L'ELEPHANT DU ZOO D'AMNEVILLE
A AMNEVILLE
(57360)
EN MOSELLE

par "Marie51"



Depuis 2009, je n'étais pas revenue au Zoo d'Amnéville. C'est donc avec beaucoup d'impatience et de plaisir que j'y suis revenue, avec mes amies Marie-France et Danièle, pour le redécouvrir. C’était aussi l’occasion d’observer les modifications intervenues depuis et les nouveaux animaux arrivés au Zoo d’Amnéville, dans le département de la Moselle, en région Grand-Est, en France et ma 3ème visite à ce Zoo, considéré comme l'un des plus beaux parcs animaliers d'Europe.

Bien que les animaux soient superbes, mes premières impressions restent mitigées. Il y a encore bien des choses à améliorer, que je vais suggérer à Mr Michel LOUIS, le Directeur Général du Zoo d’Amnéville :

Tant que vous n'êtes pas arrivés dans Amnéville, vous ne voyez aucune indication du zoo d'Amnéville d'indiquée, ce qui est plutôt déconcertant, quand vous venez d’un autre département.



Première surprise, bien que nous ayons déjà pris notre billet d'entrée, à l'avance, grace au Comité entreprise de Marie-France, c'est avec une grimace de désappointement que nous découvrons une file interminable de visiteurs, longue de plus d'un kilomètre, alors qu'il est midi à peine !

Seconde surprise : Il n'y a seulement que 2 caisses pour passer toute cette foule !? Ceux-ci ont pris leur billet à l'avance et ceux qui n'en ont pas et devront payer, c'est pareil ? Il faut faire la queue, ensemble ! Fatalistes, nous suivrons la file d'attente, comme tout le monde, sous un soleil de plomb, observant tout ce petit monde venu découvrir les animaux du Zoo d'Amnéville. Heureusement, la bonne humeur de tous reste bien présente.

Quand aux parkings, ceux-ci sont déjà pris d’assaut comme des abeils sur du miel et il nous faudra tourner un bon moment pour trouver une place de libre, mais déjà au soleil. N’hésitez pas à demander conseil au personnel sur place. Ils portent tous une casquette ! Comme tous les parkings se ressemblent, je vous conseillerai donc de bien observer où vous vous garez, de retenir le numéro de votre parking, les cinémas à proximité, les restaurants, etc.

Et comme vous allez devoir marcher « durant des heures», sur plusieurs kilomètres, en pleine chaleur, pensez à chausser les pieds, confortablement ! Les petites chaussures de bal des coquettes sont donc à remiser aux oubliettes! Sinon, les ampoules que vous aurez attrapées à la sortie risquent d'illuminer le ciel sur des kilomètres !

Une fois entrées dans la place, c'est l'apparition de nombreux restaurants, buvettes, et tables pour manger, que vous voyez en premier. Tout semble fait pour vous faire mettre la main au porte-monnaie. Et là, encore, ce sont des queues de gens qui attendent, affamés et résignés. Des odeurs de frites flottent désagréablement dans l'air. On se croirait à la Foire du Trône à Paris. On dirait que certains ne viennent que pour se goinfrer !

Heureusement, nous avons eu la bonne idée de manger à 11H, en dehors du parc. Puis avons acheté un petit guide et plan, en donnant nos billets, à l'entrée. Celui-ci est superbement illustré mais vous coûtera la modique somme de 6 euros. Mais le livre est vraiment superbe. C’est une mine d’or sur ce que vous allez découvrir au Zoo d’Amnéville. Je vous le conseille ensuite pour vos enfants car il est truffé d’informations passionnantes et de photos superbes qui les passionneront.


Nous décidons de prendre la première allée sur la gauche, pour commencer. Et là, j'avoue une nouvelle déception. Comme des tas de visiteurs, un peu perdus, nous avons l'impression de tourner désespérément en rond, par moment !

