COMMEMORATION
DU 19 MARS 1962
A REIMS
51100

par "Marie51"



J'avais remarqué dans le journal local l'Union, qu'une cérémonie aux Monument aux Morts allait avoir lieu le 19/03/2012 à Reims pour la Commémoration du 19 mars 1962. Le Comité Fnaca (Fédération Nationale des Anciens Combattants Algérie Maroc Tunisie) organisait, trois cérémonies du Souvenir, à la date anniversaire du cessez-le-feu d'Algérie, pour la mémoire de toutes les victimes, civiles et militaires, de ce conflit, dont une à Reims (11H), une à Bétheny (10H) et une à Witry-les-Reims (9h).







Curieuse, je décidais d'y aller, me demandant ce que j'allais y découvrir. Il y eut une remise de gerbes de fleurs, ou un officier informa quatre personnalités de s'avancer pour soutenir la gerbe et la déposer aux pieds de la statue du Monument aux Morts.







Les noms de nombreux soldats furent cités par un ancien soldat, pendant qu'un autre, déclarait, un peu ému, en tenant son micro : "Mort pour la France" ! La liste fut longue. La cérémonie me parut émouvante et poignante.





Puis, il y eut la présentations de nombreux soldats morts au combat, dont je n'ai pas retenu les noms et des militaires se mirent au garde-à-vous, dans leur beaux uniformes, soigneusement repassés.





La foule était suffisamment nombreuse pour attirer mon regard. Le regard grave, les familles des victimes étaient venues, fidèle à ce rendez-vous du souvenir, annuel.

C'était la première fois que j'assistais à une Commémoration du Souvenir et j'avoue avoir été très touchée par la gravité de tous ceux venus y participer et y assister.







Les porte-drapeaux se dressaient fièrement, face à la foule, en dépit de leur âge déjà bien avancé et tenaient leurs étendards dressés, devant eux.







Nos anciens avaient vraiment fière allure ! Cette fidélité au souvenir de leurs camarades disparus me toucha, en dépit des années passées.







Ce n'est pas pour rien que cette cérémonie, qui se perpétue depuis, tous les ans, se nomme ainsi :





"La Commémoration du Souvenir"






Cette cérémonie dura une vingtaine de minutes puis tout le monde se dispersa, dans le calme. Deux policiers, en faction, assuraient une surveillance discrète.

19/03/2012


Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés