DECOUVERTE DE LA FAUNE
DANS LES PYRENEES-ORIENTALES
(66)

par "Marie51"



Aujourd'hui, Marie51 va vous faire découvrir la faune qui vit dans les Pyrénées-Orientales, en France, avec quelques amis, qui connaissent bien la région. La faune des Pyrénées-Orientales est en effet assez diverse et plutôt facile à photographier, comme vous allez le découvrir sur ces photos, comme ces premiers animaux :

- LE BOUQUETIN :


Le Bouquetin fait partie de la Faune des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France. Pour résister à l'hiver, les bouquetins possèdent un pelage hivernal, constitué de 4 couches de graisse, qui forment une enveloppe isolante. Son poil peut atteindre 10 cm d'épaisseur. La couleur sombre de son manteau permet aux bouquetins de se réchauffer rapidement au soleil. Des réserves de graisse situées autour de son cou, du dos et du ventre permettent aux Bouquetins de surmonter les froids les plus rigoureux. Du mois de Novembre à Janvier, les mâles rejoignent les chevrées pour la période du rut. Les jeunes sont écartés de la chevrée durant les combats entre les mâles. Les combats sont parfois violents mais rarement dangereux. Tête contre tête, les mâles s'affrontent en se mettant d'importants coups de cornes. Le gagnant aura le privilège de s’accoupler avec les femelles. Durant la parade amoureuse, leurs poils se hérissent sur le dos, la lèvre supérieure se relève, les mâles s’adressent de cette façon aux femelles, pour les inciter à l'accouplement. Chez le mâle, les glandes du Prépuce et subcaudales secrètent une substance jaunâtre, à l'odeur de bouc, font office de message odorant pour attirer le femelles.


- LE CHEVREUIL :


Parmi les nombreux mammifères qui font partie de la Faune et vivent dans le département des Pyrénées-orientales, se trouve le Chevreuil, en région Occitanie, en France.


- LE CERF ELAPHE :


Saviez-vous qu'il existe 37 000 cerfs en France ? Les trois quarts vivent en Champagne, en Alsace et en Lorraine. Il faut savoir que 15 000 petits faons naissent chaque année. Si la chasse était supprimée, le chiffre de ces animaux doublerait tous les 2 voire 3 ans. Chaque année, les chasseurs tuent, en moyenne, entre 10 000 et 11 000 cerfs pour éviter leur surpopulation.


- LA BICHE ET SON FAON :


La Biche est la femelle du Cerf. Elle fait partie de la faune qui vit dans les Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France.


- LE SANGLIER :


Il vous faudra beaucoup de patience pour arriver à photographier un sanglier. Ceux-ci sont des animaux qui bougent sans arrêt sauf à l'heure de la sieste, quand le soleil se fait trop chaud. Le soleil atteignant son point culminant, le sanglier préfère s'offrir un bain de boue, ignorant totalement notre présence, préférant se rafraichir !


- LE DESMAN DES PYRENEES :


Parmi la Faune qui vit dans les Pyrénées-orientales, on peut admirer exceptionnellement le mystérieux Desman des Pyrénées, en région Occitanie, en France. C'est un animal d'aspect peu gracieux mais pas dangereux, plutot surprenant, qui apprécie beaucoup l'humidité.


- LA MARMOTTE :


Il faut savoir que la marmotte est un animal a été introduit dans les Pyrénées-Orientales. Les marmottes sont facilement photographiées au printemps et en été mais elles préfèrent hiverner en hiver. C'est aussi la Mascotte, devenu l'animal emblématique de cette belle région. Le Parc National des Pyrénées-Orientales a été créé, pour protéger sa Flore et sa Faune, comme l'Ours qui a été réintroduit et qui était en voie de disparition.


- L'OURS BRUN:


L'Ours Brun fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées Orientales, en région Ocitanie, en France. Si l'Ours brun a un air pataud, il possède pourtant des griffes redoutables. Cet animal est à observer de loin. Il ne faut jamais s'approcher d'une ourse, accompagnée de ses petits.


- L'ISARD DES PYRENEES :

CC BY-SA 3.0

L'Isard des Pyrénées, cet animal gracieux, qui ressemble au chamois, est visible toute l'année. Il fait partie lui aussi de la Faune des Pyrénées-Orientales.
Mais l'hiver, il est beaucoup plus facile à observer, grace à la neige, où son pelage ressort et permet de le photographier. L'Isard ou izard est une espèce de la sous-famille des caprins, fréquente dans le massif des Pyrénées, la cordillère Cantabrique et les Apennins. Son nom vient d'un mot pyrénéen izardo. Plus petit et plus agile que son cousin des Alpes, l'Isard est un funambule. Devenu dulte, l'Isard des Pyrénées mesure de de 70 à 75 cm de hauteur au garrot et 100 à 110 cm de longueur. Son poids varie de 25 kg à 40 kg. Cet animal a été très chassé jusque dans les années 1960 et a failli disparaître, mais il a pu être sauvé grâce à la création du parc national des Pyrénées2. L'isard est aujourd'hui un animal commun des Pyrénées ; il est même abondant dans les zones protégées. L'un des régulateurs les plus importants de la population d'isards, en dehors de l'Homme qui le chasse en limite des parcs, est le froid hivernal. Le petit cabri naît à la fin du printemps, en Juin. Il est la proie préférée de l'aigle royal. Agé d'un ans, il sera appelé l'Eterlé ou l'Eterlou.L’isard mâle se distingue par un cou large et une ganache courte et par des cornes plus espacées et plus recourbées que celles de la femelle, avec un angle de courbure inférieur à 45° dans 90 % des cas. On différencie le mâle et la femelle par leur comportement. Le mâle est un solitaire, isolé, alors que la femelle vit de préférence en groupe. De taille plus massif, le cou plus large et les cornes plus courbes, le mâle se distingue des femelles. Le male possède un cou large, une ganache courte et des cornes plus espacées et plus recourbées que celles de la femelle, avec un angle de courbure inférieur à 45° dans 90 % des cas. La hauteur au garrot de l'Isard est de 70 cm, sa longueur est d'1 mètre. La femelle plus légère pèse 22 et 30 kg. L'espérance de vie de l'Isard est de 22 ans. Son pelage d'été est plus roux et son pelage d'hiver, plus clair, agrémenté d'un petit collier de poils noirs au niveau du cou. La hauteur au garrot de l'isard est de 70 cm et sa longueur est d'un mètre.


- LES LOUPS :


Il me reste aussi à vous dévoiler le Loup, qui a été réintroduit en France, depuis quelques années et a trouvé refuge dans les Pyrénées-orientales, en région Occitanies. Saviez-vous qu'un loup peut parcourir 200 kms par jour !? Cet animal sauvage chasse toujours en meute mais ne s'attaque pas à l'Homme. Sa présence provoque quelques remous d'inquiétude, parmi les habitants et, de crainte, chez les bergers, pour leurs moutons, seuls, dans les montagnes.


- LES CHIROPTERES (Chauves-Souris):


Saviez-vous qu'il existe 27 espèces de chauves-souris, parmi la Faune qui vit dans les Pyrénées Orientales, sur les 34 espèces existantes, en France. On l'apelle la Chauve-Souris. Depuis la première épidémie à virus Ebola, en République démocratique du Congo (RDC), en 1976, l’Afrique a connu 28 épisodes de la maladie », rappelle l’IRD. Très récemment, entre mai 2017 et juillet 2018, la RDC a même connu trois émergences. Afin de disposer de données confirmées en matière de transmission du virus, des chercheurs étudient le rôle de certaines espèces d’animaux sauvages soupçonnées d’en être le vecteur. Les chauves-souris en particulier sont suspectées depuis 2005, d’être des réservoirs potentiels du virus. Elles « hébergeraient le virus d'Ebola sans être malades, et pourraient le transmettre aux êtres humains ou à d’autres animaux », précisent les auteurs. Les primates, dont les grands singes, développent eux aussi la maladie et peuvent aussi la transmettre. Résultats : « 8 espèces de chauve-souris ont révélé la présence d’anticorps réactifs », indiquent les scientifiques. « Certaines, largement répandues sur le continent ont même montré des preuves de contacts avec deux espèces du virus Ebola, Zaïre et Soudan », précisent les chercheurs. Ces éléments confortent l’idée que le rôle des chauves-souris est bien celui de réservoir du virus. En revanche, ils n’ont trouvé aucun de signe de contact que chez un seul singe, de la famille des Cercopithèques ni aucun anticorps réactif chez les grands singes. Avec 31 espèces répertoriées en Occitanie, la région accueille des colonies de reproduction, des animaux en migration ou qui stationnent dans des gîtes de transit ou d'hiver. Vous avez trouvé une chauve souris blessée ou une famille de chauve souris installée, sous votre toit ?
Tel : Centre Chauves-Couris - 6, carrer de la Font 66360 Nyer 66 - Tel : 04 68 97 05 56


- LE BUTOR ETOILE :


Le butor étoilé, est un oiseau très menacé en Europe, dans l’Est particulièrement en France : en 20 ans, la population nicheuse a chuté de 35 à 45 % et était de 332 mâles chanteurs en 2008. Les principales menaces identifiées portent sur leur destruction ou la gestion inadaptée des zones humides et des roselièresmais aussi à cause de la dégradation de la qualité de l’eau. L’objectif du plan national des actions en faveur du butor étoilé -2008-2012- est de rendre possible le retour de 500 mâles chanteurs d’ici 2022. Son cri est assez effrayant. Bizarrement, il ressemble à celui d'un taureau en colère !


- LE GRAND TETRAS ou COQ DE BRUYERE :


Le Grand Tétras est présent dans les massifs des Vosges, du Jura, des Pyrénées et une population provenant de réintroduction subsiste dans les Cévennes. Depuis 30 ans, les effectifs du grand Tétras régressent, de façon continue, sur le territoire national. Son aire de répartition a fortement diminué surtout dans les Vosges et le Jura. L’espèce a même disparu dans les Alpes. Il ne reste plus que 4 500 individus sur le territoire français, dont 90% se retrouvent sur la chaîne pyrénéenne.


- LE FRELON BICOLORE :


Pour bien différencier le Frelon asiatique par rapport au Frelon européen, il faut les observer de jour, à la lumière. Leurs tailles et leurs couleurs sont très différentes.


- LE FRELON ASIATIQUE :


Le thorax du frelon asiatique est noir et velu. Son abdomen comporte un gros anneau orangé à son extrémité, vu du dessus. Le frelon asiatique est plus petit. Le bout de ses pattes est bicolore (noire près du thorax et jaune citron dans la moitié extrême du corps. Sa tête, plus petite, est de forme allongée, noire, avec une face orangée. Si vous vous approchez de leur nid, les frelons vous attaquent "en rafale", systématiquement et, s'acharneront sur vous si vous restez à proximité. Loin du nid, en pérode de butinage, ils ne se montrent pas agressifs et ont même tendance à vous fuir. Celui-ci ne vous attaquera pas le soir sur votre terrasse.


- LE VISON D'EUROPE :


Il y a une centaine d'année, le vison d'Europe était encore présent dans toute l'Europe et dans une quarantaine de départements en France. Recherché pour sa fourrure, par les femmes de la bourgeoisie, ce petit animal est en voie de disparition et fait partie des espèces protégées depuis 2007. Ce petit mustélidé apprécie les zones humides. Son domaine peut atteindre 2 km à 13 kms le long des cours d'eau. Le mâle pèse 800gr à 1kg; la femelle 400gr à 600gr. En 20ans, sa présence a régressé de + de 50% en france, en raison de la deforestation et des routes où il se fait écraser. On le distingue du vison d'Amérique grace à une tache blanche sur son museau qui s'étend jusqu'à sa lèvre supérieure. Sa tête est légèrement aplatie. Sa queue atteint le quart de la longueur de son corps. Son corps est allongé et cylindrique. Il peut vivre 8 à 10 ans. La femelle a 1 à 2 portées par an et met bas, 2 à 7 petits. Sa démarche rappelle celle du putois. Le Vison d'Europe peut se déplacer sur 10 kms par jour. Sa nourriture est composée de 4 types de proies : de grenouilles, de rats et campagnols, d'oiseaux et leurs oeufs et de petits poissons (cyclidés).


- LA LOUTRE D'EUROPE :


La Loutre ou Lutrinae, fait partie de la Faune qui vit dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France. C'est une sous-famille de mammifères carnivores de la famille des Mustelidés. Il existe plusieurs espèces de loutres, caractérisées par de courtes pattes, des doigts griffus et palmés aux pattes puissantes avant et arrière et une longue queue. La loutre est un animal souvent solitaire qui possède une fourrure avec des poils qui s'emboîtent les uns dans les autres. Les petits loutrons vivent auprès de leur mère jusqu'à l'âge de 6 mois. la loutre ne dispose pas d'une épaisse couche de graisse sous la peau. C'est son pelage, composé de poils courts et longs s'emboîtant qui l'isole du froid. Une étude thermographique a montré que lorsque sa température augmente de trop, la loutre européenne utilise plutôt ses pattes pour dissiper sa chaleur, alors que la loutre amazonienne géante utilise tout son corps et sa queue. La Loutre peut rester en apnée jusqu'à 8 mn sous l'eau. La loutre est un mammifère piscivore. Son régime alimentaire est constitué de 50 % à 90 % de poissons, des batraciens, de petits mammifères, de crustacés et même d’oiseaux. La Loutre pêche principalement en solitaire même si de temps à autre, elle chasse en bande. Les jeunes loutres avalent jusqu'à 700 grammes de nourriture par jour. Les adultes mangent jusqu'à 1 kg par jour. C'est un animal en très forte régression, sur son aire de répartition. Elle fait partie des espèces protégées. Les causes de sont disparation dans plusieurs paus sont : les routes ou elles se font écraser, la disparition de zones humides, la pollution de l'eau, les toxiques bioaccumulés dans leurs proies (cadmium et le mercure) très toxiques, pour leurs reins. En France, on comptait 50 000 individus au début du XXe siècle et à peine 1 500 en 1980. Depuis son inscription, en 1981, dans la liste des espèces protégées, la population de la Loutre est remontée à 2 000 ou 3 000 individus en 2010, ce qui lui a permis de recoloniser de nombreuses rivières où elle avait disparu.


- LE LAGOPEDE :


Le Lagopède alpin appelé aussi Lagopus Muta fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-orientales, en région Occitanie, en France. Le Lagopède alpin (Lagopus muta) est une espèce d'oiseaux de la Famille des Phasianidae. Le mâle (à gauche) porte encore une grande partie de son plumage hivernal. Il est aussi appelé le Lagopède des rochers, la Perdrix des neiges, ou Ptarmigan. Cet oiseau de trente quatre à trente six centimètres de longueur est totalement blanc en hiver (à l'exception des rectrices sous-caudales qui restent sombres), puis se recouvre de brun en été. En automne, il devient grisâtre avec le dessous blanc. Le mâle a une livrée nuptiale où domine le gris-brun, la femelle est d'un rouge-brun. Son cri est bas et rauque. Le cri d'alarme et d'envol est râpeux, à sonorités creuses : keurr-keurr-keurr-kè-kè-kè mais aussi aussi kerrrrk. Son alimentation est différente par saison : en été, il se nourrit de bourgeons de saules, de baies, d'insectes, de larves et autres invertébrés. L'hiver, il se nourit de graines, de bourgeons et divers végétaux. Il niche à l'abri d'un rocher ou sous la végétation basse. De Mai à Juin, le lagopède construit son nid à même le sol, derrière un buisson où la femelle pond 8 à 12 œufs qu'elle couve seule pendant 22 à 26 jours. Les oeufs son,t biges, fortement tachés de noir. En octobre, les jeunes sont adultes. Plusieurs familles se rassemblent en groupes de 15 à 20 individus. Le Lagopède alpin craint les températures chaudes, la population des sports d'hiver ou de randonnée, et les chasseurs.


- LE FAUCON :


Le Faucon est un rapace diurne de la famille des Falconidae qui forment avec les crécerelles le genre Falco. Le faucon fait partie des oiseaux sauvages qui vivent dans les Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France. En France, citons parmi les espèces les plus connues le Faucon Crécerelle connu pour son chant chevalin, (Falco tinnunculus), un rapace commun sur le territoire, et le Faucon Pèlerin (Falco peregrinus) qui a souvent été apprivoisé dans le cadre de la fauconnerie. Le faucon pratique le vol en « Saint-Esprit ». Le cri du faucon ressemble à kchèt chèt chèt. Le faucon crécerellette se nourrit en grande majorité d'insectes mais aussi de petits mammifères. Il peut s'adapter à toutes sortes d'autres proies, comme les oiseaux, lézards, serpents, grenouilles, vers de terre, poissons et crabes. Comme tous les faucons, il ne construit pas de nid. Il utilise pour nicher des anfractuosités existantes dans les falaises, des cavités de bâtiments ou des nichoirs artificiels installés dans d'anciennes bergeries. Il niche en petite colonie. La femelle pond 3 à 5 œufs.


- LE BEC-CROISE-DES-SAPINS :

CC BY-SA 3.0

Le Bec-Croisé des Sapins plus connu sous le nom de Bec-croisé rouge, fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en france. C'est une espèce de passereaux appartenant à la famille des Fringillidae qui vit dans les forêts de conifères. Son nom vient de la forme de son bec, dont les deux mandibules se croisent, pour lui faciliter l'extraction des graines.D'une longueur totale de 14 à 16,5 cm, le bec-croisé des sapins se reconnait à la forme particulière de son bec gris foncé à noir. Le maxille et la mandibule sont allongés et croisés. Le mâle adulte est rouge terne sur le dessus et le dessous du corps. Le croupion est d'un rouge plus vif. Les ailes et la queue sont brun foncé. Le bec-croisé des sapins ne présente pas de bande alaire, contrairement au bec-croisé bifascié. La femelle adulte présente une coloration olive griseâtre, marquée de taches et de points bruns. Le croupion et la poitrine peuvent prendre une teinte jaunâtre. Les ailes et la queue sont brun foncé. Le jeune ressemble beaucoup à la femelle mais présente du blanc au niveau des parties supérieures. Les yeux sont marron foncé et les pattes gris foncé. Son alimentation se compose donc surtout de graines de résineux qu’il extrait des cônes à l’aide de son bec aux mandibules croisées parfaitement adapté à cet effet, mais il collecte aussi leurs bourgeons. Les baies (sureau, sorbier, aubépine), les bourgeons, et les graines de bouleau, d'aulne, d'érable, de hêtre, les semences de chardon, d'ombellifères, les pépins et la pulpe des fruits (pomme, poire, raisin, nèfle) ainsi que nombreux insectes qui font aussi partie de son régime alimentaire. Chez le Bec-Croisé des Sapins, la nidification survient quand la nourriture est abondante, peu importe le temps de l'année. La femelle pond de 3 à 5 œufs, vert bleuâtre pâle, tachetés de points bruns et lavande. Elle les couve, seule, pendant 12 à 15 jours. Le Bec-Croisé des Sapins bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17/04/1981 relatif aux oiseaux protégés, sur l'ensemble du territoire français.


- LE VAUTOUR-FAUVE :


Le Vautour Fauve appelé aussi le Gyps Fulvus fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France. Caractérisé par une petite tête blanche au bout d'un cou recouvert d'un fin duvet blanc, il a une envergure d'environ 2,60 m, pour une petite dizaine de kilos. C'est la première espèce réintroduite dans les Causses, après une acclimatation en volière, un premier couple a été lâché dès 1981, dans les Gorges de la Jonte. Ils vivent en colonies sur un territoire de 4 000 km2 sur les Grands Causses et nichent dans les falaises. Quatre ans après leur réintroduction, la colonie comptait 50 rapaces. Elle compte, en 2017, un peu moins de 600 couples.


- LE VAUTOUR-MOINE (Espèce Protégée):

CC BY 3.0

Le Vautour-Moine appelé Aegypuis Monachus fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France. Plus grand rapace d'Europe, le moine fait environ 2,80m pour un poids d 10 kg environ. Il a été réintroduit en Lozère, et dans les Pyrénées-Orientales, à la suite de la réussite de la précédente expérience, de 1992 à 2004, pour un résultat d'environ 130 individus et 27 couples en 2017. Les moines nichent dans les arbres et sont semi-territoriaux. Le Vautour moine (Aegypius monachus) est une espèce de rapaces diurnes charognards appartenant à la famille des Accipitridae. Originaire du sud de l'Eurasie, il était cité par Pierre Belon (milieu du XVIe siècle) comme faisant partie de la faune de France. Il ne reste plus que trois populations relictuelles ou réintroduites en Europe, où le Vautour-Moine est maintenant protégé. C'est la seule espèce du genre Aegypius.


- LE GYPAETE BARBU :

CC BY-SA 2.5

Le Gypaète barbu ou Gypaetus barbatus est la seule espèce du genre Gypaetus. Cet oiseau sauvage fait partie de la Faune des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France. Cette espèce est présente en Asie centrale, en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe, dont elle est l'une des 4 espèces de vautours — se cantonne dans les Pyrénées, aux Alpes, le Massif Corse et en Crète. Il appartient à l'ordre des Accipitriformes et à la famille des Accipitridés. Il était appelé autrefois le Phène des Alpes. Le Gypaète est surnommé le « casseur d'os », car il a l'habitude de laisser tomber les os trop gros pour être ingurgités, d'une hauteur de 50 à 100 mètres, sur les flancs de falaise ou sur les champs de pierres. Il mange alors les débris et les ligaments. C'est d'ailleurs la traduction de son nom en espagnol : Quebrantahuesos. Il est aussi appelé le « nettoyeur des alpages », car il joue un rôle sanitaire essentiel en se nourrissant de cadavres d'animaux comme le chamois, bouquetin, mouton, chèvre. Ce grand vautour dont la longueur totale est de 110 cm et son envergure de 280 cm, présente certaines caractéristiques : absence de zones dénudées sur la tête, le cou et la poitrine, tarses entièrement recouverts de plumes, ailes étroites et anguleuses et queue cunéiforme. Le dessous blanchâtre teinté de roux orangé contraste avec le noir de jais du dos, des ailes et de la queue. L'immature est uniformément brun-gris foncé. Cet oiseau est solitaire. Sa silhouette en vol rappelle celle des faucons. Assez bruyant pendant la période de reproduction, il émet des sifflements pénétrants. Nécrophage, il intervient en dernier sur une carcasse, se nourrissant exclusivement des os et de la moelle, qu'il brise en les laissant tomber des hauts rochers, sur lesquels il a l'habitude de se poser.


- LE LEZARD DES PYRENEES (Protégé):

CC BY-SA 3.0

Le Lézard des Pyrénées fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Orientales, en région Ocitanie, en France. La période d’hibernation dure d’Octobre à Mai, parfois moins, en fonction de la météorologie, de l’altitude et de l’exposition. C’est un reptile diurne. Chez les lézards en activité, la température corporelle varie selon le moment de la journée de 25,8°C à 37,5°C. Les rigueurs climatiques survenant ponctuellement dans les zones de haute montagne au printemps et à l’été expliquent l’amplitude élevée de la température corporelle nécessaire à son activité. Actif le matin et en fin d’après-midi au printemps, en été, il semble n’être actif que le matin. Il recherche alors des endroits chauds tels des rochers ou fissures exposées. Après avoir effectué sa thermorégulation, il se met en chasse. Les Lézards assez farouches, sont difficiles à approcher. Le Lézard se nourrit exclusivement d’arthropodes: araignées, myriapodes et insectes. Il craint crtains prédateurs : la Coronelle lisse, des Corvidés (Corneille noire, Grand corbeau), le Renard roux, l’Hermine et la Vipère aspic, un serpent qui se nourrit presque exclusivement de petits rongeurs mais il consomme quelquefois des lézards. Ovipare, sa maturité sexuelle est atteinte au bout de 2 ans et demi (3 hivers). Les mâles entament des combats territoriaux au moment de la période de reproduction. L’accouplement se déroule entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin selon l arriver de l'été. L’unique ponte annuelle a lieu vers Juillet. Elle est constituée de 4 à 10 œufs de forme ovale, d’environ 1 cm de large sur 1,5 cm de long. L’éclosion se produira 2 mois après la ponte. Ce petit lézard est protégé en France mais, également, au niveau européen par le programme Natura 2000, ainsi que par la Convention de Berne (protection de la vie sauvage). Depuis 2006, le Lézard est classé espèce "quasi menacée" sur la Liste Rouge de l'IUCN.


- LE MOUFLON :

CC BY-SA 2.0

Le Mouflon fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-Orientales, en France. Les mouflons sont des ovins sauvages appartenant au genre Ovis, dont dérive le mouton domestique. Ce sont des ruminants sauvages, qui appartiennent à la famille des Bovidae et à la sous-famille des Caprinae. Le terme « mouflon » est également utilisé pour le Mouflon à manchettes ou Aoudad (Ammotragus lervia) qui n'est pas vrament, un mouflon, au sens strict. Les différentes espèces de mouflons possèdent de grandes cornes en spirales, recourbées de façon permanentes.


- L'AZURE COMMUN :

CC BY-SA 2.5

L'Azuré Commun est un nom vernaculaire ambigu en français, pouvant désigner plusieurs espèces différentes de petits papillons à nuances bleutées parmi les Lycaenidae et dans la sous-famille des Polyommatinae. Ils sont parfois appelés aussi « argus » ou autre. Ils doivent leur nom à leurs nuances couleur d'azur, un bleu ciel, alors que les « cuivrés » ont des nuances plus rousses. Les femelles présentent souvent des couleurs plus éteintes ou brunes. L'Argus bleu, Azuré commun ou Azuré de la Bugrane (Polyommatus icarus) est une espèce de lépidoptères de la famille des Lycaenidae et de la sous-famille des Polyommatinae. Largement répandue en Eurasie, elle est un des papillons les plus communs en Europe.


- LE CUIVRE COMMUN OU LYCAENA PHLACAS :

CC BY-SA 2.0


Le Cuivré Commun ou Bronzé appelé aussi Lycaena phlaeas est un papillon qui fait partie de la Faune des Prénées Orientales, en région Ocitanie, en France.
C'est une espèce paléarctique de lépidoptères de la famille des Lycaenidae et de la sous-famille des Lycaeninae. Le Cuivré commun est un petit papillon qui présente un certaine variabilité en fonction des générations et des sous-espèces. Le dessus des ailes antérieures est cuivre, plus ou moins suffusé de marron alors que les ailes postérieures sont marron bordées d'une large bande cuivre. Le revers de l'aile antérieure est orange orné de points noirs cerclés de blanc et bordé de beige alors que le revers des ailes postérieures est beige à marron clair suivant les sous-espèces. Une queue en n2 est plus ou moins visible. Les femelles de certains autres Cuivrés, comme Lycaena tityrus ou L. dispar, peuvent lui ressembler sur leur face supérieure. Suivant les lieux dans son aire de répartition, il vole en deux ou trois générations de mai à octobre ou de février à octobre, et même toute l'année en plusieurs générations aux îles Canaries. Il hiverne à l'état de jeune chenille. La chenille, petite et trapue, possède une tête rétractile marron vert et un corps vert avec une bande dorsale et une paire de bandes latérales d'une couleur variant du pourpre au rose. La chrysalide est beige, ornée de points marron. Ses plantes hôtes sont des Rumex ou oseilles sauvages. Il est présent dans tous les départements de France métropolitaine. Le Cuivré Commun aime vivre dans les friches.


- LE PAON DE JOUR :


Le papillon appelé le "paon de jour" est fascinant à observer. On peut le voir en train de voleter, un peu partout en France, dès le mois d'avril. Le dessous de son corps est de couleur sombre. Le dessus de ses ailes est très coloré et lui permet de se camoufler sur les troncs d'arbres ou dans des zones ombragées. On le voit sur les talus des routes, dans les prairies, le long des lisières des forets, et sur les fleurs des orties qu'il adore butiner. A l'état de chenille, son corps est sombre, tacheté de petites taches blanches, muni de petits aiguilons. Il doit son nom, aux dessins en forme d'yeux, au dessus de ses ailes, pareils à l'oeil de la plume du paon.


- LE NACRE DE CANNEBERGE :

CC BY-SA 3.0

Le Nacré de la canneberge (Boloria aquilonaris) est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae, à la sous-famille des Heliconiinae et au genre Boloria. C'est un grand papillon, au dessus orange à suffusion basale marron orné de diverses marques de couleur marron, taches rondes submarginales, avec des lignes formant des festons. Le revers des antérieures est plus claire et coloré, celui des postérieures plus roux présente des taches argentées. Il vole en une génération entre juin et août. Il hiverne à l'état de jeune chenille, dont le développement peut prendre 2 années dans sa zone de résidence la plus nordique. Sa plante hôte est la canneberge. Le Nacré de Canneberge est en France métropolitaine sous forme de colonies isolées, dans les départements des Ardennes, de Seine-Maritime, des Vosges, du Doubs, du Jura, du Puy-de-Dôme, de l'Allier, des Pyrénées-Orientales, de la Loire et de la Lozère. C'est un papillon des tourbières.


- LE PAPILLON ORDINAIRE :


Les Lépidoptères sont classiquement considérés comme répartis en deux groupes : les papillons de jour ou rhopalocères et les papillons de nuit ou hétérocères. Les Lépidoptères sont actuellement classés en 30 ou 40 superfamilles. Si l'une d'entre elles, les Papilionoidea, correspond à peu près aux Rhopalocères, avec des antennes filiformes à l’extrémité épaissie "en massue", les ailes repliées, recto contre recto, sur le dos et ne comprennent que des papillons de jour, par contre, les hétérocères sont l'ensemble de tous les autres Lépidoptères, avec des caractères très divers, certains diurnes, d'autres nocturnes. Ils forment toutes les autres superfamilles, disparates. Ce n'est pas un regroupement homogène et scientifique.


- LE MOUSTIQUE-TIGRE (Chikungunya)


Le Moustique-Tigre fait partie des derniers insectes arrivés dans les Pyrénées-orientales, en France. Un premier cas de ce moustique a été observé dans la région. Le Moustique-Tigre a été importé des Antilles. Un traitement a été fait pour éviter sa prolifération. Le Moustique-Tigre appelé Aedes albopictus ou Stegomyia albopicta, est un insecte de la famille des Culicidae, originaire d'Asie du Sud-Est. C'est l'une des cent espèces les plus invasives au monde, est actuellement présente dans 100 pays sur les 5 continents. Pour croître, les larves ont besoin d'au moins environ 1 cm d’eau stagnante durant 5 jours. Le moustique-tigre se reconnait par la présence d'une ligne longitudinale blanche en position centrale sur son thorax noir, visible à l'œil nu. Il doit son nom à ses rayures qu’il porte sur ses pattes et qu'il partage, avec les espèces du même sous genre Aedes. La femelle pond dans les eaux stagnantes, dans les vases, soucoupes de pots de fleurs, gouttières mal vidées, vieux pneus, récipients en fer ou en plastique abandonnés, mais aussi dans les flaques d'eau après les fortes pluies. Une fois passé un certain stade, ses œufs sont résistants à l'absence d'eau. Par des températures comprises entre 25 et 30°C, les femelles pondent, en moyenne 74 œufs, tous les 3-4 jours. La moitié des femelles vit 29 jours, dans une température de 25° et 32 jours à 30°C. C'est une espèce agressive qui aime piquer de jour avec un pic d'agressivité à l'aube et, un autre, au crépuscule. C'est la femelle, une fois fécondée qui pique lesmammifères ou les oiseaux pour absorber leur sang dans lequel elle trouvera les protéines nécessaires à sa progéniture. Ce n'est pas directement le sang bu sur la précédente victime qui infecte la suivante, mais la salive que le Moustique-Tigre injecte, dans sa victime, pour fluidifier le sang. Le moustique tigre est originaire de l'Asie du Sud-Est. Il s'est étendu à l'Afrique, aux Amériques et, à l'Europe, dès 1979. En France métropolitaine, les moustiques sont suivis par département et par commune. Le Moustique Tigre a été détecté à Toulouse et en Haute-Garonne.


- LA MYGALE :

CC BY-SA 3.0

La Mygale est en train de faire partie de la Faune des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France. Elle est en train d'envahir l'arrière pays des Pyrénées-Orientales. Les Araignées ou Aranéides, de l'ordre des Araneae, de la classe des Arachnides. On donne le nom de Mygale à plus de 900 espèces d'araignées. Ce sont des prédateurs invertébrés arthropodes. Les Mygales ou « araignées mygalomorphes » forment un sous-ordre des araignées. Les araignées "mordent" mais ne piquent pas. Les araignées jouent un rôle écologique en consommant des insectes. Les mygales sont des araignées sont caractérisées par une importante pilosité. En Europe, très peu d'espèces peuvent donc mordre l'Homme et aucune de celles présentes dans les habitations, à l'exception de Loxosceles Rufescens ou l'Araignée-Violon. Les Mygales (mygalomorphæ) sont aussi capables de mordre l'Homme, mais une seule espèce a un venin mortel : l'Atrax Robustus, qui vit en Australie (rayon de 200 km autour de Sydney), et dont l'envenimation s'appelle atraxisme. La zone mordue doit être désinfectée, éventuellement avec application de vessie de glace, en cas d'inflammation locale douloureuse. Selon les cas, un traitement antalgique, associé ou non à des benzodiazépines peut être nécessaire. Le traitement de l'aranéisme nécrosant n'est pas codifié. Les thérapies les plus utilisées sont les antibiotiques, les corticoïdes, l'oxygènothérapie hyperbare, l'excision et les greffes de peau, selon l'évolution de l'ulcère nécrosant. L'utilisation de sérums anti-venin est controversée. Elles sécrètent par ces appendices de la soie qui sert à produire le fil qui leur permet de se déplacer, de tisser leur toile ou des cocons emprisonnant leurs proies ou protégeant leurs œufs ou petits, voire de faire une réserve provisoire de sperme ou un dôme leur permettant de stocker de l’air sous l’eau douce. La Mygale est une Araignée qui fait partie de l’une des 2 456 espèces du sous-ordre des Mygalomorphes, du groupe des Orthognathes, dont la morsure peut s'avérer mortelle. Les seuls symptômes observés chez l'adulte, après une morsure, sont des douleurs et des vomissements. Le venin des mygales est étudié pour ses applications pharmacologiques. Les mygales figurent dans la liste des NAC, parmi les serpents et autres animaux, de plus en plus demandés à l'adoption. Il est très difficile de s'occuper d'une mygale. Les amateurs doivent respecter des règles strictes : la température doit être maintenue entre 26 et 32 °C, selon le moment dans la journée et dans l'année, et l'hygrométrie doit rester aux environs de 70 %. Il faut, de plus, être titulaire d'un Certificat de Capacité délivré par la Direction des Services Vétérinaires. Le venin n'est pas le seul danger de ces animaux, il faut également considérer la présence de soies urticantes (en) et allergisantes que l'animal peut projeter s'il se sent en danger (Theraphosidae du continent américain).


- L'ARAIGNEE RECLUSE OU ARAIGNEE VIOLONISTE :


L'Araignée Recluse fait partie de la Faune qui vit dans les Pyrénées-orientales, en région Occitanie, en France. Elle porte aussi le nom d'Araignée Violonniste. Sa morsure provoque des nécroses importantes. Ne vous fiez pas à sa petite taille. L'arachnide sécrète un venin à l'origine de nécroses quand elle vous mord. Les Français ne sont pas à l'abri, puisque la bête a été repérée dans le Roussillon, les Pyrénées et même en Ile-de-France. Sa morsure exige une prise en charge rapide, car le venin nécrose les tissus touchés. Dans les cas les plus sévères, une greffe de peau devient nécessaire. En journée, l'arachnide reste tapie dans les greniers, les caves et les placards. Elle préfère les espaces avec peu de passage, comme le dessous des meubles. Une fois sa toile bâtie, la Recluse quitte rarement son domicile. Seuls les mâles partent à l'aventure. es araignées capturées sont surtout des mâles, car les femelles quittent rarement leur toile. Et continuent de se reproduire. Attention également à ne pas toucher la bête à mains nues. Même collée, elle peut toujours vous mordre. La meilleure solution reste de limiter les refuges où la Recluse pourrait s'abriter. Et faire appel à un spécialiste si votre maison est envahie. En effet, plusieurs techniques, moins toxiques que les pesticides, permettent d'évacuer ces arachnides.


- L'ANE DES PYRENEES :

CC BY-SA 4.0

L'Ane des Pyrénées est un animal, qui fait partie de la Faune des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie, en France. L’Ane des Pyrénées est une race d’ânes originaire du Sud et du Sud-Ouest de la France. Il existe deux types différents mais qui partagent un même standard : le type gascon, petit et trapu et le type catalan, fin et élégant. C'est un âne très polyvalent que l'on utilise aussi bien pour le bât et l'attelage, que pour la production mulassière. L'âne des Pyrénées possède certaines caractéristiques : sa tête est large et sèche. Son profil est droit ou mieux, concave. Les oreilles sont longues et portées en avant. Elles sont garnies de duvet abondant. La bouche est large, les lèvres fermes, les naseaux sont bien ouverts. L'œil est expressif et vif. Sa robe est noire, noir pangaré, bai foncé5. Le pourtour des yeux, le bout du nez, les aisselles, le ventre et l'intérieur des membres sont décolorés3. La zone tangente entre les deux couleurs est souvent nuancée de roux. La peau est très fine. Son encolure est longue, la ligne du dessus est bien musclée et le garrot peu prononcé. Le poitrail est plutôt plat mais éclaté. La croupe est brève et rabattue, la hanche est parfois saillante. Les membres sont bien dirigés, le sabot est large et le paturon long. L'âne des Pyrénées est très polyvalent. Les ânes de petite taille, de type gascon, sont utilisés à l'attelage et au bât, où ils sont capables de porter le quart de leur poids. Ceux de plus grande taille, de type catalan, sont plutôt utilisés pour leurs aptitudes mulassières. On les croise ainsi avec des juments mérens, castillonnaises, percheronnes, bretonnes, anglo-arabe ou pure race espagnole. La race est reconnue par le Ministère de l'Agriculture et les Haras nationaux, depuis 1997.


Mis à jour le 23/02/2019

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-12/07/2019 - Tous Droits Réservés