Malgré 6 heures de marche, ce jour là, hé oui, il y aura des tas d'animaux que nous ne verrons pas, faute d'être oubliés ou mal indiqués : les Gorilles, les Otaries, les Rhinocéros, les Hyènes, le Bison, le Chameau, le Lama, le Cobe de Lechwe, le Dik-Dik, le Mouflon, les Lions de mer...Moi qui rêvais de revoir les gorilles et prendre enfin le temps de les observer, je ne les ai même pas vus et encore moins aperçus! J'aurai du prendre ma boule de cristal pour les trouver !

Si certaines allées indiquent clairement où se trouvent les animaux que nous recherchons, d'autres allées à doubles embranchements demeurent pour nous un véritable mystère car là, j’ignore pourquoi, aucun nom d’animaux n'est indiqué. Quelle allée faut-il prendre ? Gauche ou droite ? Nous hésitons, indécises. Ce sera donc pile ou face. Nous déciderons de partir du coté "gauche" pour commencer notre visite.

La foule ne cesse de grossir, de piétiner sur place, les nombreuses poussettes de nous érafler douloureusement les chevilles, et de nombreux petits énervés par la foule qui les stresse, assoiffés par la chaleur se mettront à hurler, en choeur. Quelle cacophonie pour nos pauvres oreilles !

Heureusement qu'aucune chasse au trésor n'a été organisée ! Nous serions rentrées bredouilles ce jour là. Ce n'est que vers 15H que nous trouverons enfin ce fameux éléphant que nous recherchons depuis tout ce temps. N'hésitez pas à demander aux gens que vous croisez où certains animaux se trouvent. A force de tourner en rond, vous perdez vite le sens de l'orientation au milieu du bruit et de la foule.



Nouvelle surprise, plus agréable, cette fois-ci. Un barrisement sonore me fait dresser l'oreille. J'entraine au pas de course mes deux amies, qui me regardent éberluées, en train de papoter, comme dans un salon de thé. L'ancien pachyderme que j'avais vu, il y a quelques années, a disparu. Est-il mort ? Je l’ignore. Il m'avait paru bien déprimé à l'époque, se dandinant tristement d'un pied sur l'autre, la peau devenue terne et flasque, dans son enclos.




Aujourd'hui, nous découvrons un nouvel éléphant, adulte, massif, en bonne santé, le corps recouvert d'une poussière ocre, qui se promène, dans son enclos. Il s'asperge de cette poussière avec sa trompe. Cette fine poussière lui permet de se protéger des rayons du soleil et des piqures d'insectes.



L'enclos où il se trouve a été nettement amélioré. Maintenant, il y a vraiment de la verdure, des rochers, des jeux pour s'amuser et, par sécurité, une ligne électrifiée qu'il ne peut dépasser. Le fossé profond a été comblé d'herbes luxuriantes qui se sont mise à pousser.

L'éléphant est une bête magnifique ! Il possède aussi de belles défenses. C'est un éléphant d'Asie. Son front est plat, ses oreilles plus petites que l'éléphant d'Afrique et son dos n'est pas bombé. Peu pressé de nous voir l'admirer, celui-ci poursuit tranquillement son petit bonhomme de chemin et nous le suivrons, en trottinant bravement, le mitraillant de notre appareil photos, bien qu'il nous observe, discrètement. Derrière son allure débonnaire, l'éléphant reste un animal très intelligent, doté d'un mémoire incroyable.



La masse de son corps est impressionnante. Sa petite queue, minuscule par rapport à son poids, se balance en cadence, nerveusement, chassant les mouches qui tentent de le piquer. Imperturbable, il nous tourne le dos, lève la queue un moment, et défèque sans pudeur devant nous ! Puis, le bruit d'une chute d'eau nous surprend, avant que nous comprenions qu'il est en train d'uriner des trombes d'eau sous nos yeux ébahis ! On dirait la lance des pompiers en plein jet!

Mais malgré ce besoin innocent, l'éléphant reste un bel animal, puissant et majestueux. Il faut savoir que les éléphants sont menacés de disparition dans le monde entier. En Afrique, ils étaient 2,5 Millions d'éléphants en 1950. Ils ne sont plus que 609 000, aujourd'hui !




