LA BEAUTE DE LA FLORE
DANS LA MARNE
51

par "Marie51"



Vous allez découvrir la flore en Champagne-Ardenne, avec de nombreuses fleurs, que j'ai pu photographier, au cours de mes promenades, dans la Marne, qui est la région où je suis née.
Cette flore sauvage est variée puisqu'elle représente 257 espèces floristiques inventoriées dont 3 au Marais des Trous du leu. La flore agrémente, dès le printemps, joyeusement, toutes nos campagnes.

Ici, c'est la FLEUR DU CHARDON, que j'ai découverte, au bord du Canal de la Marne.



Le long de la Voie Verte, j'ai découvert des arbres immenses recouverts d'AUBEPINES SUVAGES magnifiques qui les ont envahis :



Plus connu sous le nom de BLEUET, se trouve aussi la fameuse CENTAUREE :



La Centaurée est une plante très commune que l'on trouve dans les bois et dans les champs. Elle porte de petites feuilles ovales, allongées, et donne de jolies fleurs roses. Elle est utilisée pour faire baisser la fièvre; pour les atonies et combat la faiblesse des organes digestifs.

Au cours de mes promenades, il n'est pas rare de voir revenir les COQUELICOTS qui apportent une note vive de couleur dans notre paysage.



Ces fleurs se trouvent au bord de l'eau mais je n'en connais pas le nom.



Voici une petite fleur bleutée qui m'a souvent intriguée et, dont j'ai fini par découvrir qu'il s'agissait de la FLEUR DE CHICOREE :



On trouve assez facilement la CONSOUDE :



La CAMPANULE semble nous attendre mais nous nous contenterons de la regarder.



On trouve toujours nos jolies MARGUERITES qui résistent toujours aux nombreux pesticides :





La RENONCULE est aussi éclante de lumière qu'un soleil :



Cette jolie fleur mauve me rappelle de beaux souvenirs liés à mon enfance. Avant de se former, cette fleur a la forme d'un petit FROMAGER. Nous aimions à cette époque la macher comme un chewing-gum.



Attention si vous vous approchez de cette petite fleur à l'aspect fragile. En effet, sa tige est recouverte de piquants rébarbatifs ! Evitez de la toucher !



La FLEUR DE L'EGLANTIER : L'églantier est assez envahissant mais ses fleurs sont superbes, dans des tons légèrement rosés.



Je ne connais pas tous les noms aussi si vous les connaissez, soyez sympa de me contacter, sur mon e-mail, en page principale du site, pour me les indiquer et m'aider à enrichir ce site.

En levant le nez, j'ai découvert ce mélange de couleurs surprenant. Enfant, je m'amusais à me les coller sur le nez pour m'amuser. Nous les surnommions les Hélicoptères car si on écrate le coeur, puis qu'on les lance en l'air, ils tourbillonnent sur eux-mêmes.



Voici en plein champ, de la CIBOULETTE SAUVAGE, reconnaissable à son odeur forte, quand on l'écrase entre les doigts.



Ci-dessous, il s'agit de l'ORNITOGALE EN OMBELLE, avec ses belles pétales d'une blancheur immaculée.



Certaines fleurs sont si fragiles qu'elles ne durent qu'une journée, à peine, comme le coquelicot. Fin mai, dans la Marne, ce sont des champs complets de coquelicots qui réapparaissent, pour notre plus grand plaisir !






* LA MARGUERITE




D'autres peuvent permettre de faire de beaux bouquets champêtres comme ces Marguerites que j'ai tant aimées, adolescente, à effeuiller. Je ne vous dis pas aussi les idées tendres que la MARGUERIITE peut nous inspirer ! Qui ne les a jamais effeuillées, en chantonnant : Il m'aime, un peu, beaucoup, passionnement...



Dans les champs, on trouve aussi des tas de belles fleurs comme cette FLEUR DU CHARDON en train d'éclore à la fin mai :



Une autre fleur qui refait son apparition, est l'EGLANTINE qui est la fleur de l'églantier, dont les pétales sont d'une esquise délicatesse :



Ces petites fleurs inconnues poussent le long des chemins, près des champs. Mais j'ignore tourjours leur nom...





Cette fleur que l'on trouve aussi aux abords des champs me rappelle les Lupins, bien que sa fleur ressemble à une orchidée sauvage.



Perdu au milieu des herbes verdoyantes, cette FLEUR DEPISSENLIT rayonne de couleur comme un beau soleil.



Cette fois, ce sont des champs complets que l'on voit à perte d'horizon, avec ces petites fleurs blanches qui commencent à apparaitre et cette autre, avec ces fleurs jaunes, que je ne connais pas.





Dès le printemps, quand le soleil dévoile ses premiers rayons, on aperçoit la jolie VIOLETTE au parfum si puissant.



- LE TOURNESOL :


Les agriculteurs cultive aussi les FLEURS DE TOURNESOL pour fabriquer de l'huile de table. Dès le printemps, le paysage s'éclaire de ces grands champs, comme des soleils de forme rectangulaire, à perte de vue.

- LA FLEUR DU COGNASSIER DU JAPON :


La Fleur du cognassier embellit chaque printemps les jardins. Plantez des fleurs autour de l'arbre pour faire attirer les abeilles qui vous aideront à poléniser les fleurs, de façon naturelle.

- LA BOURRACHE OFFICINALE :


La Bourrage officinale fait partie de la flore qui pousse dans la Marne, en région Champagne-Ardenne, en France. Elle est utilisée en pharmacie pour ses vertus médicinales.

- L'ANCOLIE :


L'ancolie est une jolie fleur, qui pousse dans les coins semi ombragés. Elle parait regarder le sol, timidement. Il faut donc la soulever délicatement pour voir la forme surprenante de cette fleur, aux tons légèrement mauves.

Dans les bois, vous trouverez au début du printemps, les premières violettes. A l'état sauvage, les violettes se reconnaisent car elles sont parfumées, délicieusement.



Il me reste maintenant à rentrer à la maison. Oh, je sais, c'est imprudent de se promener seule dans les champs, allez-vous me dire, mais êtes-vous bien sûr que je suis vraiment seule et sans défense ?



Regardez qui se cache dans ce champ de blés, prêt intervenir en cas de danger ? Comme garde de sécurité, je suis parée à toute éventualité ! Avouez qu'il est trop mignon malgré ses crocs impressionnants ! Allez, Taz, arrête de jouer à cache- cache. Il est l'heure de rentrer à la maison !



Qui a dit que Dame Nature n'offrait pas de très belles fleurs naturelles, à notre regard, quant on prend le temps de s'arrêter pour la contempler ?




* LA SALICAIRE :
de AnRo0002
CC0

Le long des rivères, il est courant de découvrir la Salicaire qui embellit, si bien les bords de nos berges, bien qu'elle devienne très vite, envahissante, si l'on n'y prend pas garde.




* LE RUBANIER NAIN :



* LE POTAMOT COLORE :



* LE PEUCEDAN DES MARAIS :



* LE NARCISSE DES POETES (Toxique):
Meneerke bloem
CC BY-SA 3.0

Les Narcisses appelé le Narcissus pseudonarcissus et Narcissus poeticus, ont été responsables de quelques empoisonnements de chiens. Les animaux ont consommé des fleurs, l'eau dans laquelle ont trempé les fleurs coupées ou des bulbes. La dose létale pour un chien serait de 15 g de bulbes. La partie de la plante la plus toxique est le bulbe. La plante contient des alcaloïdes dérivés de la phénanthridine. On retrouve la narcissine, la narciclasine, la galanthamine et la lycorine. Elle contient des cristaux d'oxalate de calcium. Les rongeurs connaissent la toxicité des narcisses et ne s'en approchent donc pas. C'est pour cette raison que certains jardiniers plantent, parfois, des narcisses autour des plantes susceptibles d'être attaquées par les rongeurs.

ATTENTION ! :

- LA BERCE DU CAUCASE :(ALLERGISANTE)


La Berce du Caucase est une plante "toxique et allergisante" qui occasionne de violentes brûlures et cloques, au 2ème degrés, sur la peau ! Elle pousse le long de la Marne. Je viens de payer cher mon imprudence, en voulant cueillir ses fleurs, à Damery (51), le long de la Marne. Ses fleurs sont blanches, groupées en ombelles de 6-12 centimètres de diamètre. L'envers de ses feuilles est recouvert de poils urticants et sa sève est très dangereuse, occasionnant d'importantes brulures et cloques en moins de 48 heures. Son nom latin est Heracleum mantegazzianum. Cette plante produit une toxine phototoxique appelée furanocoumarine (phototoxique signifie qu'elle réagit si on l'expose à la lumière). Cette toxine, présente dans la sève, provoque des inflammations et des brûlures de la peau. Si l'on n'expose pas à la lumière la zone infectée pendant plusieurs jours, la réaction ne se déclenche pas. La sève est incolore et inodore, et les cloques provoquées peuvent atteindre la taille d'une pomme de terre ! Les brulures sont très douloureuses et peuvent etre au é7ME degré ! Les séquelles de la phototoxité de la sève de la Berce du Caucase n'apparaissent qu'après plusieurs heures meme apres une bonne douche, et peuvent persister durant des années. Il faut éviter l'exposition de la zone touchée à la lumière durant plus de 48 h, le temps de la disparition de l'effet photosensibilisateur. Consultez rapidement un Médecin ou le Centre Anti-Poison le plus proche. Lavez les cloques au savoir noir et recouvrez la main ou le bras, d'une crème calmante pour apaiser ces terribles démangeaisons ! La Berce Commune est plus petite et ses fleurs ne comptent que 35 rayons contre 50 et plus que la Berce du Caucase.

