LE CIMETIERE ALLEMAND
DE BERRU
51420
DANS LA MARNE

par "Marie51"



Situé sur la route du Luxembourg (RD380), entre Reims et Pontfaverger-Moronvilliers, le cimetière allemand de Berru, dans le département de la Marne, se situe au bas d'un virage serré, au pied du Mont de Berru.





Le Cimetière de Berru est assez impressionnant avec ses petites croix noires. Il contient les sépultures des soldats allemands tués, durant la guerre 1914-1918.

Le Mont de Berru a été un observatoire privilégié de la ville de Reims mais aussi, une zone de stockage de munitions, de tirs d'artillerie en direction de la métropole, située sur la ligne de front. Les Allemands disposaient aussi d'un espace sanitaire.





Ce cimetière, situé à la sortie du village, dévoile la stupidité des guerres et son gâchis en vies humaines, puisque 13 058 soldats allemands, de Guillaume II, ont été enterrés dans une tombe commune, tués pendant la Première Guerre Mondiale qui y sont inhumés dont 4501 en tombes individuelles et 13 08 en fosses communes.





Le cimetière allemand a été créé en 1923 et bénéficie d'un aménagement réalisé en 1970, par l'Association pour l'entretien des cimetières allemands, qui a remplacé les croix de bois par des croix métalliques.





Des aménagements complémentaires furent réalisés en 2000. La particularité de cet endroit est qu'il présente l'aspect d'une petite nécropole intégrée dans le paysage. C'est si étonnant que l'on reste surpris de découvrir au milieu des arbres et en lisière des bois, ce jardin du souvenir, en direction de Cernay-les-Reims.





Une grande croix noire domine les centaines de croix du cimetière, de même couleur, sur un gazon parfaitement entretenu. Une stèle rédigée en allemand et en français explique la présence de ces tombes, sur lesquelles viennent encore se recueillir des familles. Quelques très rares tombes sont fleuries, ce qui est bien la preuve que personne n'oublie ces vies fauchées.





Le Cimetière de Berru comporte en tout 17 559 soldats allemands tués durant la guerre de 1914-1918. Immobile, je serre les dents et les poings de colère. Je ne ressens qu’une chose en observant ces petites croix grises sans visage: Quel immense gâchis en vies humaines !



Seuls des arbres magnifiques ornent ce cimetière, parfaitement entretenu, au milieu de milliers de petites croix tristes.

Aucune petite fleur n’est déposée dans ce cimetière. Combien de mères, de par le monde, pleurent encore, aujourd’hui, un ou plusieurs fils au nom d’un idéal, d'une guerre se terminant en véritable hécatombe ?





Seul le chant des oiseaux semble apporter un peu de douceur à toutes ces jeunes vies disparues, trop tôt. Je sortirai de ce lieu, ébranlée de tristesse, face à cette immense boucherie en vies humaines. Certaines petites croix portent deux noms, d’où la raison pour laquelle, elles sont orientées dans le sens inverse.



A la sortie du village, en passant par la rue du Luxembourg, vous découvrirez, en face de vous, juste à l’entrée du champ, cet étrange petit personnage, fait de pots de terre, qui semble me regarder partir.



Je jurerai d’ailleurs qu’il m'a souri, ravi de ma visite à Berru...Vous en doutez ? Et bien, allez-y vous aussi ...

22.05.2007

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés