L'EGLISE NOTRE-DAME D'EPERNAY A EPERNAY(51200)

par "Marie51"




C’est en se rendant à Epernay que nous avons décidé de prendre le temps de découvrir l’église Notre-Dame d’Epernay, qui est une église magnifique. Cette église se trouve dans le département de la Marne, en région Champagne Ardenne. Elle porte le nom de Notre Dame de l’Assomption.

La première pierre fut posée en 1898. Le coq qui domine son clocher date du 21 février 1905. La première messe fut célébrée le 3/2/1907. A cette époque, la nef s’arrêtait à la deuxième travée.

Les travaux reprirent en 1910 jusqu’à l’achèvement de la grande façade en 1915. Mais dans la nuit du 2’ au 25 juillet 1918, un bombardement provoqua l’effondrement des voutes de la nef et endommagea fortement sa façade. Les réparations reprirent en 1922. L’église Notre-Dame de l’Assomption fut consacrée le 13/04/1925.

Le plan en forme de croix latine et le style s’inspirent de l’église monastique de l’Abbaye Prémontrée de Braine (Aisne 02) aujourd’hui, devenue une église paroissiale. Sans avoir la chaleur d’une œuvre originale, la réalisation de l’église notre Dame d’Epernay est un honnête pastiche de l’œuvre romano-gothique du XIIe siècle.

L’édifice, impressionnant, mesure 73 m de longueur, dont 28 m de l’abside au transept, et 19 m de largeur.

La Tour en maçonnerie s’élève à 41,60 m. Elle est prolongée par une flèche en bois de 35 ,20m et une croix de 7 m. Le coq surplombe à 83,80 m cette belle envolée.

L’église Notre-Dame est bâtie sur l’ancien hôpital, démoli à cette époque, pour être reconstruit au sud d’Epernay (137 rue de l’Hôpital Epernay 51200) dans la direction de la Côte des Blancs, route d’Avize.

Elle succède à l’ancienne église Notre-Dame, de style renaissance, élevée de 1520 à 1550, entre l’actuelle rue du général Leclerc et la Poste. Une première église se trouvait à cet endroit depuis 596, due à la sollicitude des Archevêques de Reims, mais trop exiguë et jugée trop vétuste, à cette époque.

Un premier effondrement de l’église s’était produit en 1824. Malgré les reconstructions de 1826 à 1833, un nouvel effondrement se produit en 1892. La construction d’une nouvelle église fut décidée. L’ancienne église fut démolie en 1909.

Le seul vestige encore visible de cet ancienne église est l’élégante porte St Martin (1540) légèrement déplacée à sa reconstruction, dans le square, près de la Poste centrale. Une partie des vitraux (XVIe sicle) , le maitre-autel en marbre et l’orgue furent transférés dans la nouvelle église Notre-Dame d’Epernay.

Du bas de le nef, le coup d’œil est particulièrement harmonieux. L’heureuse combinaison du roman recueilli et du gothique exaltant, porte au respect du lieu saint et incite au recueillement.

On peut admirer le bel alignement des colonnes, dont els chapiteaux peu élevés, portent les faisceaux de colonnettes qui s’envolent vers les voutes.

Au dessus des arcs, la galerie du triforium court tout autour de l’église. Le fond est malencontreusement percé à chaque travée de portes disgracieuses, dont la nef et les oeils- de-bœufs sont inutiles dans l’abside.

De l’étage supérieur tombe la lumière grâce à ses grandes fenêtres, dont quelques unes comme les rosaces, sont garnies de verrières récentes, certaines sont d’une regrettable fadeur.

Sous la tour-lanterne, à la croisée des transepts, se dresse depuis 1963, l’autel de l’assemblée d’Etrechey (Côte d’Or), facilitant au mieux l’unité des quatre groupes de participants liturgiques, les jours de grandes assemblées. Il réalise les directives de la réforme conciliaire. Sur le plan architectural, l’ensemble s’inscrit parfaitement dans le cadre de l’église.

Au fond de l’église, sous la belle retombée des voutes de l’abside, on aperçoit l’autel du saint sacrement, en marbre blanc antique de la Feuderie/Jeumont (Nord) avec son tabernacle en marbre de la Bouvriette (Hérault).

Cet autel a été érigé en 1879, dans l’ancienne église. Il fut en premier rétabli comme maître-autel où il se trouve encore aujourd’hui. Puis il fut ramené au milieu du Chœur, pour être plus proche des fidèles, et enfin replacé dans l’abside au moment de l’aménagement de l’autel central.

La statue de Notre-Dame en marbre gris blanc, qui le dominait à l’encontre des règles liturgiques, a été placée à gauche, sur une colonne. C’est la copie d’une Vierge gothique du Musée de Cluny.

La richesse artistique de l’Eglise Notre-Dame d’Epernay réside dans ses vitraux du XVIe siècle, qui proviennent de l’ancienne église et replacés dans l’abside et dans les chapelles circulaires autour du chœur, ainsi que dans les chapelles du Dieu de la Pitié et des fonds baptismaux en bas de la nef.

Ils proviennent vraisemblablement des ateliers de verriers de Troyes, fort réputés, à cette époque. Malheureusement ils n’ont pas été replacés ici, dans l’ordre logique des scènes des histoires décrites.

On distingue pourtant , dans l’abside, des scènes évangéliques ou se manifeste la présence de Marie, depuis le pseudo évangile de Joachim et de Anne, parents de la Vierge, jusqu’aux récits de la présentation au temple et leur fuite en Egypte. Dans les chapelles latérales de gauche, (St Joseph) et de droite (St Vincent de Paul) les scènes de la vie de St Augustin ou ayant trait à la vie des chanoines augustins, qui desservirent la paroisse d’Epernay jusqu’à leur disparition à la Révolution. Dans les autres chapelles, des scènes assez variées représentent l’histoire de St Rémi.

Depuis mai 1977, dans la chapelle du Sacré-Cœur, est exposée une véritable Vierge datant du XIIe siècle. Il semble que cette statue soit l’original de la Vierge du portail Nord de l’Eglise Notre-Dame de Paris, déposée au siècle dernier par Viollet-le-Duc, à cause de son mauvais état et remplacée par une copie plus réduite en taille. Elle apparaît dans le jardin d’Epernay au moment de la construction de la nouvelle église, sans que l’on trouve d’explication à sa présence à cet endroit.

Il faut signaler la présence des grandes orgues qui occupent le transept nord. C’est un superbe instrument, signé Cavaillé-Coll, dressé dans l’ancienne église en 1869. Il comporte 34 jeux, 3 claviers, un pédalier, 16 pédales de combinaisons, et 2000 tuyaux ! Sa réputation n’est plus à faire. Les grands organistes ne se font pas prier pour venir y jouer de nombreux récitals grâce à la perfection de sa sonorité.
5/6/2010
Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés