisillons poussent eux-mêmes des cris forts, leurs grincements sont bien audibles. Lorsqu’une volée de freux colonise un champ cultivé à maturité, il en résulte d'ordinaire des dommages significatifs. Les cultures précoces ou tardives sont plus particulièrement menacées, surtout les céréales à rotations multiples comme le maïs. Les Freux raffolent des graines qui germent. La population de Forbeaux Freux en Europe est aujourd'hui estimée à 10 millions de couples.



* LE PIC VERT :
Remy BPL
CC BY-SA 3.0

Le Pic Vert appelé aussi le Picus viridis, ou Pivert fait partie de la Faune qui vit dans le Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un oiseau de la Famille des Picidae. Cet oiseau mesure 30 cm de longueur et 40 cm à 45 cm d'envergure, pour un poids de 200 gr. Le Pic Vert, mâle ou femelle, a la face supérieure verte, le croupion jaune, la face inférieure gris-vert et le dessus de la tête rouge. La femelle est repérable par sa moustache noire. Celle du mâle est de ton rouge, entourée de noir. Les jeunes sont plus clairs et leur plumage est tacheté.
Le Pic Vert se nourrit surtout d'insectes et de larves, capturés sur le sol. Il apprécie les fourmilières dans les prés, car les fourmis représentent plus de 90 % de son alimentation. Il complète son alimentation avec des graines et des baies. Dans le Sud de l'Europe, il s'attaque aussi aux ruches, durant l'hiver. On dit que le Pic Vert picasse et pleupleute. Les deux sexes ont un cri d'appel très sonore, semblable à un rire « Kiakiakiakia-kiakiakiak » crescendo puis décrescendo. Ce « rire » a également un rôle de manifestation territoriale. Lorsqu'il se déplace en vol, ou lorsqu'il est surpris et dérangé, il pousse un « kuk-ku-kuk kuk-kuk ku» bien typique. Bien qu'il lui arrive aussi parfois de tambouriner, en frappant son bec contre une branche sèche un grand nombre de fois successives, le Pic Vert n'utilise que, rarement, son tambourinage comme moyen de communication. En revanche, il martèle le bois, de temps à autre, pour connaître l'état de résonance du bois mort et, y faire sortir des insectes effayés, pour enrichir sa nourriture.



* LE MERLE NOIR :
de Tony Wills
CC BY 2.5

Le Merle noir appelé Turdus merula ou Merle, fait partie de la Faune qui vit dans le département du Finistère, en région Bretagne, en France. Le Merle Noir est un passereau de la famille des Turdidés. Le merle niche en Europe, Asie et Afrique du Nord. Il a aussi été introduit en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il existe plusieurs sous-espèces de Merle Noir sur son aire de répartition, dont certaines sous-espèces asiatiques sont considérées par certains auteurs comme des espèces à part entière. Le Merle Noir est sédentaire ou migrateur, partiellement ou entièrement. Le Merle Noir mâle en Europe, est entièrement noir, à part le bec jaune et un anneau jaune autour de l'œil. Il possède un vaste répertoire de vocalisations tandis que la femelle adulte et les juvéniles ont un plumage brun. Cette espèce niche dans les bois et jardins, construisant un nid en forme de coupe aux formes bien définies, bordé de boue. Le Merle noir est omnivore et consomme de grande variété d'insectes, de vers et de fruits. Mâle et femelle ont un comportement territorial, ou se trouve leur nid, avec un comportement agressif distinct, mais sont plus grégaires lors de la migration ou sur les aires d'hivernage. Les couples restent dans leur territoire pendant toute l'année dans les régions où le climat est suffisamment tempéré. Il possède un chant mélodieux. Il existe des merles noirs et d'autres blancs. Ces anomalies sont dues à une décoloration plus ou moins prononcée et peuvent relever de l'albinisme véritable et total. Chez les vrais albinos, la cause est purement génétique. Mais d'autres facteurs, comme le vieillissement ou les carences alimentaires et vitaminiques,interviennent aussi pour expliquer les déficiences de pigmentation. Réputés plus vulnérables, ces merles blancs ont moins de chance pour survivre et se reproduire : les albinos ont une déficience visuelle qui les condamne à une mort rapide. Ils sont souvent jeunes. Seuls, les merles leuciques adultes n'ont pas d'atteinte oculaire et peuvent très bien atteindre l'âge adulte.


* LE MOUTON NOIR :
4028mdk09
CC BY-SA 3.0

Le Mouton d'Ouessant est une race ovine, qui, comme son nom l'indique, est originaire et endémique de l'île d'Ouessant dans le Finistère, en Bretagne, France. Ce mouton a disparu de cette île durant le XXe siècle à la suite de l'arrivée de moutons continentaux qui se sont métissés aux animaux locaux. La race a pu être sauvée grâce à quelques animaux retrouvés dans des propriétés sur le continent et n'est aujourd'hui plus menacée. Le mouton d'Ouessant est le plus petit mouton au monde. Peu modifié par sélection, ce mouton a conservé les caractéristiques archaïques de l'ovin : peu prolifique, la femelle ne fait qu'un petit par an. Rustique, vivant dehors, il se montre intéressant comme animal d'agrément pour entretenir les espaces verts.Le mouton d'Ouessant est une race insulaire et archaïsante du mouton des Landes de Bretagne, plus petite taille, cornes plus fortes, queue plus courte. Le mouton d'Ouessant a le dos droit, la poitrine profonde et le bassin et le garrot larges. Ses membres sont fins et se terminent par un onglon sombre. Sa laine est la plupart du temps noire, mais il existe aussi des individus bruns ou blancs, leur peau restant noire et leur couleur étant unie. La couleur est toujours unie. Ils sont acceptés par le standard de la race. La toison recouvre le front et une partie des joues. Elle est semi-fermée, avec des mèches de bonne taille. La laine est de finesse moyenne. La tête est fine et régulière et présente un chanfrein droit. Elle porte de petits oreilles fines et dressées. Les mâles ont des cornes torsadées qui s'enroulent autour des oreilles. Le Bélier noir d'Ouessant est la plus petite race ovine au monde, avec une taille au garrot, de 0,40 à 0,46 m pour les femelles et, 0,42 à 0,49 m pour les mâles, pour un poids de 11 à 16 kg pour les brebis et 13 à 20 kg pour les béliers.



* LE PLUVIER GRAND GRAVELOT :
Andreas Trepte
CC BY-SA 2.5

Le Pluvier Grand-Gravelot fait partie de la Faune du département du Finistère, en région Bretagne, en France. C'est un oiseau limicole de la famille des Charadriidae. Il fait partie des espèces nicheuses de France1, le littoral français ayant une valeur importante pour la survie de cette espèce et d'autres limicoles en hivernage. Des preuves fossiles attestent qu'il était présent durant le quaternaire. Le Pluvier Grand Gravelot est plus trapu et, un peu plus grand, que le Petit Gravelot. Ses ailes sont traversées par une barre blanche tandis que celles de l'espèce voisine sont uniformes. Durant la période nuptiale, le Pluvier Grand Gravelot a la base du bec et les pattes orangées. Ses oeufs sont de ton beige, saupoudré de petites taches foncées.



* LE CYGNE BLANC


* LA VACHE BRETONNE


* L'HIRONDELLE


Les oiseaux marins nicheurs constituent le plus fort intérêt conservatoire, au regard des effectifs et de la diversité des espèces présentes. Le centre des îles est peuplé par des colonies plurispécifiques de goélands (argentés, bruns et marins), les limicoles côtiers (huîtrier pie et grand gravelot) et les sternes naines et pierregarin se partagent les hauts de plage et les pelouses littorales rases, alors que les falaises et les pitons rocheux sont occupés par les cormorans huppés et les grands cormorans.

L’île de Bannec constitue l’île la plus originale et la plus riche du point de vue de l’avifaune, puisqu'elle abrite notamment plusieurs centaines de couples d’océanite tempête – première colonie française – et quelques dizaines de couples du puffin des Anglais. L’archipel de Molène est aussi un important site d’alimentation ou de halte migratoire.

Parmi les mammifères, on observe la musaraigne des jardins, le lapin et, beaucoup plus rarement, la loutre d’Europe. Les îles de la réserve peuvent aussi exceptionnellement être choisies comme sites de mise bas par les phoques gris qui fréquentent les eaux de l’archipel comme le grand dauphin.


L'association Bretagne vivante (SEPNB) s'est installée à Ti Butun, au bourg du Cloître-Saint-Thégonnec. Elle a pour but principal de gérer les 343 hectares de landes et de tourbières qui constituent l'espace naturel des Landes du Cragou et du Vergam, classées "Espaces remarquables de Bretagne", à cheval sur les communes de Scrignac, Plougonven, Le Cloître-Saint-Thégonnec, qui appartient désormais pour sa majeure partie au département du Finistère, et organise des visites guidées liées à la protection de la nature et la découverte de l'environnement. Cet espace naturel abrite aussi une faune remarquable :

* le busard Saint-Martin OU circus cyaneus est l'oiseau rapace le plus emblématique du site,
* mais aussi le busard cendré,
* le courlis cendré,
* l'engoulevent d'Europe,
* le faucon hobereau, etc.


En revanche, aucun reptile ou amphibien n’est présent.




Mis à jour le 16/06/2020


Marie51



Retour



www.mes-ballades.com12/07/2007-26/11/2021 - Tous Droits Réservés