Il existe plusieurs raisons à leur disparition :

- L'extension des terres agricoles qui grignotent peu à peu, leur territoire naturel

- le commerce de l'ivoire: En 1970, 700 tonnes d'ivoire étaient vendues chaque année ! En 1975, ce commerce a été réglementé. Puis, il fut enfin interdit en 1980, associé à une prise de conscience de nombreux pays, provoquant un effondrement de la demande d'ivoire !

Mais en 1988, le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe furent autoriss à recommencer le commerce de l'ivoire. Cette autorisation provoqua une recrudescence des trafics et du braconnage même dans les Parcs nationaux ou des gardes tentent pourtant de les protéger!



- Il nous appartient donc de refuser d'acheter ces objets ou sculptures en ivoire, aux traficants, pour que ce commerce honteux s'effondre, à nouveau, sinon, ces magnifiques éléphants que nous admirons tant, disparaitront à tout jamais de notre Terre! Et nos enfants, petits enfants et arrières petits enfants ne pourront plus les admirer qu'en photos, suite à une totale extinction.

Saviez-vous que la croissance d'un éléphant se poursuit toute sa vie (40 à 60ans) même si elle se ralentit à la puberté ? Une défense d'éléphant peut atteindre 3 mètres de long et peser jusqu'à 100 kg.

Ces animaux sont aussi tres sociaux et savent protéger leurs petits, tout en gardant des liens étroits entre eux. Si l'un d'eux meure, ils mettent de temps à l'abandonner et peuvent rester plusieurs heures près de son corps, lui rendant hommage, mystérieusement avant de repartir, résignés.



Un éléphant a besoin de consommer 80 litres d'eau par jour et se nourrit de 200 kg de feuillage, d'herbe et de fruits, d'où les longues distances qu'il peut parcourir dans la savane. Il adore se baigner aussi et sait nager avec grâce malgré un poids pouvant atteindre 5,5 tonnes.

Un troupeau d'éléphants est composé de 5 à 50 éléphants, quand ils vivent en liberté. C'est la femelle la plus âgée (la matriarche) qui va prendre la tête du troupeau et le diriger. Les autres femelles et jeunes mâles entoureront les petits, créant des groupes familiaux très étroits.

Les mâles, devenus adultes, sont de véritables solitaires et préfèrent vivre à l'écart du troupeau. Quand un mâle est en chaleur (en rut) ses tempes temporales sécrètent une substance visqueuse, appelée le "mutsh" à l'odeur âcre. Durant cette période, les mâles sont extrêmement agressifs et dangereux.

Face à un concurrent ou un ennemi, un éléphant en colère va agiter sa tête, déployer ses oreilles, dresser en l'air sa trompe et pousser de puissants barrissements, pour effrayer l'autre en face. Mais si cela ne suffit pas, alors là, gare à l’intrus car il le charge méchamment! Essayez donc d’arrêter plus tonnes de chair en colère ! Heureusement, les vrais combats ont lieu rarement et l’intrus souvent préfèrent prendre la poudre d’escampette.



La femelle a un petit, une fois, tous les quatre ans. Elle ira mettre bas dans un endroit ombragé, assistée des autres femelles. A peine né, l'éléphanteau pèse déjà 90 kg à 113 kg à la naissance. Il est capable de se mettre debout sur ses petites pattes, une demi-heure à peine après sa naissance. Le petit est ensuite protégé par tout le groupe males et femelles qui veillera sur lui, attentivement.

L'allaitement d’un éléphanteau durera 2 ans pour lui. Ensuite, il apprendra à se nourrir comme tout le monde. En cas de danger, la mère chargera l'intrus sans ménagement, n'hésitant pas à le piétiner !



Nous reviendrons, en automne, en espérant qu'il y aura, cette fois-ci, nettement moins de monde. Et nous prendrons la route encore plus tôt soit 7heures du matin au lieu de 9 heures ! Il n'y a que 187 kms de Reims à Amnéville ! Heureusement, cette fois-ci, l'autoroute nous a permis de gagner du temps et d'éviter le flux ininterrompu des voitures durant ce long week-end de l'Ascension. Nous serons de retour à Reims vers 20H 30.

Mise à jour le 25.05.2017


Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés