LA FAUNE
DU MAINE-ET-LOIRE
(49)

par "Marie51"



Marie51 vous emmène à la découverte de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, en France. La Faune du Maine-et-Loire est très variée. Vous pourrez y admirer 200 espèces d'Oiseaux qui y ont été répertoriés. Nous allons donc découvrir ensemble les Mammifères, les Poissons, les Insectes, les Batraciens, et enfin les Oiseaux, du Maine-et-Loire.


== LES MAMMIFERES ==


- LE CASTOR d'EUROPE :


Le Castor d'Europe fait partie de la faune du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. C'est une espèce de mammifère de la famille des Castoridae. Son origine remonterait à 12 Millions d'années ! Les Cators ont conditionné l'existence d'une grande partie des zones humides et des flores de berges. Certains grands changements écopaysagers ne seraient simplement ni climatiques, ni d'origine humaine, mais auraient comme source, l'activité des populations de castors. Après avoir failli disparaître, C. fiber a été classé espèce protégée dans plusieurs pays (dont francophones européens : la Belgique, la Suisse, le Luxembourg et la France. Le castor est réputé exclusivement végétarien mais comme les grands herbivores, il ingère probablement quelques œufs et larves de vertébrés et quelques invertébrés (larves présentes sous les écorces ou dans la végétation aquatique… Un castor adulte ingère environ 2 kg de matière végétale (ou en hiver 700 g d’écorce par jour. Un castor adulte ingère environ 2 kg de matière végétale (ou en hiver 700 g d’écorce par jour23. Il se nourrit essentiellement des tiges et branches de 3 à 8 cm de diamètre.Il aime principalement comme arbres : les saules, les peupliers. il adapte97 sa consommation aux ressources locales et saisonnières en feuilles et tiges de ligneuses et de plantes aquatiques (hydrophytes ou hélophytes…), y ajoutant des fruits, des tubercules ou des végétaux qu'il collecte jusqu'à une trentaine de mètres de l'eau (exceptionnellement jusqu'à 50 m). Les « coupes sauvages » réalisées par l’animal, loin de dégrader le milieu naturel, favorisent les éclaircies et la multiplication végétative par des rejets ou des drageons. En coupant les tiges et arbres de la berge et du proche lit majeur pour en faire des barrages ou se nourrir, le castor modifie le cycle de l'eau du bassin versant en favorisant près de l'eau les saules et peupliers. Sinon, il se rabat sur des buissons comme le cornouiller sanguin, le noisetier, l'orme champêtre et l’aulne glutineux. le castor a aussi fait l'objet d'une chasse intensive de la part de l'humain (pour sa viande, sa fourrure, ses dents) et il a continué à régresser alors que ses prédateurs naturels n'étaient plus, pas ou peu présents, ou au bord de l'extinction dans l'essentiel de leur aire naturelle de répartition, tel le loup, l'ours brun, et le lynx et le glouton en Europe et en Eurasie. Si certains jeunes castors sont parfois victimes d'autres mustélidés ou de chats sauvages, la morsure du Castor reste redoutable.


- L'ECUREUIL ROUX :


L'écureil roux fait partie de la Faune du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. L'écureuil roux est un petit rongeur arboricole et diurne de la famille des Sciuridés. Son nom scientifique est Sciurus vulgaris. La couleur rousse à brune de l'écureuil le rend discret en automne dans les feuillus et au sol, lorsqu'il enterre ses glands ou qu'il mange des champignons souterrains. L'écureuil roux est arboricole. On le trouve donc à proximité des bois et dans les forêts, notamment dans les forêts anciennes où il mène une vie individualiste, marquant ses itinéraires de repères olfactifs qu'il semble être seul à reconnaître, et cachant des stocks de graines ici et là. Il ne perd son aversion pour ses congénères que lorsque la nourriture abonde, comme dans certains parcs. Il pratique régulièrement le toilettage pour éliminer les parasites qui peuvent coloniser son pelage. Il pratique pour cela les bains de poussière ou d'herbes, amassant aussi des herbes, des mousses et des lichens dans des trous ou dans des souches d'arbres. En hiver l’écureuil roux ralentit simplement son activité. Il n'hiberne pas et les grands froids peuvent lui être fatals. Dans ce cas il peut migrer massivement vers des régions où les températures sont plus clémentes. Sa longévité, en liberté, est au maximum de 6 à 7 ans et 10 ans et 5 mois en captivité. Les causes de mortalité sont la famine, le trafic routier et les prédateurs (martres, rapaces diurnes et nocturnes, pies, chiens et chats domestiques). Sa mortalité est dû à l'introduction de l'écureuil gris, véritable envahisseur venu d'Amérique du Nord, qui détourne, à son profit, les ressources alimentaires. Il est aussi un vecteur de maladie, la coccidiose, due à un parasite inoffensif pour lui, mais mortel pour l'espèce rousse. Dans une population, la mortalité est estimée à 70 % avant un an. La survie est meilleure par la suite (74 % de survie annuelle chez les adultes). L'écureuil d'Eurasie cherche sa nourriture d'abord à la cime des arbres, surtout en début et en fin de journée : noix, noisettes, graines d'arbres, bourgeons, écorces, insectes, œufs et jeunes oiseaux encore au nid, mais il peut aussi descendre s'installer sur une souche d'arbre pour y ouvrir plus aisément les graines récoltées. Il se nourrit aussi de la truffe du cerf, un met très apprécié par les sangliers et l'écureuil roux, qui recherchent activement ses fruits pour s'en nourrir.


- LE MUSCARDIN :

CC BY-SA 3.0

Le Muscardin appelé Muscardinus avellanarius est un petit rongeur nocturne qui fait partie des micromammifères, qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Le muscardin est un petit rongeur, nocturne, très farouche. Son régime essentiellement végétarien. Sa préoccupation en France est mineure. C'est le seul représentant du genre Muscardinus. C'est un micromammifère de la famille des Gliridés. Sa taille? est de ?14 à 16 cm dont 7 cm pour la queue. Son poids fait 27 grammes. Il se nourrit de végétaux?, de ?baies?, de ?fleurs?, de ?graines, des noisettes et insectes. Son dos est de couleur marron clair, sur son ventre le pelage est blanc-jaune et sa gorge est blanche Le muscardin hiberne environ 6 mois pendant la mauvaise saison, d’octobre à mars. Il pèse entre 15 et 40 grammes. Le pelage du Muscardin est blanc sur la gorge et le menton, et roux sur le reste du corps. Le ventre est légèrement plus clair que le dos. Les bébés muscardins possèdent un pelage davantage grisâtre. Ses pieds sont très flexibles et adaptés pour grimper aux arbres. Le muscardin a une queue touffue, des petites oreilles arrondies et de grands yeux noirs. A l’approche de l’hiver, le muscardin construit un nid de 15 centimètres dans les buissons ou dans le creux d’un arbre où il hibernera pendant toute la mauvaise saison, en compagnie d’une dizaine d’autres muscardins. En été, un nid individuel est bâti pour que la femelle s’y installe. Cette dernière a 2 portées par an. Après 24 jours de gestation, elle donne naissance de 3 à 4 petits, qui sont aveugles. Ils ouvrent les yeux dès l'age de 3 semaines. Leur mère les protège et prend soin d’eux dans le nid. Après 5 semaines, ils deviennent indépendants. Les muscardins vivent jusqu’à 4 ans dans la nature. En captivité, leur espérance de vie est plus longue et atteint 6 ans maximum. Ses ennemis sont les belettes, les hermines et les petites chouettes.


- LA GENETTE (Espèce protgées) :


La Genette fait partie de la Faune qui vit dans le Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Elle fait partie de la famile des Viverridés, qui sont des mamifères carnivores féliformes. Elle vit la nuit. La Genette est un petit mammifère carnivore de la taille d'un chat. Elle a un corps élancé, de courtes pattes et une longue queue cylindrique.La Gnette est arbiricole et ne dédaigne pa manger des fruits. Le crotier de la Genette est situé sur un replat rocheux qui domine les bocages et les fourrés, la genette dépose, chaque jour, des excréments de taille impressionnante et leurs empreintes (à 5 doigts, mais semblables à celles du chat lorsque seuls 4 doigts marquent), dont la voix peut être confondue avec celle du renard. La Genette vit aussi autour du Bassin Méditerranéen.En Afrique et en Asie, elle porte le nom de Civette, de Linsang et de Binturong. Cet animal est particulièrement recherché pour sa fourrure, mais aussi pour ses glandes péri-anales avec lesquelles on recueille une substance appelée "civette", qui sert en parfumerie. La viande de civette est aussi consommée en Asie. Les scientifiques soupçonnent cette pratique d'une nouvelle forme de pneumonie virale sévère en 2002 : le SRAS. La Genette ronronne.


- LA LOUTRE (Espèce protégée) :

CC BY-SA 3.0

La Loutre fait partie de la Faune qui vit dans le Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. La Loutre est un animal de la sous-famille de mammifères carnivores de la famille des Mustélidés, qui comporte plusieurs espèces. Il existe plusieurs espèces de loutres, caractérisées par de courtes pattes, dont les 4 pattes sont armées de doigts griffus et palmés et d'une longue queue. La loutre étant particulièrement discrète elle fait souvent l'objet d'un suivi par recherche d'indice (poils, marquage de territoire, pièges photographiques) et d'un suivi télémétrique par puce électronique. Grace à ses puissantes pates palmées, la Loutre est une excellente nageuse. Mais elle se déplace aussi facilement à terre, le long des berges ou à proximité. La loutre est un animal solitaire qui possède une fourrure avec des poils qui s'emboîtent les uns dans les autres. Les petits loutrons restent avec leur mère jusqu'à l'âge de 6 mois. la loutre ne dispose pas d'une épaisse couche de graisse sous la peau. C'est son pelage, composé de poils courts et longs s'emboîtant qui l'isole du froid. Une étude thermographique a montré que quand sa température augmente de trop, la Loutre européenne utilise plutôt ses pattes pour dissiper sa chaleur. Son régime alimentaire est constitué de 50 % à 90 % de poissons, le reste est occupé par des batraciens, de petits mammifères, de crustacés et même parfois d’oiseaux. La loutre pêche principalement en solitaire même si de temps à autre elle chasse en bande. Les jeunes loutres mangent jusqu'à 700 grammes de nourriture par jour et les adultes mangent jusqu'à 1 kg par jour. En région tempérée, la loutre n'hiberne pas. Dépourvue de réserves importantes de graisse, elle est obligée de chasser en hiver pour se nourrir. C’est un animal très joueur qui s’amuse souvent avec ses proies, elle les entraîne dans des petites baies, peu profondes, pour faciliter sa tâche. Lors de ses plongées, ses oreilles et ses narines sont obstruées, elle perd donc son odorat et son ouïe ce qui handicape sa chasse. Cependant, elle est munie de vibrisses (moustaches rigides) fort sensibles aux vibrations. Grâce à cela, elle parvient à repérer sa proie avec les ondulations de l’eau émises lors de sa fuite. La loutre n’est pas responsable de la disparition des poissons car elle ne s’attaque généralement quaux proies malades ou les plus abondantes. La Loutre de mer se sert d'outils tels que des galets et pierres pour briser les coquillages trop résistants en les frappant sur son abdomen. C'st un des rares animaux à se servir d'un ustensile pour se nourrir. En France, on comptabilisait 50 000 loutres au début du XXe siècle, puis à peine 1 500 en 1980. Depuis son inscription, en 1981, dans la liste des espèces protégées, la loutre est remontée à 2 000 ou 3 000 individus en 2010, ce qui lui a permis de recoloniser des rivières où elle avait disparu. Leur disparition est due principalement à cause des routes, ou elles sont victimes de la pollution de l'eau et/ou des toxiques bioaccumulés dans leurs proies (Cadmium et Mercure), ainsi que de la disparition de leurs zones humides.


- LE RAT NOIR :


Le Rat Noir fait partie de la Faune qui vit dans le Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Le Rat noir nommé aussi, Rattus rattus, est appelé le Rat des greniers ou Rat des champs. C'est un petit rongeur de la famille des Muridae. Il est originaire d'Asie tropicale. Le Rat Noir aurait colonisé le Proche-Orient à l'époque romaine, puis aurait attteint l'Europe, au VIIIe siècle, avant de se diffuser dans le monde entier en accompagnant les Européens dans leurs voyages. Aujourd'hui le rat noir ne se maintient en abondance que dans les régions les plus chaudes, ayant été supplanté par le rat brun (Rattus norvegicus) dans les régions les plus fraîches, notamment en Europe, au cours du XVIIIe siècle. Malgré son nom, sa couleur varie. Son pelage est noir à noisette avec le dessous du corps plus clair. Il atteint une longueur de 15 à 20 cm, à laquelle s'ajoute une longue queue de 20 cm toujours plus longue que le corps. Comparé au rat brun, c'est un piètre nageur, mais il est un bien meilleur grimpeur qui cherche plutôt à s'enfuir par le haut. C'est un animal nocturne et omnivore, qui a une préférence pour les graines, et les fruits. Plus méfiant que le Rat brun, il peut attendre longtemps avant de consommer une nourriture nouvelle. Si un individu se porte mal, après la consommation d'une nouvelle nourriture, le mâle dominant peut uriner sur celle-ci afin qu'aucun autre congénère ne la consomme. Les nids de rats noirs sont localisés en hauteur, dans les parties sèches et recoins sombres bien tranquilles des bâtiments. D'où son surnom de Rat des greniers (ses ancêtres préférant nicher dans le haut des arbres). Le Rat Noir peut se reproduire tout au long de l'année. Les femelles appelées "les rates" ont 3 à 6 portées, par an et font chacune jusqu'à 10 ratons. Les femelles peuvent réguler leur fécondité et ne produire qu'une portée par an quand la nourriture devient rare. Le rat Noir ou Rattus rattus vit en moyenne 2 à 3 ans, dans des groupes sociaux qui peuvent atteindre jusqu'à 60 individus. C'est un propagateur de la "peste bubonique", mais aussi du typhus (deux maladies transmises par la puce du rat), de la toxoplasmose ou des trichinoses. Le rat Noir est en régression, face au rat gris, qui a été introduit, plus récemment. Le Rat Noir semble bien moins à risque en tant que vecteur de la leptospirose que son cousin gris. Le Rat Noir est très rarement apprivoisé. Faisant partie d'une espèce sauvage, son contact avec l'Homme reste difficile.


- LE GRAND-RHINOLOPHE (Espèce protégée) :


Le Grand-Rhinolophe fait partie de la Faune qui vit dans le Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Le Rhinolophus ferrumequinum, nommé Grand rhinolophe ou Grand-Rhinolophe fer à cheval, Grand fer à cheval ou encore Grand rhinolophe obscur, est une espèce de chauve-souris de la famille des Rhinolophidés. Il s'agit du plus grand des rhinolophes européens 3. C'est une chauve-souris robuste, avec des ailes courtes et larges. Il est reconnaissable par son nez en forme de fer à cheval, composé d'un appendice supérieur court et arrondi et d'un appendice inférieur pointu. Son pelage est de couleur grisâtre avec des nuances rousses sur le dos et plutôt beige sur le ventre. Le Grand rhinolophe ne possède pas de tragus (pavillon à l'oreille). Le milieu souterrain est fragile et toute modification même minime du biotope est à éviter. La fréquentation humaine dans les sites d’hibernation ou d’estivage est responsable de la mortalité d’individus, ou de leur déplacement, vers d’autres sites. L'intérieur de la cavité possède une température variant de 2 à 10°C selon les secteurs et la saison. La galerie diaclase a une température quasi constante d'environ 10°C. Le Grand Rhinolophe est en forte régression. En France, la population a été estimée à 40 000 individus, avec des noyaux, en Bretagne, dans la Loire et dans le Sud de la France. Lors des périodes de chasse, le Grand rhinolophe utilise de nombreux gîtes de repos nocturne, ou gîte d'étape, comme les porches, cheminées, viaducs, branches d'arbre. Les femelles de Grand rhinolophe qui forment des colonies de mise-bas affectent les milieux bâtis chauds (grenier, comble d'église, château)accessibles en vol et qui constituent un abri contre les précipitations et les températures froides. Le Grand rhinolophe fréquente des grottes, des caves et des mines de toutes dimensions avec 95 % d'hygrométrie, il préfère toutefois les vastes sites où les températures doivent être comprises entre 7 et 9 °C.Le Grand rhinolophe est mature sexuellement entre 2 et 3 ans, il se reproduit principalement en automne mais il peut aussi y avoir des accouplements en hiver et au printemps 4. Les femelles visitent des sites ou des mâles pour lesquels elles peuvent montrer une certaine fidélité à long terme. La reproduction est principalement polygame mais certainesfemelles se reproduisent avec le même mâle d’une année sur l’autre. Le Grand rhinolophe chasse en plusieurs phases nocturnes alternées par des phases de repos, souvent à l’affût en se suspendant aux branches basses des arbres. Il repère ses proies en écoutant les bruits, puis les capture en l’air ou au sol. Comme tous les rhinolophes, le grand rhinolophe émet les ultra-sons par le nez et non par la bouche comme les autres microchiroptères. Son émission sonore est de type Fréquence constante avec l'utilisation de l'effet Doppler et des signaux compris entre 81 et 84 kHz, sa distance d'émission ultrasonore ne dépasse pas dix mètres. Les proies du Grand rhinolophe sont principalement des hétérocères, coléoptères (hanneton)et orthoptères (sauterelle, criquet). C'est une espèce protégée. Le Grand rhinolophe est considéré comme une espèce vulnérable dans de nombreux pays européens. On constate en effet une diminution des effectifs et une contraction de son aire de répartition. L'espèce est devenue vulnérable, comme les 4 autres espèces de chauve-souris européennes, par la dégradation de ses lieux de reproduction et par une nourriture moins abondante. Comme toutes les chauves-souris, cette espèce est adaptée à un environnement nocturne. Elle souffre d'une pollution lumineuse croissante, de la fragmentation des habitats, de la diminution de gîtes de mise-bas, du traitement chimique des charpentes, de l'emploi de produits phytosanitaires et de vermifuges.


- LE MURIN DE BECHSTEIN (Espèce Protégée) :


Le Murin de Bechstein fait partie de la Faune qui vit dans le Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Le Murin de Bechstein (Myotis bechsteinii), appelée Vespertilion de Bechstein, est une espèce de chauve-souris. C’est une chauve-souris, de taille moyenne, aux oreilles très longues et larges. Le Vespertilion de Bechstein semble sédentaire mais, change fréquemment de gîte, durant la période estivale. Ses mœurs sont peu connues mais semblent très proches de celles du Murin de Natterer. Sa taille : 4 à 5 cm, l'envergure : 25 à 28 cm, Son poids : 7 g à 12 g. Son lieu de chasse est un massif forestier, ou les bois. Le Murin de Bechstein se nourrit de lépidoptères, diptères, coléoptères. Le Murin de Bechstein peut vivre jusqu'à 22 ans. C'est une espèce protégée.



== LES POISSONS ==


- LE SAUMON DE L'ATLANTIQUE :

CC BY-SA 2.5

Le Saumon fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-loire, en France. Le Saumon de l'Atlantique (Salmo salar) est le seul saumon qui vit dans l'Atlantique. Le saumon atlantique ou saumon de l'Atlantique (Salmo salar) est une espèce de poisson (saumon) appartenant à la famille des Salmonidés. Il est, à la fois, plus résistant et plus sauvage que le Saumon du Pacifique et ne meurt pas après le frai. Il peut se reproduire deux, trois ou quatre fois. Le Saumon de l'Atlantique est reconnu pour sa combativité et sa chair rose délicieusement parfumée. Son corps ressemble à celui des autres salmonidés et sa couleur varie avec l'âge. Son dos est brun, vert ou bleu, et ses flancs et son ventre, argentés. Les spécimens capturés mesurent de 80 à 85 cm et pèsent en moyenne 4,5 kg.


- L'ALOSE FEINTE :

CC BY-SA 4.0

L'Alose Feinte est un poisson qui fait partie de la Faune du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. L'Alose Feinte mesure de 30 à 50 cm à l'âge adulte. L'Alose feinte appelée aussi l'Alosa fallax est un poisson de la famille des Clupeidae. Elle se nourrit principalement de petits poissons et de crustacés pélagiques. On trouve ce poisson principalement dans les Iles Britanniques, en Allemagne, en France, au Portugal et au Maroc.


== LES REPTILES ===



- LE LEZARD DES MURAILLES (Espèce protégée) :

CC BY-SA 3.0

Le Lézard des Murailles fait partie de la Faune qui vit dans le Maine-et-Loire, en région Pays-d-la-Loire, en France. Le Lézard des Murailles appelé Podarcis muralis, est une espèce de petit saurien, de la famille des Lacertidae. Il habite les vieux murs, les tas de pierres, les rochers, les carrières, les terrils, les souches et apprécie en particulier les rails ou les quais de gares, peu fréquentés. Le Lézard des Murailles est beaucoup plus urbain que les autres espèces. Il se nourrit d'araignées, de lépidoptères (papillons, chenilles, teignes), d'orthoptères (criquets, grillons), de vers de terre, de pucerons, de diptères (mouches), de coléoptères, d'hyménoptères. Le Lézard des Murailles mâle mesure 20 à 25 cm, la femelle 18 cm. On ne peut pas déterminer son sexe tant qu'il n'a pas atteint sa maturité. La queue de ce lézard casse facilement (autotomie), lui permettant ainsi d'échapper à des prédateurs. En effet, l'extrémité « perdue » continue à s'agiter ce qui constitue un leurre, vis-à-vis de son agresseur. Une nouvelle queue de remplacement repousse progressivement mais elle est dépourvue d'écailles et elle est de ton gris sombre, uniformément. Parfois, la queue du Lézard des Murailles peut repousser double. On peut observer le Lézard des Murailles, toute l'année, dans toute la France ainsi qu'en Europe. L'accouplement a lieu, au printemps, suivi de la ponte qui a lieu, entre avril et juin. La durée de l'incubation est de 4 à 11 semaines. Il y a 100 ans, la queue des lézards était sensée porter bonheur. Il est sensible à la destruction de son habitat, aux incendies de forêts, à de nombreux pesticides et à la disparition ds insectes. Le Lézard des Murailles est une espèce protégée.


== LES OISEAUX ==


- LA BECASSE :


La Bécasse est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la Loire, en France. La bécasse (Scolopax) constitue un genre d'oiseaux limicoles de la famille des Scolopacidae. Il existe 8 espèces qui ont pour nom « Bécasse » en raison de leur bec étonnnamment long et pointu. Les bécasses sont exposées au saturnisme aviaire (intoxication aiguë ou chronique par le plomb). Se nourrissent essentiellement de vers de terre, les bécasses sont donc vulnérable à ses facteurs de régression des lombrics (certains pesticides notamment et diminutions du taux de matière organique présente en surface du sol). Elles sont aussi surexposées aux métaux ou radionucléïdes que les lombrics peuvent fortement bioaccumuler dans les sols comme on l'a notamment montré en Europe de l'Est et du Nord, après la catastrophe de Tchernobyl où en Norvège par exemple des taux de césium dépassant la norme de 600 Bq/kg de masse fraîche qui ont été dépassés, en 1986 (pour ensuit rapidement diminuer de 40% chez les vers de terre et de 95% chez la bécasse (de 1986 à 1990) alors que le taux de radiocésium ne diminuait pas dans le sol.


- LE BUSARD CENDRE (Espèce protégée) :

CC BY-SA 2.0

Le Busard Cendré est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la Loire, en France. Le Busard cendré (Circus pygargus) est une espèce de rapaces diurnes migrateurs de la famille des Accipitridés. Le Busard cendré est un rapace mince, aux ailes étroites et pointues, à la silhouette fine, légère et élégante. Il existe un dimorphisme sexuel au niveau du plumage, qui permet de différencier les individus mâles et femelles. Le mâle possède un plumage gris cendré, le bout des ailes noires ainsi qu’un trait noir sur le dessus de chaque aile. Quant à la femelle, son plumage est brun sur le dessus, brun foncé sur le dessous et son croupion est blanc. Le busard cendré mesure 43 à 50 cm de longueur. La largeur des ailes est de 39 à 50 cm, l'envergure atteint 0,96 à 1,16 m. Le mâle pèse de 225 à 300 gr, la femelle de 300 à 450 gr. Le Busard Cendré se nourrit de micro-mammifères (type campagnols essentiellement), de petits oiseaux (type alouettes) et de leurs œufs, de lézards et d'insectes (dont des orthoptères : sauterelles et criquets).
Suite à la disparition ou à l'exploitation de certains milieux, le Busard Cendré niche alors dans les cultures céréalières. Il y a alors de grands risques de destructions des nids, lors de travaux agricoles tels que les labours et la fauche. Le Busard Cendré bénéficie d'une protection totale sur le territoire français.


- LE HIBOU MOYEN-DUC :

CC BY-SA 2.5

Le Hibou Moyen-Duc est un oiseau diurne qui fait partie de la faune du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Le Hibou Moyen-Duc (Asio otus) est une espèce de rapaces nocturnes, de la famille des strigidés et peuplant l'Europe, l'Asie et l'Amérique du Nord. Avec ses 35 cm de long, le Moyen-Duc est légèrement plus petit et plus menu que la Chouette Hulotte. Sa tête est surmontée de 2 grandes aigrettes souvent dressées : on dit qu'il « fronce les sourcils ». Elles sont couchées quand le hibou est serein. Ses yeux jaune-orangé sont au centre d'un disque facial arrondi beige/roux. Il a une longueur de 31-37 cm, un poids de 250 g pour les mâles ou de 300 gr les femelles. Son envergure est de 86 cm à 98 cm. Le Hibou Moyen-Duc a généralement un plumage tacheté de brun et Rayé de noir, blanc et gris. La femelle est plus foncée. A la saison des amours, un « hou hou hou hou » audible au loin et aussi des bruits, presque sifflants. Il met en garde par un "wupp wupp". Préférant les petits mammifères dont les campagnols 78 % et mulots 15 %), mais aussi les passereaux (moineaux, pinsons) et des coléoptères, il chasse, dès la tombée de la nuit. De jour, il se cache dans les branchages épais où il se tient immobile et se fond dans le décor, grâce à son plumage de ton brun/roux marbré à brun foncé et le dessous est plus clair, qui est une parfaite tenue de camouflage.


- LA FAUVETTE PITCHOU :

CC BY-SA 4.0

La Fauvette Pitchou fait partie de la Faune qui vit dans le Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-loire, en France. La Fauvette Pitchou appelée Sylvia undata est une espèce de passereaux, appartient au genre Sylvia, de la famille des Sylviidae. La Fauvette Pitchou est un petit passereau mesurant environ 13 cm de long. Elle présente un net dimorphisme sexuel : le mâle a les yeux rouges, une couleur grise pour le dos et la tête, avec un ventre rougeâtre, la gorge rouge tachée de blanc et la femelle est plus pâle sur le dessous, en particulier pour la gorge, et gris-brun sur le dos. Cette fauvette forme probablement une super-espèce avec la Fauvette de l'Atlas, qui à son tour, semble proche de la Fauvette sarde et de la Fauvette des Baléares. Toutes ces espèces ont une étrange ressemblance avec une espèce américaine : la Cama brune, la seule espèce de Sylviidae des Amériques. Pourtant, la Cama brune, est moins étroitement liée au genre Sylvia qu'au genre Paradoxornis. Sa similitude visuelle au groupe des fauvettes européennes est un exemple d'évolution convergente entre oiseaux présentant des caractéristiques d'habitat partagées. Cet oiseau se reproduit dans les paysages de landes souvent près des côtes, dans un nid construit dans des ajonc ou d'autres arbustes bas. La femelle pond 3-6 œufs. Comme ses parents, la jeune fauvette est un insectivore, mais elle consomme aussi des baies. Cet oiseau vit dans les régions chaudes de l'Ouest du Europe, et dans le Nord-Ouest Afrique. Son habitat typique est trouvé en Provence, dans le sud de la France. Son aire de nidification s'étend à l'ouest d'une ligne allant du sud Angleterre au talon de Italie. La Fauvette Pitchou est habituellement résidente toute l'année dans son aire de reproduction, mais il existe a aussi une migration limitée. La Fauvette Pitchou fait partie des espèces protégées.


- LA CHEVECHE D'ATHENA :


La Chevêche d'Athéna ou Chouette chevêche (Athene noctua Scopoli, 1769) est une espèce d'oiseaux de la famille des strigidés (les chouettes et hiboux) de petite taille à l'aspect trapu. C'est la plus diurne des strigidés, malgré son nom latin (Athene noctua). Dans l'Antiquité grecque, elle était l'attribut d'Athéna, déesse de la Sagesse. Cette espèce est de petite taille, un peu plus petite qu'un pigeon (26 cm), ronde et trapue (de 180 à 200 g). Sa tête est aplatie avec un front bas, ses yeux sont jaunes sous des sourcils blancs et froncés, ce qui lui confère un air sévère. Le crâne est piqueté de petites taches blanches. Son bec est jaune verdâtre. Sur le dessus du corps, le plumage est grisâtre semé de taches plus claires ; le poitrail est blanchâtre avec des rayures brunes. La queue est courte. Les pattes sont couvertes de petites plumes blanches. Les « déhanchements » de sa tête sont caractéristiques, de même que son vol ondoyant et son cri clair et bref, sorte de « kiou kiou » ou « kiwitt ». Les sexes sont identiques. Son envergure est de 60 cm environ. La chouette chevêche est un oiseau de bocage que l'on peut rencontrer un peu partout (sauf dans les boisements denses), et en général toujours à proximité des cultures et des prairies. On la rencontre notamment dans les milieux ouverts et cultivés comme les vergers où elle niche dans les cavités des vieux arbres d'où son nom de « chouette des pommiers ». On la trouve aussi dans les clapas, dans les bosquets, les trous de murs, les nichoirs — à condition qu'ils soient dans l'obscurité. Elle reste fidèle au même logement d'année en année et peut même nicher dans des terriers de lapin. C'est la plus diurne des strigidés, malgré son nom latin (Athene noctua). La femelle pond de 4 à 8 œufs dans son nid et couve pendant 26 à 28 jours. Les poussins naissent couverts d'un duvet épais et sont nourris d'insectes et petits vertébrés. Ils sont capables de voler puis de quitter le nid entre 28 et 35 jours. L'œuf mesure de 32 à 37 mm par 36 à 31 mm. On peut l'observer en plein jour perchée sur des poteaux, des murets de pierre ou sur des toits, très attentive. Elle vit en moyenne 9 ans dans la nature et 18 ans en captivité. En France, les effectifs de la chevêche d'Athéna ont fortement régressé au cours du XXe siècle. Elle fait l'objet en France d'une politique de repeuplement actuellement en cours d'évaluation. Les collisions avec les véhicules sont une des principales causes de mortalité (16 à 27 %) de la chevêche. En effet, la technique de chasse de cet oiseau qui consiste à voler bas ou à se poser sur le sol est une source d'accidents. Les traitements chimiques en agriculture sont responsables de la régression de la chevêche car ils font disparaître les gros insectes dont l'espèce se nourrit et agissent probablement sur la fertilité des oiseaux.


- LA CIGOGNE NOIRE :


La Cignogne Noire est un oiseau sauvage fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-loire, en France. La cigogne noire est aussi appelée Ciconia nigra. C'est une espèce d'oiseaux de la famille des Ciconiidae. Elle est légèrement plus petite et plus farouche que sa cousine, la cigogne blanche. La Cigogne Noire peut vivre jusqu'à 20 ans. On rencontre la Cigogne Noire en Eurasie, en europe et en Afrique, où elle fréquente les forêts profondes avec de vieux arbres et proches de zones humides. La Cigogne Noire se nourrit principalement de grenouilles, d'amphibiens, d'insectes, de poissons, de crabes, de petits reptiles, d'oiseaux et de mammifères. Le nid, fait de branchages, est construit haut dans un arbre, ou sur un escarpement de falaise, toujours près de zones humides (cours d'eau ou marais) et à plus de 12 mètres du sol. Une ponte compte de 3 à 5 œufs, blancs, qui sont couvés par les deux partenaires durant 38 à 42 jours. Les cigogneaux quittent le nid de 65 à 70 jours après leur sortie de l'œuf2. Les poussins plus faibles ou petits sont parfois tués par leurs parents. Cela se produit quand les ressources alimentaires se font insuffisantes, la réduction de la taille des couvées augmentent les chances de survie des autres oisillons. Les cigogneaux ne s'attaquent pas entre eux. La cigogne noire migre pour l'hiver vers l'Afrique et l'Inde. Les jeunes partent plus tôt que les adultes. Seule la population de la Péninsule Ibérique reste sur place. Elle vole dans des courants d'air chaud, pour faciliter le vol, sur de longues distances. Elles traversent la Méditerranée et passent par le détroit du Bosphore. Elles parcourent entre 200 et 300 kilomètres par jour, mais peuvent parcourir jusqu'à 500 kilomètres. Les Cigognes Noires commencent leur pigration au milieu du mois d'août jusqu’à la fin de septembre, puis elles reviennent au milieu du mois de mars. Suivant leurs trajectoires, les cigognes noires migrent vers la Tunisie, au Nigeria ou au Mali.


- LE RALE DES GENETS :


Le Râl des Genêts fait partie de la faune qui vit dans le Déparement du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Le râle des genêts se nourrit de différents insectes, de larves, de mollusques terrestres, de lombrics mais aussi de graines et d débris végétaux. Le chant du mâle rappelle le bruit d'une crécelle ou celui obtenu en raclant un ongle sur les dents d'un peigne : « crèx crèx ». Ce son est à l'origine de son nom scientifique. Bien que les mâles chantent à longueur de nuit, en début de saison, il a été montré que leur chant est largement réduit lorsqu'ils sont accompagnés par une femelle. Les Mâles et femelles émettent de faibles gloussements qui rappellent ceux d'une poule. Le râle est un oiseau migrateur au long cours, il passe l’été sous nos latitudes et repart en direction de l’Afrique orientale dans le courant du mois de septembre. Son arrivée est très discrète, en général, on peut entendre des mâles chanteurs dès la mi-mai, lorsque les prairies ont atteint une croissance suffisante pour abriter l’espèce. Néanmoins, les premiers mâles ont pour habitude de continuer leur route plus au nord. Les femelles arrivent un peu plus tard, environ 15 jours. Après s’être accouplé, le mâle part tenter une seconde nidification et laisse la femelle s’occuper seule de la couvée. À la fin de la ponte, le mâle quitte la femelle qui s’occupe seule de l’incubation pendant 16 à 19 jours. Elle ne s’éloigne du nid qu’une dizaine de minutes par heure afin de se nourrir dans les environs. C’est à ce stade du cycle de reproduction que le râle est le plus menacé. La fauche trop précoce des prairies est la plus grande menace pour l’espèce. On retrouve régulièrement des femelles mortes sur leurs couvées, n’ayant pas voulu l’abandonner. Les jeunes sont sevrés deux à quatre jours après l’éclosion des œufs. La mère est très proche de ses petits pendant les premiers jours suivant la sortie de l’œuf, on estime que l’éducation des jeunes dure environ 34 à 38 jours, c’est à cette période qu’il commencent à pouvoir voler. Le cycle complet de reproduction dure donc environ 50-55 jours. En Europe, le Râle des Genets peut être observé dans différents types de milieux, mais il se cantonne généralement dans les prairies extensives et les abords de zones humides, avec des incursions dans les céréales et les pâturages. Le Râle des Genêts ne s’installe généralement pas à proximité des habitations, ce qui le protège des animaux domestiques. Cette espèce est classée en catégorie EN (En Danger) dans la liste rouge des espèces menacées en France, du fait de l'importance et de la rapidité du déclin des populations françaises de Râles des Genêts. En effet, elles ont été réduite, de moitié, en 10 ans, passant de 1140 à 1280 couples en 1998, à 620 à 690 couples en 2007. Il est conseillé aux agriculteurs de ne pas faucher leurs prairies, de façon à éviter de tout couper en une seule fois. On suggère aux agriculteurs de pratiquer une fauche centrifuge en laissant des bandes de 5 mètres de largeur, sur les abords des parcelles. L’idéal est de placer des bandes abris, le long des cours d’eau ou des fossés.


- LE HERON POURPRE : (Espèce Protégée)

CC BY-SA 3.0

Le Héron pourpré ou Ardea purpurea Linnaeus est une espèce d'oiseaux de la famille des Ardeidae. Il se nourrit principalement de poissons, mollusques, crustacés, insectes aquatiques, larves, reptiles, amphibiens, petits rongeurs et oisillons), mais il niche volontiers dans les roselières plutôt que les grands arbres. Cst un oiseau au corps fin et longiligne, muni d'un long bec pointu jaune. Il mesure 78 à 90 cm de long et ses ailes ont une envergure de 120 à 150 cm. Les Hérons Prourpré mâles et femelles se ressemblent. Seuls les juvéniles sont plus bruns. Sa poitrine est de ton brun-roux. L'abdomen est noir avec les flancs et les scapulaires roux-pourpre. Les yeux sont jaune clair et sa tête est ornée d'une calotte noire, l'arrière du cou étant brun roussâtre et blanc sur le devant avec des stries noires en approchant du haut de la poitrine qui s'orne de plumes plus longues à la saison des amours. Les pattes jaunes tirant vers l'orange lui permettent de marcher dans l'eau et la vase. Des doigts inhabituellement longs pour un héron lui permettent de marcher sur la vase molle, les feuilles flottantes et lui permttent de se poser sur des buissons. La femelle du Héron Pourpré pond 2 à 5 œufs, de couleur bleu-vert clair, qui éclosent après 25 à 30 jours d'incubation assurée, à tour de rôle, par les 2 parents qui vont ensuite nourrir les petits en régurgitant la nourriture dans leur bec ou dans le nid et défendent les poussins. Il est fréquent que les plus faibles des poussins décèdent les premières semaines. Les jeunes sortent du nid au bout de 10 jours puis se cachent dans les roseaux, ne revenant au nid que pour quémander de la nourriture. Ils voleront vers 3 mois, et pourront se reproduire après un an. Les effectifs du Héron Pourpré sont faibles et ont beaucoup régressé. Le Héron Pourpré fait partie des espèces protégées . Elle est menacée par le recul et la pollution des zones humides, par les perturbations humaines et la chasse illégale. Il ne resterait que 5000 couples en Europe. C'est un oiseau migrateur présent et nicheur en Europe et en Afrique du Nord, qui hiverne occasionnellement en Europe de l'Ouest et du Sud. Le Héron pourpré est une espèce protégée.


- L'HIRONDELLE DES FENETRES :

CC0

L'Hirondelle des Fenêtres fait partie de la Faune qui vit dans le département du maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Elle a la tête et les parties supérieures bleutées, son croupion est blanc qui lui permet de la reconnaitre des autres espèces et les parties inférieures sont d'un blanc pur. Elle occupe à la fois les paysages ouverts et les environs des habitations humaines. L'Hirondelle de fenêtre fait souvent son nid, comme son nom l'indique, au-dessus d'une fenêtre, dans les gîtages d'une charpente ou sur d'autres structures artificielles. Le nid est une coupe fermée, à l'entrée exiguë, placée sous les avant-toits ou des endroits similaires sur les bâtiments, souvent en colonies, et constituée à partir de petites boules de boue conglomérées.L'Hirondelle des fenêtres se nourrit d'insectes qu'elle attrape en vol, et migre pour assurer son alimentation. L'Hirondelle des Fenêtres mesure de 13,5 cm à 15 cms de long. Son plumage est noir, avec des reflets bleutés luisants au-dessus et le croupion bien blanc, très visible, même de loin. Les parties inférieures sont blanches, y compris le dessous des ailes ; les courtes pattes ont également un plumage duveteux blanc. Les yeux sont bruns et le petit bec est entièrement noir ; les doigts et les parties visibles des pattes sont roses. Elle a une queue courte et fourchue, sans filet. L'Hirondelle des fenêtres est un oiseau bruyant. Les colonies poussent des gazouillis incessants. Les cris de contact sont des tchirp et des tshirrip calmes et réguliers, ou des prri secs variants selon lur humeur et leurs occupations. L'Hirondelle de fenêtre vole également à très haute altitude mais peu frôler le sol ou l'eau du bout des ailes ou de son ventre. Elle niche à l'extérieur des bâtiments habités, églises, plutôt qu'à l'intérieur des granges ou des étables. Son nid est constitué de boue et sa construction dure 10 à 18 jours. Le nid est une coupe convexe nettement fermée fixée au-dessous d'un rebord approprié, avec une ouverture étroite dans sa partie supérieure. Il est construit par les deux partenaires avec des boulettes de boue recueillies dans leurs becs, et il est tapissé d'herbes, des cheveux ou d'autres matériaux moelleux. La boue, ajoutée en couches successives, est prélevée à proximité au bord d'étangs, de ruisseaux ou de flaques. L'intérieur est lissé de toute aspérité, les parois fortifiées avec des morceaux de paille. Le nid mesure de 12 cm à 15 cm de diamètre pour une hauteur de 9 à 13 cm. Quatre ou cinq œufs blancs sont pondus, mesurent 1,9 cms × 1,33 cms, pour un poids de 1,7 gramme. La femelle se charge de l'incubation, qui dure 14 à 16 jours. Les oisillons sont nidicoles, et ils ne quittent le nid qu'à l'âge de 22 à 32 jours. Les jeunes à l'envol continuent à être nourris par les parents durant une semaine après avoir quitté le nid. Parfois, les jeunes oisillons de la première couvée aident à nourrir les petits de la seconde couvée. Le prédateur qu'elle craint le plus est le Faucon hobereau (Falco subbuteo), mais ses compétences aériennes lui permettent de lui échapper.


- L'HIRONDELLE RUSTIQUE (Espèce Protégée):


L'Hirondelle Rustique appelée aussi Hirundo Rustica ou Hirondelle des Cheminées fait partie de la Faune qui vit dans le département du maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Elle est reconnaissable à son beau plumage bleuté. C'est un petit passereau qui migre en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique. Il existe 6 sous-espèces d'hirondelle. L'Hirondelle Rustique se distingue par sa longue queue fourchue et sa gorge couleur rouge brique. Son nid est constitué de terre séchée et de salive pour coller les bouts de terre, accroché sous un toit, une poutre, à l'extérieur ou à l'intérieur, en ville ou à la campagne, des granges ou dans les maisons ouvertes. Elle se nourrit d'insectes attrapés en vol. Ce n'est pas une espèce menacée. Cette espèce vit en contact proche avec l'homme qui la tolère dans les bâtiments, la considérant utile, puisqu'elle se nourrit d'insectes perçus comme nuisibles. L'Hirondelle rustique mâle adulte, appartenant à la sous-espèce H. r. rustica, mesure 17 à 19 cm de long, dont 2 à 7 cm pour les longues plumes de la queue. Elle a une envergure de 32 à 34,5 cm, pour un poids de 16 à 22 grammes. La silhouette fine et élancée de cette hirondelle la rend aisément reconnaissable. Sa queue est largement échancrée, très effilée aux deux extrémités et ornée d'une petite rangée de taches blanches, visibles en vol. Les deux rectrices situées sur les bords de la queue, nettement plus longues que les autres, sont appelées "filets". Le dessus, de la tête à la queue, est bleu sombre et présente un éclat métallique certain. La gorge, les joues et le pourtour du bec sont rouge brique, soulignés par une bande pectorale bleu sombre, et le dessous de l'oiseau est blanc crème avec des reflets roux. La calotte et la nuque sont bleu-noir, le tour des yeux est noir, tout comme les yeux, les courtes pattes, les doigts et le bec. Ce dernier est fin et court. Mais son croupion n'est pas marqué de blanc. Le chant de l'Hirondelle rustique est un gazouillement grasseyant mais néanmoins mélodieux, qui se termine souvent par un grincement. Elle se nourrit de grosses mocuhes, de papillons de jour et de nuit, et de pucerons. Quand elle couve ses œufs, l'Hirondelle Rustique chasse par deux, mais peut parfois former des groupes plus importants. L'Hirondelle Rustique s'abreuve au vol, recueille l'eau dans sa bouche ouverte en volant à ras de l'eau. L'oiseau se baigne de la même façon, plongeant un instant dans l'eau et reprent son vol immédiatement. Les mâles rejoignent l'aire de reproduction avant les femelles, choisissent le site de nidification, et cherchent à y attirer une compagne en décrivant des cercles dans le ciel et en chantant. Le mâle séduit la femelle par la longueur de ses filets. Lorsque la saison de reproduction est terminée, les hirondelles se rassemblent en bandes de taille variable, qui comprennent parfois des centaines d'individus. les mâles qui ont les plus longs filets sont généralement plus résistants aux maladies et vivent plus longtemps, et les femelles ont donc un intérêt indirect dans ce choix : les mâles vont certainement transmettre leur plus grande résistance à leur progéniture. Le mâle se montre particulièrement agressif et territorial. Une fois un couple formé, il reste uni pour la vie, mais les copulations extra-conjugales sont fréquentes, en faisant une espèce génétiquement polygame bien que socialement monogame. Les mâles surveillent néanmoins leur femelle pour éviter cela. Ils peuvent employer des cris d'alarme pour empêcher la copulation de leur femelle avec un autre mâle. Il y a en général deux couvées par an, voire trois, un même nid accueillant plusieurs couvées la même année, et étant réparé pour être réutilisé les années suivantes. 90 % des œufs éclosent, et 70 à 90 % des oisillons peuvent prendre leur envol. La mortalité moyenne la première année est de 70 à 80 %, et de 40 à 70 % pour un adulte. La mortalité des jeunes est parfois aggravée par des conditions climatiques difficiles, ou les insetes se font plus rares. L'hirondelle chasse les intrus tels que les chats qui s'approchent à proximité de son nid, volant très près d'eux pour les effrayer. Les adultes ont peu de prédateurs, mais peuvent être victimes des faucons ou des chouettes. Du fait des importants risques que comporte leur longue migration annuelle, la longévité des hirondelles est assez courte. Ainsi, elles ne vivent généralement que 2 à 4 ans, rarement jusqu'à 8 ans. C'est une espèce protégée en France.


- L'OUTARDE CANEPETIERE (Espèce Menacée):


L'Outarde Canepetière faitt partie de la Faune qui vit dans le Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-loire, en France. Elle fait partie de la famille des Otididae. Elle était autrefois associée à la Grande Outarde dans le genre Otis. L’Outarde Canepetière appelée aussi Tetrax tetrax, est la seule espèce du genre Tetrax. C'est un des oiseaux les plus menacés des plaines cultivées de France. Cette espèce se nourrit de feuilles et de jeunes pousses, dont les Légumineuses et de Brassicacées. Au sol, l’Outarde passe souvent inaperçue mais, en vol, ses rémiges primaires d’un blanc pur à l’extrémité noire sont très reconnaissables. L'Outarde Canepetière consomme aussi beaucoup d'insectes lors de la reproduction. Elle habite les terrains ouverts qui lui offrent une vue étendue sur les environs. Hormis les steppes de hautes graminées, elle fréquente les pâtures à moutons ou les champs de luzerne, de trèfle et de colza et de céréales. La reproduction fonctionne sous forme de lek. Au printemps, le mâle en plumage nuptial hérisse les plumes du cou et lance à intervalle régulier un "prêt" sec. Un saut avec les ailes ouvertes produisant un sifflement caractéristique en même temps que le chant émis est fréquent. Les femelles sont très discrètes durant cette période. Le nid est un creux au sol recevant 6 à 12 œufs de ton bleu-ert en une ponte du printemps, jusqu'à mi-avril. Les femelles s'occupent, seules, de l'élevage des jeunes poussins. Le nid est creux, posé au sol, dissimulé dans la végétation. La ponte annuelle a lieu d'Avril à Juin et donne de 3 à 5 œufs. C'est une espèce manacée victime d'une chasse intensive. Sa dispaition est due aussi aux modifications des pratiques culturales (remembrements, intensification des cultures et l'utilisation des pesticides et insecticides) qui ont concouru au déclin rapide de l'espèce : chute de 70 % des effectifs dans les 30 dernières années, avec une aggravation récente du phénomène (de 2000 à 2008, l'effectif d'outardes a chuté de 40 %, sur les sites suivis considérés comme accueillant 60 % de la population migratrice de toutes les plaines céréalières françaises, malgré l'instauration d'une zone de protection spéciale (ZPS) sous l'égide de l'Europe sur les 8 sites les plus importants (142 655 ha) de l'ancienne région Poitou-Charentes). Des conventions sont passées avec les agriculteurs pour modifier des dates de fauches et faucher, de l'intérieur du champ vers l'extérieur, pour permettre aux oiseaux de s'échapper. L'Outarde Canepetière fait partie des espèces menacées.



- LA CHOUETTE HULOTTE :

CC BY-SA 3.0

La Chouette Hulotte fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. La Chouette Hulotte est appelée aussi Strix Aluco. On la surnomme aussi Chât Huantses touffes de plumes ressemblent à des oreilles de chat. C'est un oiseau qui appartient à la famille des Strigidés et à l'ordre des Strigiformes. C'est la plus commune des rapaces nocturnes qui vit en Europe. La Chouette Hulotte se nourrit principalement de campagnols, de mulots, de souris, de musaraignes, de hérissons, d'oiseaux, de poissons, de vers de terre et gros insectes mais aussi de jeunes lapins de garenne ou de pigeons. Elle possède un corps rebondi. Elle niche dans un trou d'arbre, une crevasse de rocher, des combles de bâtiment ou dans des nids abandonnés. On dit une chouette femelle et une chouette mâle. La Chouette Hulotte n'est donc pas la femelle du Hiboux. Seul le Hiboux possède des aigrettes, qui dont de petites plumes en forme de cornes. La Chouette Hulotte n'en possède pas. C'est un rapace nocturne. Son ventre est pâle avec des stries sombres. Les parties supérieures de son corps sont brunes ou grises. Il existe aussi une variante de plumage roux. Plusieurs des 11 sous-espèces reconnues ont toutes ces variantes. Ce rapace chasse principalement les rongeurs pendant la nuit, généralement en fondant sur sa proie depuis une hauteur et l'avalant entièrement, rejetent ensuite des pelotes de réjection. Sa vision et son audition couplées à un vol silencieux, sont essentielles à sa chasse car elles lui donnent une excellente audition directionnelle. La Chouette Hulotte est vulnérable aux Grands-Ducs, qui sont de plus grande taille ou à l'Autour des Palombes. Les Renards roux sont aussi une cause importante de mortalité chez les jeunes fraîchement sortis du nid. La Chouette Hulotte présente un dimorphisme sexuel. En effet, la femelle est plus grande que le mâle de 5 %, et plus lourde de 25 %. La chouette hulotte est un oiseau robuste, qui mesure généralement entre 37 et 43 cm de longueur pour une envergure de 81 à 105 cm2 et une masse de 400 à 550 g. Comme les espèces de son genre Strix et à la différence des Grand-ducs, la Chouette Hulotte ne possède pas d'aigrettes et le disque facial, qui entoure ses yeux brun foncé, est généralement assez plat. La Chouette Hulotte vit 18 ans en moyenne. Le record de longévité pour cet oiseau sauvage est de 22 ans et 5 mois et, en captivité de 27 ans. Elle reste fidèle au même nid, qui est un arbre creux, un trou de vieux mur ou de rocher, ou bien un nichoir. Mais elle ne construit jamais son propre nid. De février à avril, la femelle couve seule, de 3 à 5 œufs, pendant 28 à 30 jours.Ses œufs mesurent de 43 à 51 x 35 à 43 mm et sont de couleur blanche. Après l'éclosion des tout premiers, elle reste encore une dizaine de jours dans le nid. Le mâle approvisionne toute la famille, surtout avec des petits mammifères, des chauves-souris, des serpents, des insectes. Plus tard la femelle le seconde, mais pendant le jour, elle monte la garde non loin du nid et donne parfois à manger à ses petits en se servant des provisions de la nuit. Les jeunes quittent le nid au bout de 28 à 36 jours et se tiennent dans le voisinage tout le temps que les parents leur apportent de la nourriture. Ce n'est qu'au bout de 50 jours qu'ils entrdront leur premier vol.


- L'EFFRAIE DES CLOCHERS :


L'Effraie des Clochers fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. L'Effraie des Clochers ou Tyto alba est une chouette appelée la Chouette Effraie ou la Dame Blanche. Elle fait partie de la famille des Tytonidae. La femelle est légèrement plus grande que le mâle et mesure 34 cm à 40 cm de long. Elle pèse 570 g environ. Le mâle mesure entre 32 et 38 cm pour un poids de 470 g. L'envergure est de 1,07 à 1,10 m pour les deux sexes. L'Effraie des Clochers possède un masque facial blanc, en forme de cœur. Le dessus du corps est gris cendré à brun jaune, richement pointillé et perlé de fines taches blanchâtres ourlées de noir. Le poitrail est blanchâtre à blanc roussâtre plus ou moins piqueté de brun foncé. Ses pattes sont longues couvertes de plumes blanches et munies de doigts puissants aux serres bien développées. Ses ailes sont longues et plutôt étroites. L'iris de l'œil est noir. Les sexes sont identiques. Son envergure va de 0,90 m à 0,95 m et son poids est d'environ 415 grammes. Il est possible d'apercevoir la Chouette Effraie en journée, bien que ce soit rare. Elle claque également très fort du bec lorsqu'elle se sent menacée. On dit qu'elle chuinte. Son espérance de vie dépasse rarement 8 à 10 ans, avec des records de longévité de 18 ans et 21 ans.


- LA BARGE A QUEUE NOIRE :


La Barge à queue noire fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. C'est une espèce d'oiseaux limicoles de la famille des scolopacidés (bécassins). L'espèce est menacée en raison de la disparition des hautes herbes et le recul des invertébrés qui sont la nourriture principale des poussins. Alors que l'espèce a perdu en Europe au moins la moitié de ses habitats en 30 ans, il a été montré, en 2009, que le dérangement (par la chasse, de simples passages répétés de randonneurs, affecte le succès de reproduction et la survie des individus. C'est l'une des 2 espèces de barges qui viven en France. Comme de nombreux limicoles c'est une espèce à longue durée de vie (18 ans maimum). Cet oiseau est caractérisé par un plumage brun beige, des ailes marquées d'une large barre ailaire blanche et une queue de même couleur se terminant par une bande noire. Les deux sexes sont difficiles à distinguer, mais les femelles étudiées aux Pays-Bas (2008) sont plutôt plus grandes et un peu plus lourdes que les mâles. Cette espèces effectue des migrations à grande distance, mais se montre très fidèles à ses sites de reproduction qu'elle cherchera à regagner chaque année. Le nid est fait dans des creux au sol dans la végétation dense (3-4 oeufs). Comme tous les oiseaux pondant leurs oeufs sur le sol, la Barge à queue noire a de nombreux prédateurs (Oiseaux) qui se nourrissent de leurs oeufs et des jeunes poussins.


- LE CANARD COLVERT :


Le Canard Colvert fait partie de la Faune qui vit dans le déc jpartement du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. Le Canard Colvert mesure de 50 cms à 68 cms de long pour un poids moyen de 1,2 kG pour le mâle et 1,1 kG pour la femelle et d'une envergure de 78 cms à 1 mètre. Les races domestiques sont en général plus lourdes et pondent plus que les individus sauvages. C'est certainement le plus connu et reconnaissable de tous les canards. Le Colvert possède de jolies couleurs, avec des pattes orangées, un bec jaune, une tête verte, et une touche de bleu sur les ailes. La femelle est appelée la Cane et le petit le caneton. Le plumage de la femelle est plus terne, dans les tons marrons. C'est un oiseau migrateur. On dit de son cri que le canard cancane.


* LA GALLINULE POULE D'EAU :


La Gallinule est une poule d'eau qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.


* LE PIGEON RAMIER :


Le Pigeon Ramier fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.


* LA TOURTERELLE TURQUE :


La Tourterelle Turque fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.


* LE ROUGEQUEUE INDETERMINE :


Le Rougequeue indéterminée est un oiseau qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.


* LE ROUGEQUEUE NOIR :


Le Rougequeue noir est un oiseau qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.


* LE POUILLOT INDETERMINE :


Le Pouillot Indéterminé est un oiseau qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.


* LE GEAI DES CHENES :


Le geai des Chênes est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.



* LE CHOUCAS DES TOURS :


Le Choucas des Tours est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.




== LES BATRACIENS ==


* LE CRAPAUD COMMUN OU EPINEUX :



* LE TRITON MARBRE :



* LA GRENOUILLE AGILE :



- LA SALAMANDRE TACHETEE :


La Salamandre Tachetée fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. La Salamandre tachetée est un Amphibien, de l'ordre des Urodèles, qui conserve une queue à l'age adulte. La peau lisse et noire de la Salamandre Tachetée est interrompue sur le dos par un motif jaune, occasionnellement orange, de points et/ou de lignes. Les salamandres mesurent jusqu'à 20 cm, et possèdent une peau luisante d'aspect huileux. Les salamandres se déplacent lentement et sont peu agiles. Elles sont incapables de fuir les prédateurs lorsqu'elles se trouvent à découvert. Elles peuvent régénérer certaines parties perdues ou blessées du corps. La salamandre tachetée se défend contre les prédateurs par la sécrétion d'une neurotoxine, appelée le samandarin, située grace à des glandes de chaque coté de la tête. Sur le dos, des rangées de glandes dorsales peuvent excréter une sécrétion empoisonnée. On note cependant parfois des irritations sur les sujets qui y seraient plus sensibles. Sur des personnes sensibles, ces sécrétions provoquent des nausées, des troubles respiratoires, des vomissements et les larmoiements. En milieu naturel, l'espérance de vie supérieure de la Salamandre Tachetée peut atteindre 30 ans. Les salamandres tachetées montrent une étonnante fidélité à leur habitat et reviennent régulièrement sur les mêmes lieux d'hibernation, chaque année. La Salamandre Tachetée portent ses petits durant 9 mois. On peut assister à la ponte des femelles dès mi-février. Elle se nourrit de cloportes, de petits coléoptères tendres, de petites limaces, de vers de terre, d'araignées et d'insectes, qu'elle attrape avec sa langue. Chez la salamandre tachetée, seule la larve est aquatique. Elle affectionne les sous bois après les orages. La fragmentation des habitats naturels d'un nombre croissant de forêts, bosquets et petits bois induit probablement un appauvrissement génétique des populations de salamandres.


== LES INSECTES ==


* LA LIBELLULE DEMOISELLE :


La Libellule Demoiselle est un insecte qui fait partie de la Faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France.


- LA ROSALIE DES ALPES (Espèce protégée):


La rosalie des Alpes est appelée la Rosalie alpine ou Rosalia Alpina. Ce capricorne est un superbe longicorne. Cet étrange insecte aux tons bleutés est une espèce protégée. Ce superbe insecte est le plus beau des longicornes de France. Les femelles possèdent des antennes plus courtes que celles des mâles qui dépassent fortement de l'abdomen. Elle possède des houppettes à chaque articulation antennaire. La Rosalie des Alpes affectionne les montagnes (Alpes, Pyrénées, Massif Central) et leurs hêtraies. Cet insecte migre de plus en plus et se découvre aussi dans le Marais Poitevin, la Marne et dans le Maine-et-Loire. La Rosalie des Alpes affetionne les arbres près des rivières, appelés les saules têtards. La Rosalie Alpine est un coléoptère. Elle fait partie d'une immense famille qui compte, pour la faune française, environ 230 espèces. La Rosalie des Alpes est une espèce protégée à cause de la disparition des arbres morts.


- LE VER LUISANT :


Le Ver Luisant ou Lampyre appelé aussi Lampyris noctiluca, ou Mouche à feu est un insecte et non un ver, qui fait partie de la Faune du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-Loire, en France. En réalité cest une lare. La Mouche à feu porte aussi le nom de luciole ou de ver luisant.C'est une espèce d'insectes coléoptères de la famille des Lampyridae. En avoir dans son jardin est la preuve d'un jardin bien vivant. Le Ver luisant est un grand amateur d'escargots et de limaces. Il ajoute une dimension magique au jardin par sa capacité à émettre de la lumière bleue-verte avec son corps. N'ayant pas d'ailes, la femelle, émet une lumière pour attirer les mâles qui volent autour, parce qu'elle ne peux voler. Le corps de la mouche à feu est allongé et mou. Il est de couleur noire ou brune tachetée de jaune ou d'orangé. La lumière émise par le mâle est plus brillante que celui de la femelle. Elle est émise par les 3 ou 3 derniers segments de son abdomen. La fécondation se passe du printemps au début de l'été. Le mâle envoie des signaux alors qu'il est en plein vol, la femelle lui répond alors qu'elle est au sol. Après la fécondation, la femelle dépose ses oeufs dans un endroit humide, et meurt peu après. Le mâle, lui, meurt après l'accouplement avec plusieurs femelles. Les oeufs vont éclore 1 mois plus tard. Les larves vont muer plusieurs fois avant de devenir adultes. Les larves creusent un petit abri dans le sol, et au printemps, elles en sortent pour vivre leur vie de nymphes. La femelle vit 4 semaines. La vie du mâle est beaucoup plus courte. La mouche à feu se nourrit d'insectes, de vers, de limaces et autres invertébrés. On les trouve près des étangs, des marais et des cours d'eau. Bien qu'on les appelle les pouches à feu, ce ne sont pas des mouches mais des insectes volants. Elles possèdent en effet 4 ailes alors que les mouches n'en n'ont que deux.


- LES CRIQUETS :


Le Criquet fait partie de la faune qui vit dans le département du Maine-et-Loire, en région Pays-de-la-loire, en France.



Mis à jour le 6/08/2018

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-12/07/2018 - Tous Droits Réservés