LA FAUNE
EN HAUTE-GARONNE
(31)

par "Marie51"



Marie51 vous invite à découvrir la Faune qui vit dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie, en France.

Voici quelques unes des espèces que vous pourrez observer, de plus près, dans cette belle région :

- LE MOUSTIQUE-TIGRE :


Une nouvelle fois, la Haute-Garonne se trouve envahie par le moustique-tigre, particulièrement redouté pour ses complications sur la santé.

- LE RAGONDIN :


Le Ragon ou Myocastor est un mammifère, doté d'une épaisse fourrure imperméable, de la famille des rongeurs. Il peut peser juqu'à 6 kg et mesurer de 70cm à 1 mètre de longueur. Le ragondin a été introduit en Europe au XIXe siècle. Il est d'origine d'Amérique du Sud. Il aime particulièrement les cours d'eau et les berges des lacs. Bien qu'il soit commestible, il est porteur du germe de la leptospirose. En Sologne, on fabrique du paté de ragondin. Sa chair a le gout du lapin. Trés timide, il ne sort que la nuit. Il est reconnaissable à ses grandes incisives orangées. Sa queue est ronde alors qu'elle est ovale chez le rat musqué. Il est chassé impitoyablement car considéré comme nuisible.


* L'OIE DE TOULOUSE :
de Martin Backert
CC BY-SA 3.0

L'Oie de Toulouse fait partie de la Faune en Haute-Garonne, en région Occitanie, en France. Les Oies de Toulouse sont généralement utilisées pour l'Industrie. Elles sont gavées avec du maïs et produisent de la graisse et du foie gras (environ 1 kg, considéré comme meilleur, que celui produit à partir du canard Mulard) en plus de la viande et du duvet utilisé par les plumassiers. Les Oies à rôtir sont parfois abattues dès l'âge de 8 ou 9 semaines pour un poids de 4 kg, alors que les types lourds sont commercialisés à 12 ou 14 semaines et 6 kg, ce qui signifie que les oies produites dans ces conditions ne sont pas exploitées pour leurs plumes, pendant leur croissance. Il existe 2 types d'oies de Toulouse : avec ou sans bavette. La bavette est le repli de peau qui pend au niveau de la gorge. La forme à bavette, en plus de sa bavette, a une quille prononcée dans la zone thoracique et les 2 fanons ventraux (replis de peau) qui doivent atteindre le sol. De plus, la position du corps est plus horizontale et son apparence plus massive. L'Oie à bavette est 20 à 30% plus grosse que la "sans bavette" (le jars peut dépasser 10 kg) et est, pour cette raison, utilisée pour la production de foie gras et de viande bien que la chair et le foie des oies, sans bavette, soient réputés plus fins. Les oies de Toulouse sont matures entre 6 mois (pour celles nées en automne) et 1 an (pour celles nées en fin d'hiver). Le Jars de Toulouse peut s'occuper de 3 à 4 femelles (alors que l'oie cendrée sauvage est monogame). L'accouplement peut se passer sur terre mais il est préférable qu'il se passe dans l'eau. La femelle pond environ 30-40 œufs en fin d'hiver. L'œuf pèse environ 160 grammes. L'oie couve pendant 28 à 30 jours mais l'oie de Toulouse est assez mauvaise couveuse et on privilégie plutôt l'incubation artificielle surtout les deux premières années où l'oie est maladroite et casse souvent ses œufs. Si une oie se met à couver, on peut mettre ses œufs en couveuse puis lui redonner les œufs clairs à couver (détectables après 10 jours en couveuse) pour qu'elle "apprenne" à bien couver. On lui redonne ensuite les oisons au moment où il commence à fendre leur coquille pour que l'imprégnation se passe bien. Les oisons sont capables de voler à 10 semaines environ. Principalement herbivores, elles consomment aussi des insectes, des vers, etc. Il faut proposer du grit en libre service pendant toute la durée de l'élevage (10 gr par oie par semaine). L'Oie de Toulouse supporte très bien le froid (jusqu'à -20 degrés) et peut vivre à l'extérieur, toute l'année, mais il lui faut un abri pour la protéger des prédateurs et du plein soleil, en plein été. Un bon développement de l'Oie de Toulouse implique la mise à disposition de 100 m2 de pré par oie, pour qu'elle puisse s'alimenter en herbe fraîche. Les Oies de Toulouse ont besoin d'un point d'eau où elles se baignent et se relaxent en flottant à la surface. Il est aussi utile pour la reproduction. Le point d'eau doit être nettoyable, facilement, car elles font souvent leurs déjections, dans l'eau. Principalement herbivores, elles consomment aussi des insectes, des vers, etc. Il faut proposer du grit, en libre service, pendant toute la durée de l'élevage (10 gr par oie/par semaine).



Mis à jour 24/01/2021

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com12/07/2007-26/11/2021 - Tous Droits Réservés