Pensez à avertir la Mairie du village si vous en voyez ! Ces fleurs ne doivent pas être coupées pour s'en débarrasser mais leurs pieds doivent être "arrachés puis brûlés" ! Empêchez aussi les jeunes enfants de s'en approcher et de les toucher !


= LES PLANTES INVASIVES DANS LA MARNE =

Ces trois plantes sont des plantes invasives qui envahissent rapidement les parcs. De nombreux bénévoles aident l'associaion Block Race, à arracher ces plantes invasives, que se retouvent dans le marais des Trois-Arbres à Cormontreuil.


* L'ASTER D'AMERIQUE :
TeunSpaans
CC BY-SA 3.0

Certaines espèces sont sensibles au mildiou et, surtout, à l'oïdium. On peut semer d'avril à juin, valable pour l'Aster des Alpes, en pleine terre, en évitant le plein soleil. Repiquage à l'automne ou au printemps. La floraison n'a lieu que l'année suivant le semis. L'aster préfère les sols légers, bien drainés et pas trop riches et un emplacement en plein soleil ou mi-ombre. L'Aster se plante dans les bordures, les rocailles, les jardinières. L'Aster d'Amérique reste une plante invasive qu'il faut arracher régulièrement pour éviter sa prolifération.


* LE SAINFOIN D'ESPAGNE :
de Hectonichus
CC BY-SA 3.0

Le Sainfouin d'Espagne appelé aussi Hedysarum coronarium fait partie de la Flore qui pousse dans la Marne, en région Grand-Est, en France. Le Soinfoin d'Espagne fait partie de la Famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae, originaire du Maghreb et d'Espagne . On le trouve en Europe, en Australie, en Inde, au Brésil et en Nouvelle-Zélande. C'est une plante vivace herbacée, de 30 à 150 cm. Elle forme une racine pivotante et supporte tès bien la sécheresse. Ses feuilles atteignent 15 cm de long. Elles sont pennées non appariées avec 5 à 11 feuilles pennées. Les folioles de forme elliptique, ovale ou obovale ont une longueur de 1,5 à 4 cm et une largeur de 0,8 à 2 cm, la foliole terminale étant légèrement plus grande que les folioles latérales. Le dessus des folioles est lisse. Le dessous et le bord des feuilles est très poilu. Les inflorescences ont une tige longue de 5-15 cm et peuvent contenir jusqu'à 40 fleurs bordeaux à violettes. Très rarement, on trouve une forme blanche. Elles ont des manchons bruns avec 1-4 constrictions des segments clairement séparés et formés. Les segments contiennent chacun une seule graine sombre, arrondie et aplatie latéralement. Le nombre de ses chromosomes est 2n = 16. Le Sainfoin espagnol est aujourd'hui cultivé comme plante fourragère. Il est aussi cultivé comme plante ornementale dans les jardins. En Italie, seul pays où la plante est cultivée sur des surfaces importantes, la plante sert de pâture apicole et le miel de Sulla y est réputé. En Nouvelle-Zélande, la plante sert comme protection contre l'érosion et comme plante de bord des routes. Autrefois, la plante était utilises comme légume pour ses protéines, en Toscane. Le Sainfouin d'Espagne pousse sur des sols profonds et argileux. Elle ne tolère pas les sols acides, salins, froids ou sableux.


* LA RENOUEE DU JAPON :
KENPEI
CC BY-SA 3.0

La Renouée du Japon apelée aussi la Renouée à feuilles pointues ou Reynoutria japonica ou Fallopia japonica, est une plantes herbacées vivaces de la famille des Polygonaceae originaire d’Asie orientale, naturalisée en Europe dans une grande diversité de milieux humides. Cette plante herbacée très vigoureuse est originaire de Chine, de Corée, du Japon et de la Sibérie1 où elle est une pionnière colonisant les pentes de volcans dans son aire d'origine (sols volcaniques nus riches en métaux), et les monticules de cendres issues des centrales thermiques à charbon dans son aire d'introduction2. Elle est cultivée en Asie où elle est réputée, pour ses propriétés médicinales. Naturalisée en Europe et en Amérique, elle y est devenue l'une des principales espèces "envahissantes". Elle est d'ailleurs inscrite à la liste de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) des 100 espèces les plus préoccupantes. De 2012 à 2019, chez SNCF Réseau, plus de 50 initiatives ont permis de mettre en place de l’écopâturage, un moyen innovant pour entretenir la végétation de renouées sur des terrains parfois difficiles d’accès avec des engins47. En broutant les tiges de renouées, les chèvres (chèvres de Lorraine, chèvres des fossés) et les moutons (moutons d'Ouessant, Solognots) limitent la repousse des tiges par épuisement des réserves stockées dans les rhizomes. Des expérimentations concluantes ont également été conduites sur une zone humide de Mayenne, classée comme un espace naturel sensible. les collectivités adoptent, de plus en plus, cette technique, dans les zones escarpées et/ou inaccessibles.



Mise à jour le 20/10/2020


Marie51



Retour



www.mes-ballades.com12/07/2007-26/11/2021 - Tous Droits Réservés