DECOUVERTE DE LA FAUNE
DANS LES PYRENEES-ATLANTIQUES
(64)

par "Marie51"




La Faune que l'on rencontre dans le département des Pyrénées-Atlantiques est importante et variée, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Vous serez étonnés et ravis de découvrir ces animaux dont certains sont peu farouches, en vous promenant. Voici une liste de cette Faune (Mammifères, Oiseaux, Insectes, Poissons), que vous croiserezau cours de vos balades ou durant vos vacances dans ce beau département :

- L'OURS DES PYRENEES-ATLANTIQUES :


L'ours est un animal totem qui fait partie de la Faune dans les Pyrénées-Atlantiques. Il ne fait pas l'unanimité parmi la population bien qu'il a été réintroduit, dans les Pyrénées-Altantiques, ayant disparu à force d'ête chassé. Toutefois, il reste un animal redoutable s'il se sent en danger, qui ne cherche qu'à protéger ses petits. Gourmand,il n'hésite pas à mettre un coup de pattes dans une ruche pour voler leur miel aux abeilles affolées. Son epaisse fourrure le protège des piqures. Un conseil : Observez le...de loin. Les griffes de ses pattes sont des armes redoutables qui peuvent tuer !


- LE BOUQUETIN :


Vivant en groupes, on rencontre le bouquetin dans les éboulis et les prairies, entre 2000 et 3500 m d’altitude où il se nourrit de graminées, de bourgeons, de lichens. Il descend le soir, brouter les alpages. A l’aube, il remonte vers les cimes et passe sa journée à ruminer et à dormir. En hiver, il se rend sur les pentes où le vent balaie la neige. Bien que sa silhouette soit plus trapue et que son poids représente le double de celui d’un chamois, le Bouquetin est un excellent grimpeur et sauteur, très habile, grâce à ses larges sabots « antidérapants » qui lui facilite la prise sur les rochers. Les bouquetins mâles possèdent d’immenses cornes qui repoussent, chaque année, pour atteindre 1 mètre maximum. On connait l’âge d’un mâle en comptant le nombre de bosses sur ses cornes.


- Les MARMOTTES ou CHIENS DE PRAIRIE :


La Marmotte appelé aussi Chien de Prairie fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Atlantiques. Elle a été réintroduite en France en 1950. On peut la voir encore sur la Crête sommitale de la Tusse de Montargué, à 2860 m ! Debout, certaine sd'entre elles scrutent l'horizon, émettant un long sifflement en cas de danger, pour avertir la colonie. Elle adore se cacher dans les rochers. Ses prédateurs naturels sont l'aigle et le renard.


- LE POTTOK CHEVAL DES PYRENEES:


Le Pottok est un cheval 100% sauvage qui fait partie de la Faune, dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Ces chevaux vivent librement dans les Pyrénées. Il s'agit d'une équidé à mi-chemin entre le cheval et le poney. Son origine est très ancienne (probablement du Paléolithique). Il présente des ressemblances morphologique avec les chevaux des peintures rupestres de la même région. Utilisé pendant des siècles par les habitants du Pays basque pour divers travaux d'agriculture, il fut également mis au travail dans les mines. S taille varie d'1,32 m maximum pour les poneys de montagne à 1,47 m maximum pour les poneys de prairie. Son poids est de moins de 400 kg. Sa robe est noire ou alezane pour les pottoks de montagne et souvent pie pour les poneys de prairie. Il est utilisé principalement pour les randonnées, le Bât, et les techniques de Randonnée Équestre de Compétition. Pottok signifie « petit cheval » en basque, et se prononce "pottiok". Les pottok seraient issus des petits chevaux qui peuplaient le Sud-Ouest de l'Europe, il y a environ un million d'années. Une étude génétique démontre le regroupement de 3 races espagnoles d'origine celtiques, provenant de l'Atlantique : le Jaca Navarra, le Poney galicien et le Pottok. Chassés, les ancêtres du Pottok trouvèrent refuge dans les massifs rocheux des Pyrénées et survécurent au climat perturbé des dernières glaciations du quaternaire. Les peintures rupestres des grottes d'Isturitz et d'Oxocelhaya représentent des chevaux très similaires au pottok basque actuel et attestent de sa présence ancienne. On distingue 2 types de pottok suivant les conditions du milieu. Le pottok de montagne vit librement dans les massifs montagneux au sein d’un troupeau. Le Pottok de prairie est un poney élevé hors berceau et destiné aux activités sportives et de loisirs. Adulte, la taille d'un poney pottok de montagne se limite à 1,32 m alors que celle d'un poney pottok élevé en prairie peut aller jusqu'à 1,47 m. Son poids excède rarement les 350 kg. Le Pottok aussi est doté d'une grande rusticité et d'une gande endurance. Il est classé, parmi les 23 plus belles races chevalines du monde, d'après la revue Cheval pratique. Le pottok est est un cheval docile mais énergique, vif mais généreux. Il est résistant et rustique, et s'adapte parfaitement à n'importe quel environnement.


- LES MOUTONS :


Plusieurs races de moutons font partie de la Faune, dans les Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Il existe deux races de moutons : La Castillonaise qui est une race allaitante et la Lourdaise réputée pour sa viande. Au milieu du 20ème siècle, la race de Lourdes était considérée comme appartenant au groupe ovin des Pyrénées Occidentales avec les 3 autres races : Béarnaise, Basquaise et Auroise. Elle serait dérivée par infusion de sang Mérinos de la race Béarnaise dont elle aurait conservé le format, la conformation et le profil busqué. En 1975, à la création de l'UPRA, le cheptel de race pure était d'environ 3 500 femelles. Cet effectif a régressé compte tenu des difficultés économiques de l'élevage ovin en général et des problèmes spécifiques de débouchés liés à la mauvaise conformation des animaux. Il ne reste aujourd'hui qu'un effectif de l'ordre de 830 brebis dans 23 élevages. L'espèce est aujourd'hui menacée de disparition. La Baregeoise : C'est une race à viande. La race Barègeoise appartient à l'ensemble des races pyrénéennes allaitantes à laine frisée dont certains rameaux ont été infusés par du sang Mérinos. Elle s'est différenciée de la race lourdaise du fait de l'isolement de la Vallée de Barèges qui a abouti à l'identification de ce type génétique particulier. Le livre généalogique a été créé en 1975. Elle permet cependant une bonne protection en plein air à l'estive. C'est une race de haute montagne, maternelle, marcheuse et résistante. Elle a une bonne aptitude au dessaisonnement. C'est une race ovine de taille moyenne : 70 cm pour 50kg à 60 kg pour la Brebis et 80 cm pour 75kg à 90 kg pour le Bélier. La tête est blanche satinée, le chanfrein légèrement busqué, et les oreilles moyennes. Elle porte des cornes en spirales étirées dans les deux sexes. Sa laine est blanche et fine mais assez peu fournie.


- LE VAUTOUR-NUBIEN :


Le Vautour Nubien appelé aussi le Vautour Oricou ou Vautour de Nubie, fait partie de la Faune qui vit dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. C'est une espèce de vautours de l'Ancien Monde, de la famille des Accipitridés. Le Vautour oricou est la seule espèce du genre Torgos. D'une taille impressionnante, le Vautour Oricou (Torgos tracheliotus) est le plus imposant de tous les vautours. Très agressif, les autres vautours lui cèdent souvent la place sur un cadavre. De violents combats éclatent parfois autour d'une charogne, même si le Vautour Oricou n'est pas un grand mangeur de viande. Il consomme surtout la peau des animaux morts, et se contente des restes laissés par les autres rapaces. Le Mâle comme la femelle sont d'aspect identique. Le vautour Nubien ou Vautour Oricou possède un plumage brun, plus clair, en dessous. Sa tête et son cou sont dénudés et sa face est gris clair. De la chair rose apparaît au niveau du cou. Son bec est gris, plus sombre à son extrémité. Ses pattes sont grises. Son bec est impressionnant. Le Vautour Oricou est exceptionnel dans le vaste monde des vautours. Sa puissance est telle qu'elle lui permet de tuer des proies vivantes. Il ne se nourrit pas que de cadavres. Il se nourrit de petits ongulés, mais aussi de jeunes oiseaux, d'oeufs de tortue, de grosses araignées, et de termites. Bien que ses ailes atteingent une envergure de 3 mètres, le vautour Oricou aime s'adonner à la chasse au lièvre, secondé par des corbeaux à queue courte. Si le lièvre lui échappe, résigné, celui-ci va se mettre en quête d'une charogne. La femelle ne pond qu'un seul oeuf qu'elle couvera durant 2 mois, puis les parents soignent et nourrissent ensemble leur petit. Le petit vautour prendra son envol entre 125 à 135 jours. Partout ailleurs, au Sud du Sahara, le vautour oricou se maintient bien dans les régions où l’utilisation des produits chimiques reste faible. On le retrouve aussi dans les chaines montagneuses jusqu'à 4500 mètres.
C'est un oiseau sauvage peu sociable.


- LE VAUTOUR-PERCNOPTERE :



- LE VAUTOUR-FAUVE :




- LE COLVERT :



- LA POULE D'EAU OU GALLINULE :



- LE MILAN NOIR :


- LA SALAMANDRE :



- LE LEZARD :



- LA VACHE :



- LE RENARD :




- LE GYPAETE BARBU :



- La MESANGE :



- LE PAPILLON :



- LE CASTOR :



- L'AIGLE PYGARGUE A TETE BLANCHE :



- La SPATULE :


- LE DESMAN DES PYRENEES appelé aussi le Rat à Trompette :



La corniche basque, d'Abbadia est un espace "naturel" du littoral. Il offre aux oiseaux une halte migratoire avant le franchissement des Pyrénées :

* le courlis,
* le milan royal,
* le pluvier argenté,
* l'œdicnème criard.

Certaines espèces y hivernent ou nichent sur le site comme :

* le grand corbeau,
* le faucon pèlerin
* le faucon crécerelle.

* La coronelle grise, un reptile rarement signalé dans la région, y est présent.

* le lapin de garenne,
* l'écureuil,
* la belette,
* la genette
* le renard.


Amis Internautes : Si vous connaissez d'autres animaux, qui vivent dans les Pyrénées-Atlantiques, n'hésitez pas à m'écrire pour me le signaler. Mon e-mail (Contact) est en page principale du site. Merci d'avance.

Mis à jour le 10/08/2018

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-12/07/2018 - Tous Droits Réservés