DECOUVERTE DE LA FAUNE
DANS LES PYRENEES-ATLANTIQUES
(64)

par "Marie51"




La Faune que l'on rencontre dans le département des Pyrénées-Atlantiques est importante et variée, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Vous serez étonnés et surpris de découvrir ces animaux dont certains sont peu farouches, en vous promenant. Voici une liste de cette Faune (Mammifères, Oiseaux, Insectes, Poissons), que vous croiserez, au cours de vos balades ou durant vos vacances, dans ce beau département :


- L'OURS DES PYRENEES-ATLANTIQUES :


L'Ours brun est un animal totem qui fait partie de la Faune dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Il ne fait pas l'unanimité parmi la population bien qu'il fut réintroduit, dans les Pyrénées-Altantiques, ayant disparu de cette région, à force d'être chassé et d'être spolié de son habitat naturel. Toutefois, il reste un animal redoutable s'il se sent en danger, qui ne cherche qu'à protéger ses petits. Gourmand,il n'hésite pas à mettre un coup de pattes dans une ruche pour voler leur miel aux abeilles affolées. Son épaisse fourrure le protège heureusement des piqures d'abeilles. Un conseil : Observez le discrètement mais "de loin". Rappelez-vous que les griffes de ses pattes sont des armes redoutables qui peuvent tuer ! L'Ours mesure 1,70 m à 2,20m debout ! Son poid varie de 200 kg à 300 kg pour le mâle à 100 kg pour la femelle. L'Ours brun a une longévité de 20 à 25 ans. Voici le site passionnant de l'asociation FERUS qui se bat pour la réintroduction de l'Ours en France:
Ferus



- LE BOUQUETIN :


Vivant en groupes, on rencontre le Bouquetin dans les éboulis et les prairies, entre 2000 et 3500 m d’altitude où il se nourrit de graminées, de bourgeons, de lichens. Il descend le soir, pour brouter dans les alpages. A l’aube, il remonte vers les cimes et passe sa journée à ruminer et à dormir. En hiver, le Bouquetin se rend sur les pentes où le vent balaie la neige. Bien que sa silhouette soit plus trapue et que son poids représente le double de celui du chamois, le Bouquetin est un excellent grimpeur et sauteur, très habile, grâce à ses larges sabots « antidérapants » qui lui facilitent la prise sur les rochers. Les Bouquetins mâles possèdent d’immenses cornes qui repoussent, chaque année, et peuvent atteindre 1 mètre maximum. On sait l’âge d’un Bouquetin mâle en comptant le nombre de bosses sur ses cornes.



- Les MARMOTTES ou CHIENS DE PRAIRIE :


La Marmotte appelé aussi Chien de Prairie fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques. Elle a été réintroduite en France en 1950. On peut la voir encore sur la Crête sommitale de la Tusse de Montargué, à 2860 m ! Debout, certaine sd'entre elles scrutent l'horizon, émettant un long sifflement en cas de danger, pour avertir la colonie. Elle adore se cacher dans les rochers. Ses prédateurs naturels sont l'Aigle et le Renard.



- LE POTTOK CHEVAL DES PYRENEES:


Le Pottok est un cheval 100% sauvage qui fait partie de la Faune, dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Ces chevaux vivent librement dans les Pyrénées. Il s'agit d'une équidé à mi-chemin entre le cheval et le poney. Son origine est très ancienne (probablement du Paléolithique). Il présente des ressemblances morphologique avec les chevaux des peintures rupestres de la même région. Utilisé pendant des siècles par les habitants du Pays basque pour divers travaux d'agriculture, il fut également mis au travail dans les mines. S taille varie d'1,32 m maximum pour les poneys de montagne à 1,47 m maximum pour les poneys de prairie. Son poids est de moins de 400 kg. Sa robe est noire ou alezane pour les pottoks de montagne et souvent pie pour les poneys de prairie. Il est utilisé principalement pour les randonnées, le Bât, et les techniques de Randonnée Équestre de Compétition. Pottok signifie « petit cheval » en basque, et se prononce "pottiok". Les pottok seraient issus des petits chevaux qui peuplaient le Sud-Ouest de l'Europe, il y a environ un million d'années. Une étude génétique démontre le regroupement de 3 races espagnoles d'origine celtiques, provenant de l'Atlantique : le Jaca Navarra, le Poney galicien et le Pottok. Chassés, les ancêtres du Pottok trouvèrent refuge dans les massifs rocheux des Pyrénées et survécurent au climat perturbé des dernières glaciations du quaternaire. Les peintures rupestres des grottes d'Isturitz et d'Oxocelhaya représentent des chevaux très similaires au pottok basque actuel et attestent de sa présence ancienne. On distingue 2 types de pottok suivant les conditions du milieu. Le pottok de montagne vit librement dans les massifs montagneux au sein d’un troupeau. Le Pottok de prairie est un poney élevé hors berceau et destiné aux activités sportives et de loisirs. Adulte, la taille d'un poney pottok de montagne se limite à 1,32 m alors que celle d'un poney pottok élevé en prairie peut aller jusqu'à 1,47 m. Son poids excède rarement les 350 kg. Le Pottok aussi est doté d'une grande rusticité et d'une gande endurance. Il est classé, parmi les 23 plus belles races chevalines du monde, d'après la revue Cheval pratique. Le pottok est est un cheval docile mais énergique, vif mais généreux. Il est résistant et rustique, et s'adapte parfaitement à n'importe quel environnement.



- LA BLONDE D'URT OU BLONDE D'AQUITAINE:


Parmi la Faune des Pyrénées-Atlantiques, se trouve la Blonde d'Urt, qui est une race de bovins, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. La Blonde d'Urt est une vache à poil roux, de taille moyenne et fortement charpentée. Elle est très bien adaptée aux travaux de charrois et de labours en terrain accidenté. La Blonde d'Urt existait encore au début du XXe siècle, constituant avec la Béarnaise et la Lourdaise la Blonde des Pyrénées, localisée en montagne au Sud du bassin aquitain, et spécialisée dans la production de lait, pour l'élaboration de nombreux fromages.



- LES MOUTONS :




Plusieurs races de moutons font partie de la Faune, dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Il existe deux races de moutons : La Castillonaise qui est une race allaitante et la Lourdaise réputée pour sa viande. Au milieu du 20ème siècle, la race de Lourdes était considérée comme appartenant au groupe ovin des Pyrénées Occidentales avec les 3 autres races : Béarnaise, Basquaise et Auroise. Elle serait dérivée par infusion de sang Mérinos de la race Béarnaise dont elle aurait conservé le format, la conformation et le profil busqué. En 1975, à la création de l'UPRA, le cheptel de race pure était d'environ 3 500 femelles. Cet effectif a régressé, suite à des difficultés économiques de l'élevage ovin et à des problèmes spécifiques de débouchés liés à la mauvaise conformation des animaux. Il ne reste aujourd'hui qu'un effectif de l'ordre de 830 brebis dans 23 élevages. L'espèce est aujourd'hui menacée de disparition. La Baregeoise : C'est une race à viande. La race Barègeoise appartient à l'ensemble des races pyrénéennes allaitantes à laine frisée dont certains rameaux ont été infusés par du sang Mérinos. Elle s'est différenciée de la race lourdaise du fait de l'isolement de la Vallée de Barèges qui a abouti à l'identification de ce type génétique particulier. Le livre généalogique a été créé en 1975. Elle permet cependant une bonne protection en plein air à l'estive. C'est une race de haute montagne, maternelle, marcheuse et résistante. Elle a une bonne aptitude au dessaisonnement. C'est une race ovine de taille moyenne : 70 cm pour 50kg à 60 kg pour la Brebis et 80 cm pour 75kg à 90 kg pour le Bélier. La tête est blanche satinée, le chanfrein légèrement busqué, et les oreilles moyennes. Elle porte des cornes en spirales étirées dans les deux sexes. Sa laine est blanche et fine mais assez peu fournie.



- LE VAUTOUR-NUBIEN :


Le Vautour Nubien appelé aussi le Vautour Oricou ou Vautour de Nubie, fait partie de la Faune qui vit dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. C'est une espèce de vautours de l'Ancien Monde, de la famille des Accipitridés. Le Vautour oricou est la seule espèce du genre Torgos. D'une taille impressionnante, le Vautour Oricou (Torgos tracheliotus) est le plus imposant de tous les vautours. Très agressif, les autres vautours lui cèdent souvent la place sur un cadavre. De violents combats éclatent parfois autour d'une charogne, même si le Vautour Oricou n'est pas un grand mangeur de viande. Il consomme surtout la peau des animaux morts, et se contente des restes laissés par les autres rapaces. Le Mâle comme la femelle sont d'aspect identique. Le vautour Nubien ou Vautour Oricou possède un plumage brun, plus clair, en dessous. Sa tête et son cou sont dénudés et sa face est gris clair. De la chair rose apparaît au niveau du cou. Son bec est gris, plus sombre à son extrémité. Ses pattes sont grises. Son bec est impressionnant. Le Vautour Oricou est exceptionnel dans le vaste monde des vautours. Sa puissance est telle qu'elle lui permet de tuer des proies vivantes. Il ne se nourrit pas que de cadavres. Il se nourrit de petits ongulés, mais aussi de jeunes oiseaux, d'oeufs de tortue, de grosses araignées, et de termites. Bien que ses ailes atteingent une envergure de 3 mètres, le vautour Oricou aime s'adonner à la chasse au lièvre, secondé par des corbeaux à queue courte. Si le lièvre lui échappe, résigné, celui-ci va se mettre en quête d'une charogne. La femelle ne pond qu'un seul oeuf qu'elle couvera durant 2 mois, puis les parents soignent et nourrissent ensemble leur petit. Le petit vautour prendra son envol entre 125 jours à 135 jours. Partout ailleurs, au Sud du Sahara, le Vautour Oricou se maintient bien dans les régions où l’utilisation des produits chimiques reste faible. On le retrouve aussi dans les chaines montagneuses jusqu'à 4500 mètres. C'est un oiseau sauvage peu sociable.



- LE PYGARGUE A TETE BLANCHE :

CC BY-SA 2.0

Le Pygargue à tête blanche fait partie de la Faune des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitiane_en_France.
C'est un rapace originaire de l'Amérique du Nord. Bien qu'il soit appelé Bald Eagle (aigle chauve) ou son nom d'aigle à tête blanche, Ce n'est pas un aigle du genre Aquila mais bien un pygargue du genre Haliaeetus. En effet, son alimentation se compose de poissons. Avec son son bec puissant, ses pattes ne sont pas recouvertes de plumes jusqu'aux serres, ce qui l'une des caractèristiques propres aux vrais aigles. Le Pygargue à tête blanche préfère les lacs, les rivières et les zones côtières, où il peut trouver sa pitance. Il est souvent sur nommé "l'aigle de mer" ou "l'aigle pêcheur". Subdivisé en deux sous-espèces, il se rencontre sur presque toute la superficie de l'Amérique du Nord, au Nord de l'Alaska jusqu'au Sud du Mexique ainsi que sur la Côte Atlantique que du Pacifique. Emblème national des États-Unis, l'espèce a failli disparaitre au XXe siècle.



- LE VAUTOUR-PERCNOPTERE (Espèce protégée):

CC BY-SA 4.0

Le Vautour-Percnoptère appelé aussi Neophron Percnopterus ou Percnoptère d'Égypte est un oiseau sauvage, de la famille des Accipitridés et de l'ordre des Accipitriformes. Le nom de Neophron vient de la mythologie grecque : c'était le nom d'un sacripant qui fut puni par Jupiter, pour un méfait et qui fut métamorphosé en vautour. Sa taille fait 58 cm à 78 cm, avec une envergure de 1,50m à 1,80m, pour un poids de 1,5kg à 2 kg. C'est le plus petit vautour de l'Ancien Monde. Il est caractérisé par une face jaune, un bec jaune, long et mince. Le bout du bec peut être noir, un plumage blanc, sauf pour les rémiges (bout des ailes) qui sont noires. Les Vautours-Percnoptères adultes vivent en couples. Ils sont fidèles et farouches et établissent leur nid dans des lieux accidentés, des falaises ou des gorges. Dans une cavité bien abritée, ils amassent des branches sèches, des ossements, des débris divers puis un matelas feutré de laine et de poils, pour y faire leur nid. Le Vautour-Percnoptère se nourrit d'animaux morts mais sait aussi briser un oeuf d'autruche avec une pierre. Il présente ainsi un exemple d’utilisation d'outil par un animal. Il peut être coprophage. L'estomac des Vautours-Percnoptères est conçu pour affronter le plus dur des régimes alimentaires. Grâce à son jabot et à son gésier, très extensibles, ce charognard peut se bourrer d'un énorme repas avant d'affronter des jours, voire même des semaines de jeûne. Ses sucs digestifs puissants l'aident à digérer de la viande en putréfaction qui renferme des toxines mortelles, pour les autres carnivores. Le Vautour-Pecnoptère est une espèce protégée.



- LE VAUTOUR-FAUVE :

CC BY-SA 3.0

Le Vautour-Fauve fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France. C'est un oiseau sauvage. Comme les autres Vautours Gyps, il est doté d'un long cou et d'une tête qui, ne sont pas dénudés mais dotés d'un fin duvet. Le duvet permet d'effriter facilement le sang séché et d'améliorer l'hygiène du Vautour-Fauve. Son bec, puissant, lui permet d'arracher les muscles et viscères des carcasses, guidés vers l’œsophage, grâce à sa langue, en forme de gouttière. Leurs pattes, contrairement à celles de la plupart des autres Accipitridés, ne sont pas préhensiles, ne servent pas pour la chasse, mais juste pour se percher et marcher. Le poids moyen d'un Vautour Fauve varie de 6,5 kg à 11,5 kg et son envergure est de 2,35 à 2,70 mètres. Sa longueur varie de 95 à 110 cm. Sa longévité est de 40 ans. Le Vautour fauve est un oiseau planeur. Lourd et massif, il utilise les courants ascendants thermiques et dynamiques pour planer et peut parcourir 300 à 400 kms par jour, à la recherche de nourriture. Les vautours partent en petits groupes, le matin à la recherche de nourriture et,ne reviennent qu'en fin d'après-midi. Ce charognard se nourrit sur les carcasses de grands animaux qu'il détecte du haut du ciel grâce à sa vue perçante. De nos jours, par suite de la raréfaction ou de la disparition des grands animaux sauvages (mouflons, chamois, bouquetins), le Vautour-Fauve se nourrit d'animaux domestiques morts (moutons, vaches, chevaux). Souvent, un cortège d'animaux précèdent les vautours : grands corbeaux, milans, renards, etc. Ce sont d'excellents indicateurs pour les Vautours, car, très farouches, ils ne se risquent à approcher une proie, que quand il n'y a pas de danger. Comme tous les Vautours du genre Gyps, le Vautour-Fauve est un « tireur-fouilleur ». Son long cou lui permet de s'introduire dans les carcasses, par les orifices naturels ou les zones de peau fine (mamelles, aines, aisselles). Il ne se nourrit que de chairs molles (muscles et viscères) et laisse le reste (tendons, cartilages, os) à d'autres espèces, comme le Vautour-Moine ou le Gypaète Barbu. Le Vautour-Fauve fait partie des espèces protégées.



- LE MILAN NOIR :


Le Milan Noir fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France.



- LE GYPAETE BARBU :

CC BY-SA 2.0

Le Gypaete Barbu fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France. C'est un oiseau sauvage, un rapace.



- La MESANGE :


Le Mésange fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France.



- LE COLVERT :


Le Colvert fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France. C'est un canard sauvage.



- LA POULE D'EAU OU GALLINULE :


La Poule d'eau appelée Galinule fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France.



- LA SALAMANDRE :


La Salamandre fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France.



- LE LEZARD :


Le Lézard fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France.



- LA VACHE :


La Vache fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Occitanie, en France.



- LE PAPILLON SOUFRE :

CC BY-SA 3.0

Le Soufré fait partie des Papillons qui vivent dans les Pyrénées-Atlantiques, et font partie de la Faune visible en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Le Soufré ou Colias Hyale est une espèce de lépidoptères de la famille des Pieridae, de la sous-famille des Coliadinae et du genre Colias. Sur le verso, le mâle est jaune clair alors que la femelle est blanche et tous deux ont l'apex de l'aile antérieure de forme triangulaire noir taché de clair et un point noir. Le revers est jaune vif chez le mâle. La femelle a l'aile antérieure plus blanche. Au centre de l'aile postérieure apparaît une marque blanche cernée de rosé. Les œufs éclosent vite et donnent des chenilles, à tête verte et au corps vert vif à points noirs aux flancs, ornées d'une raie blanchâtre à traits rouge orangé. La chrysalide est aussi vert vif avec une raie jaune. Le Soufré hiverne sous forme de chenille. Il vole de Mai à Septembre, en 2 ou 3 générations. Les plantes hôtes de la chenille sont des légumineuses, la luzerne et le trèfle. Le Soufré affectionne les prairies fleuries, jusqu'à 2 000 mètres. En France, le Soufré est présent dans de nombreux départements mais les données manquent pour confirmer sa présence en Corse, dans les Côtes-d'Armor, en Mayenne, dans les Pyrénées-Atlantiques, en Ariège, en Aveyron, en Lozère, en Tarn-et-Garonne et en Haute-Garonne.



- LE CASTOR :


Le Castor fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. C'est une espèce de mammifères de la famille des Castoridae. C’est le plus grand des rongeurs aquatiques autochtones d’Eurasie et de l’hémisphère Nord. Son origine remonte à 54 millions d'années. IL a joué ce rôle jusqu'à sa quasi-disparition à la fin du XIXe siècle. De la fin de la préhistoire au Moyen Âge, la destruction par l'humain des castors et de leurs infrastructures de barrages ont eu diverses conséquences écopaysagères négatives. Après avoir failli disparaître, Castor fiber a été classé espèce protégée dans plusieurs pays (dont francophones européens : Belgique, Suisse, Luxembourg et France8) puis inscrit à l'annexe II de la directive Habitat, lui permettant de commencer à reconquérir une partie de ses habitats (cours d'eau, zones humides tourbeuses, lacs, étangs d'Europe et d'Asie). Il reste vulnérable en raison d'un récent effondrement de sa diversité génétique. En été, outre des plantes aquatiques et palustres, le Castor d'Europe mange des herbacées et des fruits à proximité de l'eau. Il mesure en France jusqu'à 1,35 mètre (queue d'environ 29 à 31 cm) comprise) ce qui en fait le plus gros rongeur autochtone européen. Le record actuel serait de 38 kg pour un castor du Rhône. Sa queue plate est remarquable pour un mammifère.Ses mains (pattes antérieures) longues de 5 cm, sont munies de cinq doigts griffus non palmés, aptes au fouissage, avec un pouce opposé facilitant la préhension. Le premier doigt est rudimentaire, évoquant un ongle long et recourbé ne touchant pas le sol quand l'animal marche, les autres ongles sont plus forts et sauf le second émoussés par l'usage. La paume porte sous le premier doigt un coussinet rigide et épais qui renforce la préhension. Au repos le pouce est enfermé dans la paume, comme chez les primates. Le pied (de 15 cm) possède 5 doigts complètement palmés, avec un ongle double au second doigt, lui servant de « peigne » quand il entretient sa fourrure. Selon une étude finlandaise, les mâles passent un peu plus de temps à voyager, ils patrouillent plus loin que les femelles. Ils passent probablement plus de temps à marquer la périphérie éloignée de leur territoire.



- LES SPATULES BLANCHES (Espèce Protégée):

CC BY-SA 3.0

La Spatule est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Spatule est le nom vernaculaire de 6 espèces du genre Platalea, qui sont des oiseaux échassiers, de la famille des Threskiornithidae. C'est l'unique genre de la sous-famille des Plataleinae. Cet oiseau a un long bec en forme de spatule d'où son nom. La Spatule mesure 88 cm de longueur, pour une envergure de 130 m. A la différence des hérons et aigrettes, la Spatule blanche vole le cou tendu. Depuis 2008, elle se reproduit aussi en Camargue. Cette espèce fréquente les milieux aquatiques ouverts de faible profondeur comme les lagunes ou les roselières. La Spatule Blanche niche en colonies dans les roseaux, dans les pins noirs et les saules, ou à même le sol. Cette espèce est classée comme vulnérable sur la Liste Rouge des espèces menacées en France. Le bec allongé de la Spatule Blanche lui permet de remuer la vase et d'avaler du plancton. La femelle pond 3 à oeufs par an, du mois d'Avril à Juillet. Son nid est composé d'une plate-forme à base de branches et de roseaux, dans les roseaux ou les arbres. Vivant en colonies, la Spatule Blanche se mêle rarement aux autres espèces.



- LE DESMAN DES PYRENEES :


Le Desman fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Il est appelé aussi le Rat à trompette à cause de son museau allongé. C'est une des 79 espèces animales répertoriées comme vulnérables en France par le Centre de surveillance de la conservation de la nature. Le Desman des Pyrénées ou Rat-trompette ou Galemys pyrenaicus est un mammifère de la famille des Talpidés qui ne vit que dans les Pyrénées et au Nord de l'Espagne et du Portugal. C'est un insectivore semi-aquatique, qui vit près des torrents. C'est un animal nocturne. Le Desman des Pyrénées vit dans les torrents et lacs des Pyrénées franco-espagnoles et du nord de la péninsule Ibérique. C’est un animal discret, difficile à observer et qui craint peu l’homme. Il se nourrit exclusivement de larves aquatiques sensibles, à la pollution, comme les larves de plécoptères, de trichoptères et d'éphéméroptères.


== LA CORNICHE BASQUE ==:

La corniche basque d'Abbadia est un espace "naturel" du littoral. Elle offre aux oiseaux épuisés, une halte migratoire appréciable, avant d'avoir à fanchir les Pyrénées. On y voit en particulier :



- LE COURLIS :

CC BY-SA 3.0

Le Courlis est un oiseau qui fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Le Courlis cendré (Numenius arquata) est un oiseau limicole, de la famille des scolopacidés. C'est celui des courlis qui habite l'espace le plus étendu, puisqu'il se reproduit dans toute l'Europe tempérée et l'Asie jusqu'en Asie du Sud-Est. Certains ont été aperçus en Nouvelle-Écosse. En Europe, on le nomme simplement Courlis. C'est le plus grand limicole de son genre, une longueur de 49-57 centimètres et une envergure de 1 m. Son plumage est d'un marron grisâtre, avec un arrière-train blanc et un bec très long et courbé (plus long chez la femelle adulte). Le cri familier dont cet oiseau tire son nom est un "courli-i" retentissant. Le Courlis Corlieu lui ressemble, mais en plus petit, avec un bec plus court, présentant une sorte de pliure, plutôt qu'une courbe régulière. Le Courlis possède un bec long, fin et recourbé vers le bas. Son plumage est surtout marron avec peu de changements suivant la saison. Ils représentent une des lignées les plus anciennes de limicoles scolopacidés, avec les barges qui leur ressemblent mais possèdent des becs droits ou légèrement retroussés. En Europe, on désigne généralement par « courlis » une seule espèce, le Courlis cendré (Numenius arquata). Les Courlis trouvent leur nourriture dans la vase ou la terre, très molle, où ils plongent leur long bec effilé pour y chercher des vers et autres invertébrés. Ils prennent aussi des crabes et de petits animaux du même genre. En saison de reproduction le couple (cet oiseau est sexuellement mature à 2 ans) quitte le milieu marin pour trouver des sites de reproduction. C'est le mâle seul qui construit le nid, dans une dépression à même le sol, dans l'herbe. La femelle y pond 4 œufs bruns-verdâtre qu'elle couve durant 27 à 29 jours. Seuls 46 % des œufs éclosent et parmi eux 28 % donneront un jeune viable. C'est une espèce migratrice dans la plus grande partie hiverne en Afrique, en Europe du Sud et en Asie du sud. Il est présent toute l'année, dans le climat plus doux de l'Irlande, de la Grande-Bretagne et des côtes européennes voisines. Il est extrêmement grégaire en dehors de la période de reproduction. C'est une espèce en déclin depuis plusieurs décennies. La pollution des vasières et les marées noires affectent sa population. Il se reproduit de mars à mai, dans des prairies à végétation assez basse, tourbières. La femelle pond dans un nid rudimentaire à même le sol, 3 à 5 œufs de couleur brun olive tachetés. L’incubation dure environ 28 jours. Les jeunes sont nidifuges et très souvent élevés par le mâle. Ils volent et sont indépendants au bout de 32 à 38 jours. Il niche en faibles effectifs en France, dans l’Ouest, le Centre Ouest, du Rhône à l’Alsace, en passant par la Champagne. Il est très craintif. Son régime alimentaire est composé d'annélides, d'insectes, de crustacés, de mollusques, de baies et de graines, et plus rarement, de vertébrés, de petits poissons, d'amphibiens, de lézards, d'oeufs, de jeunes oiseaux et de petits rongeurs. Des études ont dévoilé qu'il était ausi victime de saturnisme aviaire suite à l'ingestion de grenaille de plomb (grenaille qui contient de l'arsenic). En Irlande, la population de Courlis cendré a chuté de 96 % en 30 ans : Les couples d'oiseaux sont passés de 12 000 en 1980, à 138 en 2017 ! La population des Courlis Cendré a aussi décliné fortement en France et au Royaume-Uni. Sa durée de vie est exceptionnelle pouvant ateindre 32ans !


- LE MILAN ROYAL :

CC BY 2.0

Le Milan Royal appelé aussi Milvus milvus) est un rapace peuplant le Paléarctique occidental. Au XVI siècle, il était appelé Escoufle. Le Milan royal est un peu plus grand que le Milan noir, son proche parent, qui est moins gracieux en vol. Le Milan Royal possède une longue queue rousse, bien échancrée. La tête du Milan Royal est blanchâtre rayée de sombre. Ses longues ailes sont coudées, inclinées vers le bas en vol plané. la couleur du dos est la même que celle du ventre. Si l'oiseau crie, vous n'aurez aucune difficulté à le reconnaître. La base du bec et le tour des yeux sont jaunes, ainsi que ses pattes. Ses yeux sont ambrés. Le Milan Royal émet en vol un appel typique aigu, comme des miaulements « piii-ooo » répétés rapidement 2 voire 3 fois, prolongés par un montant et descendant « piii-ooo-iii-ooo-iii-ooo ». Le Milan Royal ne se reproduit qu’en Europe. Il lui arrive de dévorer ses proies en vol. Il a été observé tenant une souris avec les serres, et la déchiquetant à coups de bec répétés en plein vol. Le dessous de ses ailes est marqué de blanc. Quant la saison des amours arrive, les deux partenaires paradent, au-dessus du nid, en tournoyant très haut, dans le ciel, en se poursuivant, puis en s’agrippant par les serres, en plein vol. L'envergure de ses ailes est de 1,75m à 1,95m. Le poids du mâle est de 750gr à 1,050 kg et de 950gr à 1,300kg pour la femelle. Sa taille est de 60cm à 66 cm. Les jeunes sont plus pâles ; le dessous du portrail est jaunâtre, taché de roux et de noir. Le Milan Royal se nourrit de cadavres de petits animaux, de poissons malades ou morts, de charognes, de rongeurs, de reptiles, de batraciens, de mollusques et d'insectes. Il lui arrive de dérober des proies à d'autres rapaces : autours, faucons, balbuzards ou hérons ; à l'occasion quelques oiseaux de taille moyenne sont capturés par surprise (pigeons, poussins de volailles. Le Milan Royal est très attaché à son site de vie et ancien nid, installé le plus souvent sur un arbre élevé près d'une lisière ou à l'intérieur d'une forêt claire ou d'un bois isolé dans la plaine. L'aire, plus importante, est construite par les deux oiseaux, avec les mêmes matériaux que chez le Milan Noir. La ponte a lieu d'avril ou mai et se compose de 3 œufs en moyenne, blanchâtres plus ou moins balafrés et tachés de roux, couvés 4 semaines à peu près par la femelle seule. Les jeunes Milans royaux prennent leur envol agés de 50-55 jours. Il vit près des bois entrecoupés de pâturages, des cultures et des zones humides. La maturité sexuelle est acquise à 2-3 ans. Il peut vivre jusqu'à 26 ans. Sa maturité sexuelle est acquise à l'age de 2-3 ans. Il peut vivre jusqu'à 26 ans. Le Milan Royal est inscrit dans la liste rouge de l'UICN sous la catégorie NT (Espèce quasi-menacée) depuis 2005. Il ne restait en 2011 que 3 000 couples de Milans Royaux en France.



- LE PLUVIER ARGENTE ( Quasi-Menacée):

CC BY-SA 3.0

Le Pluvier Argenté fait partie de la Faune qui vit dans le département des Pyrénées Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitiane, en France. Le Pluvier argenté appelé aussi le Pluvialis Squatarola est un oiseau de la Famille des Charadriidés et de l'ordre des Charadriiformes. Le Pluvier argenté fréquente les vasières cotières et les marais. En migration, il fréquente aussi les champs labourés, les bassins de décantations et argilières. Le Pluvier argenté est long sur pattes. Le Pluvier Argenté possède un bec asez court et épais par rapport à d'autres limicoles. En été, son plumage est contrasté : noir devant, dessus de la tête blanche et dos aux motifs argentés. Son plumage hivernal est plus uniforme et grisâtre. Hiver comme été, le Pluvier argenté a les aisselles noires, ce qui le différencie du Pluvier doré, une espèce proche. Le Pluvier Argenté fréquente les vasières cotières et les marais. En migration, il fréquente aussi les champs labourés, les bassins de décantations et argilières. Cet oiseau consomme essentiellement des invertébrés benthiques.



- L'OEDICNEME CRIARD :

CC BY 2.0

L'Œdicnème criard appelé aussi Burhinus oedicnemus ou Odicnème Eurasien, fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. C'est un oiseau appartenant à la Famille des Burhinidae (œdicnèmes). Cet oiseau limicole est également appelé « Courlis de terre » car son cri ressemble à celui des Courlis. Il est semi-nocturne. Il est très difficile de le repérer de jour. L'Œdicnème criard est très bruyant l'été, surtout de nuit. Il fait entendre de longs sifflements. Bien qu'il soit classé comme limicole, il a une préférence pour les habitats secs, caillouteux, ensoleillés et ouverts comportant un peu de terre nue. L'Odicnème Criard se rencontre partout en Europe, en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Ouest. Il migre pour l'été dans les régions européennes et asiatiques plus tempérées de son habitat et hiverne en Afrique. Il est surtout nocturne, particulièrement quand il chante ses airs plaintifs et profonds, très caractéristiques. En Égypte, la nuit, on entend souvent la mélodie de son cri, bien que l'on ne le voie presque jamais. Son chant est évoqué dans la poésie, les chansons et les films. Il reste figé de longs moments, debout ou tapi, avant de progresser en trottinant. Sa longueur fait 40cm ou 45 cm, l'envergure de ses ailes varie de 77 cm à 85 cm, son poids atteint environ 370 gr à 450 grammes. L'Œdicnème Criard peut vivre durant 16 ans.



Certaines espèces hivernent ou nichent sur le site comme :


- LA CORONELLE LISSE GRISE :

CC BY-SA 3.0

La Coronelle Lisse fait partie de la Faune qui vit dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Son nom scientifique est Coronella austriaca. C'est un reptile peu connu et signalé. La Coronelle lisse, est un serpent de la famille des Colubridae qui se rencontre, de l'Europe à l'Asie Mineure. C'est une petite couleuvre grise à brune ou roussâtre qui mesure de 50 et 70 cm. Plutôt calme et craintive, elle cherchera à mordre si on la prend en main. La Coronelle Lisse n'est pas venimeuse. Contrairement aux vipères qui sont dangereuses, la Coronelle lLisse a les pupilles rondes, comme toutes les couleuvres. Ce serpent est diurne et actif du printemps à l'automne et vit principalement dans les landes et les lisières de bois. Il n'est pas venimeux et se nourrit surtout de lézards, qu'il tue par constriction. La Coronelle Lisse est ovovivipare. Elle donne naissance à 3 à 9 petits, à des fréquences variables suivant les régions. Ce n'est pas une espèce menacée. On la trouve un peu partout en France. Elle est parfois confondue avec la vipère, à cause de son museau assez pointu. Elle n'a toutefois ni les pupilles fendues, ni les écailles carénées des Viperinae d'Europe.



- LE GRAND CORBEAU :

CC BY 2.0

Le Grand Corbeau fait partie de la Faune qui vit qui vit dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Il est aussi appelé Corvus corax. Les corvidés (Corvidae) constituent une famille de passereaux comprenant 25 genres et 130 espèces de corbeaux. Actuellement, les Corvidae sont placés dans l'ordre des Passeriformes, entre les Familles des Oriolidae et des Regulidae. Les corvidés comptent (avec les perroquets) parmi les oiseaux qui ont produit les meilleurs résultats en termes d'intelligence, certains étant capables d'utiliser des outils, et d'en fabriquer. Ces oiseaux ont des comportements sociaux développés et ont une hiérarchie au sein du groupe. Nombre d'entre eux jouent un rôle important dans les écosystèmes en tant que charognards. ce sont des espèces territoriales, ils protègent leur territoire tout au long de l’année ou alors seulement pendant la saison de reproduction. Les couples formés sont durables dans le temps, voir à vie chez certaines espèces. Les nids sont construits par les couples, ils sont assez grands, généralement dans les arbres ou sur les rebords de bâtiments. Le mâle nourrira la femelle durant l’incubation des œufs. Ceux-ci sont généralement pondus au nombre de 4 à 7 et sont de couleur verdâtre avec des tâches brunes. Les corvidés procurent des soins parentaux aux juvéniles. Ils pratiquent la reproduction coopérative, c’est-à-dire que les parents sont aidés avec leur progéniture. Il s’agit généralement d’individus parents comme les jeunes des années précédentes, mais aussi, par des adultes non apparentés. Ils peuvent manger des ravageurs agricoles, certains vers, sauterelles et prédatent d'autres oiseaux.



- LE FAUCON PELERIN :

CC BY-SA 3.0

Le Faucon Pèlerin appelé aussi le Falco Peregrinus est un rapace robuste, de taille moyenne, réputée pour être l’oiseau le plus rapide du monde en piqué. Ses proies sont presque exclusivement des oiseaux, mais certains individus s'attaquer à de petits animaux terrestres. Le Faucon Pélerin ne construit pas de nid, et niche essentiellement sur des falaises, plus rarement sur des arbres, des structures ou des bâtiments élevés. Ses populations ont très fortement diminué après la Seconde Guerre mondiale, du fait de la pollution au DDT. Depuis sa protection, en 1970, sa population est à nouvau en augmentation. Il a souvent été apprivoisé dans le cadre de la Fauconnerie, tout en ayant été à tort, comme nuisible à l'état sauvage. Le Faucon Pèlerin est un animal plutôt silencieux. Son cri le plus fréquent est un « ka yak, ka yak » assez perçant et sec. En cas d'alerte, le cri est un rapide « kek-kek-kek » qui peut aller en s'amplifiant si un intrus continue de s'approcher. Il existe aussi un cri plus traînant au moment des parades d'accouplement. On dit que le faucon huit ou qu'il réclame. Les yeux des Faucons pèlerins ont deux fovéas, pour les vues normale et lointaine. La vue utilise la moitié du volume du cerveau et peut percevoir en même temps 3 zones, une frontale en relief et 2 latérales lointaines, capables de détecter un pigeon en vol à plus de 6 kms. Certains Faucons Pélerins captifs ont vécu jusqu'à 25 ans mais sa durée de vie dans la nature est beaucoup plus courte, de l'ordre de 13 ans en moyenne. Le taux de survie du Faucon Pélerin adulte est estimé à 70 %.



- LE FAUCON CRECERELLE :

CC BY-SA 3.0

Le Faucon-Crécerelle fait partie de la Faune qui vit dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en France. Le faucon crécerelle est aussi appelé Falco Tinnunculus. C'est un petit oiseau de proie agile, de la Famille des falconidés. C'est l'un des rapaces les plus communs de France avec la Buse variable et le Milan noir. Son petit est appelé le fauconneau. C'est un oiseau diurne. Sa taille est de 31 cm à 38 cm de long pour une envergure de 69 à 82 cm et une masse de 136gr à 300gr pour le mâle et de 170 à 320 gr pour la femelle, qui est plus grande que le mâle. Ses yeux sont noirs. La femelle a la tête et le corps moucheté et une queue rousse avec des raies noires. Le Faucon Crécerelle mâle a la tête et la queue gris ardoise, avec un trait de moustache noire, sous les yeux. Chez les 2 sexes, le bout de la queue est noire. Pour attraper ses proies, le Faucon Crécerelle a 2 méthodes : Il arrive en vol sur un lieu choisi et après une brève montée en altitude, pratique un vol stationnaire dit « Saint-Esprit » face au vent en battant des ailes, à grande vitesse et, en baissant la tête pour observer le sol pendant quelques secondes, puis repart vers un autre lieu, pour renouveler son vol stationnaire. Il peut effectuer ce manège plus de 2 heures. Il peut rester perché, à l'affût sur un arbre, en haut d'un poteau électrique ou sur un poteau de clôture, au bord d'une route. Sa proie repérée, il interrompt son vol stationnaire et fond sur elle, en piqué, dans un vol silencieux, pour l'attraper, par surprise, dans ses serres. Les parades nuptiales ont lieu dès la fin de février jusqu'au mois de mars. Au cours de la parade nuptiale, les Faucons Crécerelles s'adonnent à des poursuites aériennes qui peuvent être très bruyantes. Le mâle courtise sa femelle en lui apportant une proie. La femelle pond annuellement 3 à 6 œufs. Ceux-ci sont de couleur blanche à crème, marquée de rouge brique. La nidification a lieu d'avril à août. La durée de l'incubation est de 27 à 29 jours. Les jeunes séjournent de 27 à 32 jours au nid. Puis après leur premier envol, les parents assureront leur apprentissage pendant encore environ 28 semaines. Seule la femelle couve régulièrement. Le mâle ravitaille la femelle. La durée de vie d'un Faucon Crécerelle en bonne santé est de 16 ans.



* L'ECUREUIL :


- L'ECUREUIL ROUX :


L'Ecureuil Roux fait partie de la Faune qui vit dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvele-Aquitaine, en France. Ce sont de petits animaux très craintifs et qui se sauvent, sous vos yeux, à une vitesse stupéfiante. Vous voici prévenus si vous voulez les photographier, mieux vaut vous armer de patience !




* LA BELETTE :



* LA GENETTE :




* LE LAPIN DE GARENNE :


Le lapin de Garenne fait partie de la Faune qui vit dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Il est présent en Europe, au Nord de l’Afrique et a été introduit en Australie, en 1850 et aujourd’hui, où il s'est fortement multiplié. Le Lapin de Garenne creuse son terrier sur un talus, à l’abri de l’humidité. Son ouverture mesure entre 15 et 40 cm. Son terrier est souvent relié à d'autres terriers et le réseau de galeries qui se forme s’appelle une garenne, d’où le nom donné à ce petit mamifère « Lapin de garenne ». Le lapin a su s'adapter au mond moderne. Il est courant d'observer les garennes courant dans les parcs botaniques des viles. Les lapins se reproduisent 4 à 8 fois chaque année. Les lapines font des portées allant de 3 à 6 lapereaux après une période de gestation de 30 jours. A leur naissance les petits lapins sont nus, aveugles, sourds et incapables de se déplacer. La femelle aménage un nid à l’intérieur du terrier composé d’herbes et de poils. Le taux de survie chaque année est en moyenne de 50 % pour les adultes et seulement de 20 % pour les lapereaux. Il possède 28 dents dont 16 sur la mâchoire supérieure et 12 sur la mâchoire inférieure. Ses dents poussent continuellement et le lapin doit ronger pour les user. Sa fourrure varie du gris au brun, très douce. C’est un mammifère de taille moyenne de 30 à 50 cm de longueur, pesant 1 et 2,5 kg. Sa nourriture se compose d'herbes, d’écorces, de racines, de bourgeons, de ronces, de fleurs, de bulbes, de céréales, de carottes, de salades et aussi de ses excréments.



- LE RENARD :


Le Renard fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. On le trouve installé un peu partout en France.



- LE PLATHELMONTHE TERRESTRE (Nuisible)


Un vers géant, d'origine du Sud de l'Asie, vient d'être découvert en mai 2020, au pays basque dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. C'est un prédateur redoutable qui menace la biodiversité en France. Il a été découvert en Mai 2020. La forme de sa tête en forme d'ancre est caractéristique. N'hésitez pas à l'écraser du pied ! C'est un nuisible !



Amis Internautes : Si vous connaissez d'autres animaux, qui vivent dans les Pyrénées-Atlantiques, n'hésitez pas à m'écrire pour me le signaler. Mon e-mail (Contact) est en bas, de la page principale du site. Merci d'avance.


Mis à jour le 19/02/2021


Marie51



Retour



www.mes-ballades.com12/07/2007-26/11/2021 - Tous Droits Réservés