LE BAL DES CYGNES
EN HIVER
A CUMIERES
(51480)

par "Marie51"




Nous avions vu de beaux cygnes, l’été dernier, en nous promenant à Cumières. Bien que l’on soit encore en hiver et le temps s’étant éclairci, nous avions décidé de retourner pour voir s’ils y étaient toujours ou s’étaient envolés.





Surprise ! Ils étaient toujours présents, accompagnés de leurs deux petits qui avaient bien grandi et avaient pris une taille presque adulte. Le père était reconnaissable à sa façon de faire la loi, chassant les canards qui se rapprochaient trop d’eux, protégeant son territoire d’un air jaloux.





Il était toujours magnifique et son plumage d’une blancheur éclatante. Je fus heureuse de pouvoir les photographier, de plus près, grâce à mon nouvel appareil photo, que mon chéri venait de m’offrir pour mon anniversaire. Sachez quand vous les photographiez, qu’un cygne en colère peut devenir, très dangereux, s’il croit sa famille en péril.





Heureusement, nous avions prévu des graines et du pain, pour les appâter. Alors qu’ils s’apprêtaient à se laisser dériver plus loin sur le Canal de la Marne, nous commençâmes à leur lancer à manger.



Demi-tour toute ! Notre chef de clan fit, sous nos yeux, un demi-tour majestueux, suivi de sa femelle et de ses petits, devenus presque aussi grands que leurs parents. Bien sur, l’armée de canards, qui les suivaient, fit de même.





Nous eûmes droit à un envol de mouettes, soudain effrayées par leur arrivée.



Une poule d’eau, venait parfois prés d’eux, essayant d’attraper elle aussi à manger. Mais les canards et cygnes sont de véritables gloutons. Méfiante, elle se tenait toutefois à quelques mètres, refusant d’approcher plus près de nous, s’amusant à narguer les canards en passant au milieu d’eux.





Un peu plus loin, c’est une mouette qui tente de chiper un peu de pitance aux canards qui semblent tolérer sa présence.





A maintes reprises, le père cygne, donna des coups de bec aux jeunes cygnes, refusant qu’ils se nourrissent sous son nez ! Le père est reconnaissable à sa taille plus grande, à la blancheur de ses plumes et à son bec d’une belle couleur orange et rouge. Ses pattes sont noires à l'age adulte et sur son front, le cygne adulte a une espèce de protubérance noire.





Les jeunes cygnes, nés au printemps 2008, ont encore les ailes teintées de marron pale comme s’ils s’étaient roulés dans la terre. Leur bec n’a pas encore obtenu sa belle coloration. Mais ils ont déjà le maintien superbe de leurs parents.





Pendant que le père cherche dans l’eau de quoi manger, bien qu’on l’ait gavé de pain et de graines, la mère, au plumage tout aussi blanc, mais au bec moins coloré, veille jalousement sur ses petits, ne les quittant pas prudemment de l’œil. Le cygne est un oiseau tres propre qui passe beaucoup de temps à nettoyer son plumage.





Devant la bataille sans merci que ces animaux (cygnes, canards, poule d’eau, mouettes) se livraient pour manger ce que nous leur lancions, il était évident qu’ils étaient vraiment affamés. Quand notre sac fut vide, je repris quelques photos du pont, d’une jolie péniche jaune, égayant le paysage endormi et du toit de l’église apparaissant dans le lointain.





Un moment, le mâle se mit à fouiller l’eau du bec, faisant disparaître totalement sa tête, un bon moment. Comment respirait-il ? Je l’ignore. Soudain, il releva la tête, se redressa sur ses pattes et émit un drôle de bruit comme un reniflement bizarre.





Il semble que malgré le froid, les cygnes préfèrent rester sur l’eau et n’osent pas s’envoler, bien que leurs ailes ne soient pas rognées. Sur terre, ils sont beaucoup plus fragiles et risquent d’être dévorés par les prédateurs comme les chiens sauvages, renards ou les ragondins, et les rats d'eau etc. Alors que les canards grimpent sur la berge effrontément.





Promis, nous reviendrons les revoir au printemps 2009 pour suivre avec intérêt les aventures de cette charmante petite famille. En tout cas, aujourd’hui, malgré un temps gris, nous avons eu droit au bal majestueux des cygnes…





Malgré un temps gris et froid, je me retenais de rire, en voyant ce qui se passait derrière son dos ! Chiche ! ai-je soufflé au cygne !




Mon chéri me fit signe soudain de lever le nez. Dans le ciel, un avion énorme s’envolait, survolant la Champagne encore endormie, en attendant l’arrivée du printemps.



Notre balade est finie pour aujourd'hui mes amis. Cela vous a plu ?

*** A bientot pour une nouvelle balade dans la Marne ? Il y a encore à decouvrir les 23 fameuses statues de métal, installées au bord de la Marne, réalisées par Eric SLEZIAK, le célèbre createur de Woinic le sanglier des Ardennes, qui vous fera decouvrir les différents travaux de la vigne, grace à ses sculptures hautes de 2 mètres.

24/01/2009



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés