LE VILLAGE DE CHIGNY-LES-ROSES
AU PRINTEMPS
DANS LA MARNE
(51500)

par "Marie51"



Comme je vous l'avais promis, je suis retournée me promener, à Chigny les-Roses, en ce beau mois de mai, pour redécouvrir ce village, sous un autre regard.



Sans soleil, les villages de France souvent paraissent tristes. Mais sous les premiers rayons du soleil, quel plaisir de s'aventurer dans ses petites ruelles, à la recherche de détails qui m'auraient précédemment échappés.



Les ouvriers viticoles ont repris leur travail dans les vignes. Ils ont commencé à la traiter contre un fléau, redouté de tous, le mildiou, en raison de l'humidité qui règne sur la région. Puis il y aura le liage à faire pour soutenir les branches et feuilles de la vignes.



A l'entrée du village, un peu plus loin de l'église, le coq gaulois se dresse, orgueilleusement, au dessus du Monument aux Morts. Le monument est bien entretenu et un bouquet de fleurs témoigne du respect pour les soldats qui ont donné leurs vies, en défendant le village, durant la guerre.



L'église St Nicolas, qui date du XIVe siècle, cette année, a subi quelques rénovations qui lui donnent un petit guilleret. Entourée d'iris, sur les talus, cela apporte au décor une part nouvelle de soleil, en la photographiant.





Le petit cimetière est si discret que je ne l'ai pas vu. C'est en regardant les photos prises de Chigny les Roses, que je me suis aperçu qu'il se trouvait juste sous mon nez !

Les ruelles sont bien propres sous le soleil. Pas un seul chien errant ! Bravo ! J'ai enfin trouvé le portrait de la Veuve Pommery placé, au dessus de la Fontaine du village.



Au coin d'une rue, j'aperçois la publicité pour un viticulteur :



Je découvre l'enseigne originale de chambres d'hotes. C'est toujours bon à savoir quand on veut apsser quelques jours dans un village.



A coté, se dresse le kiosque à musique, repeint de frais, entouré de ses lampadaires dressés fièrement dans le ciel.





Sur le coté, la jolie petite Mairie de Chigny-les-Roses, resplendissante sous le soleil. En montant les escaliers, devant son entrée, se dressent deux carillons, à moins que cela ne soient des cloches, pour réveiller les administrés ? Sourire...





En repartant du village, je croise un enjambeur qui file en direction de la Coopérative qui se trouve à 500 m plus loin, sur la gauche. Soyez prudent car cet étrange engin ne roule pas aussi vite qu'une voiture même si sur la route, il occupe tout autant de place.



Finalement, ce petit village est encore plus beau, quand il est fleuri ! Je ne vois perosnne dans les rues à part quelques rares voitures qui repartent, au boulot ...





Je reviendrai faire un nouveau tour, cet été, puis un autre, en automne et peut-être découvrir ce village, en hiver.

Allez ma balade à Chigny-les-Roses est terminée ! Il me faut rentrer maintenant et vous dire au revoir !



17.05.2009

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés