LA FLORE
DE LA SEINE-ET-MARNE
(77)

par "Marie51"



Ma visite de la Seine-et-Marne ne peut être complète, qu'après avoir aussi découvert la Flore qui s'y trouve. Située en région Ile-de-France, la Faune de la Seine-et-Marne est bien distincte et variée, suivant les lacs, étangs ou forêts où elle se trouve. La Faune en Seine-et-Marne n'a pas fini de nous surprendre et nous émerveiller par sa beauté et sa diversité.



Je vais vous dévoiler bientot cette flore que vous pourrez rencontrer, mais évitez de cueillir les fleurs sauvages, sous peine de faire disparaitre certaines espèces qui font la richesse de cette région. De nombreuses espèces de plantes sont présentes en Seine-et-Marne. La biodiversité est la plus importante dans les milieux forestiers humides, le long des cours d'eau et dans la vallée du Bréon.

L'essence forestière dominante est le Chêne, dont de nombreux spécimens remarquables sont très présents sur le territoire. Parmi les autres essences, on retrouve le Charme, le Frêne, le Merisier, etc. On retrouve également quelques plantations de conifères, principalement pour l'exploitation.

Autour de Fontainebleau, la campagne est plantée de nombreux Pommiers à cidre, où plusieurs pressoirs traitent les pommes.

Dans la Forêt de Fontainebleau, ce sont pas moins 117 espèces de fleurs sauvages que vous découvrirez :


* L'ACHILLEE-MILLEFEUILLE : (Achillea millefolium) :


L'Achillée millefeuille ou la Millefeuille fait partie de la Flore en Seine-et-Marne, en région Ile-de-Fance, en France. Son nom scientifique est Achillea millefolium L. C'est une espèce de plante herbacée vivace de la famille des Astéracées. Cette plante est généralement peu appréciée par les bovins, mais peut être broutée par les ovins ou certains cervidés. Cette plante est mellifère. La partie utilisée : sommité fleurie (le haut de la plante en fleur). Ses propriétés : antispasmodique, emménagogue, cicatrisant, tonique digestive (en infusion amère avant le repas), peptique, elle possède aussi des propriétés hépatoprotectrices et cholérétiques, par la présence de flavonoïdes. Mode d'emploi : thé solaire (boisson chaude préparée en laissant, dans un pot en verre transparent, le mélange d'eau et des captitules en plein soleil pendant quelques heures) ou en infusion, teinture, extrait liquide ou jus. Elle est recommandée pour de nombreux troubles du bas-ventre et mentionne que l'achillée agit directement sur la moëlle où elle active la formation du sang. Utilisée comme cosmétique (antiprurigineuse et adoucissante dans les infections de la peau (piqûre d’insectes), dans de nombreuses liqueurs, elle est contre-indiquée cependant durant la grossesse. En cuisine, ses fleurs dégagent une odeur légèrement camphrée et servent à parfumer les crèmes et les flans.


* L'ANEMONE DES BOIS : (Anemone nemorosa)
André Karwath aka Aka
CC BY-SA 2.5

L'Anémone des Bois est une fleur sauvage qui pfait aprtie de la Flore en Seine-et-Marne, en région Ile-de-France, en France. L'Anémone sylvie, Anémone des bois ou Sylvie (Anemone nemorosa ; du grec anemos : « vent » et du latin nemorosus : « des bois ») est une plante herbacée pérenne de la famille des renonculacées. On trouve cette renonculacée dans les sous-bois feuillus frais, les prés et prairies humides, en zones montagneuses et submontagneuses. Son aire de répartition comprend pratiquement toute l'Europe mais elle est plus rare dans les régions méditerranéennes. L'anémone sylvie forme des tapis qui peuvent être denses en sous-bois, en fleur en mars-avril. Le rhizome horizontal est charnu et cassant. Les feuilles palmatiséquées, à 3-5 segments pétiolulés, incisés-dentés se développent loin de la hampe. Les folioles de l'involucre à pétiole sont d'une longueur équivalant à la moitié du limbe, semblables aux feuilles. Les pédoncules sont recourbés à leur extrémité. Les fleurs sont d trois couleurs : blanches, roses ou purpurines. Elles sont solitaires, à 5 à 8 sépales ovales, glabres. Les carpelles sont pubescents, étalés, à bec glabre. Le bec est plus court que la moitié de la longueur du carpelle. Cette plante a un cycle végétatif précoce qui lui permet de profiter de la lumière avant que les feuillages des arbres obscurcissent les sous-bois.
Les fleurs blanches à blanc-rose suivent la course du soleil, ce qui leur permet de mieux réfléchir les UV solaires et être mieux vues par les insectes pollinisateurs. Par temps humide, elles referment leur calice pétaloïde pour protéger leur pollen. Dans les milieux qui leur conviennent, les tapis formés par les anémones sylvies sont très denses. Son rhizome croît à la vitesse de deux à trois centimètres par an. La fleur n'occupe pas la même position année après année, elle se déplace en suivant son rhizome. En zone européenne tempérée, en forêt, là où sa présence est spontanée, elle serait (avec le muguet) un bon bioindicateur d'ancienneté et de la naturalité de la forêt. L'anémone sylvie est utilisée en friction locale, car caustique, contre les rhumatismes. Comme les autres anémones, elle est toxique. En effet 200 mg d'anémonine suffisent à provoquer la mort d'un animal de 10 kg.


** L'ANEMONE PULSATILLE - (Anemone pulsatilla - Protégée) :
de Stan Shebs



L'Anémone pulsatille est une fleur sauvage que 'lon trouve dans la Forêt de Fontainebleau,dans le département de la Seine-et-Marne, en région Ile-de-Fance, en France. L'anémone pulsatille ou Coquerelle appelée de son nom scientifique l'Anemone pulsatilla L. est une plante herbacée vivace de la famille des renonculacées. Très proche de la pulsatille des montagnes, elle mesure de 10 à 30 centimètres. Les feuilles en rosette sont argentées, velues et pétiolées. Les fleurs sont violet-noir. Elle vit dans les prairies sèches. Les fleurs, séchées au four et pulvérisées, permettent l'élaboration d'une poudre à éternuer réputée pour chasser les migraines. Fraîche, cette plante est toxique, caustique et irritante. L'anémone pulsatille bénéficie d'une réglementation (cueillette et ramassage) dans plusieurs départements, d'une protection dans plusieurs régions de France.


* L'ARMENIE DES SABLES - Armeria arenaria :
de Jmp48
CC BY-SA 3.0

L'Armérie des sables (Armeria arenaria) fait partie de la Flore qui s'épanoit en Seine-et-Marne, en région Ile-de-France, en France. L'Armérie des sables est une plante vivace de la famille des plombaginacées. L'Armérie des sables a une souche ligneuse et ramifiée. La partie aérienne se présente sous la forme d'une tige sans feuilles haute de 20 à 60 cm, enveloppée au sommet d'une gaine tubuleuse et terminée par une inflorescence dense et hémisphérique de 2 cm de diamètre de fleurs roses ou rouges. Les feuilles sont lancéolées, très étroites et toutes disposées à la base.


Aigremoine eupatoire (Agrimonia eupatoria)
Alliaire officinale (Alliaria petiolata)
Bec de grue (Erodium cicutarium)
Benoite commune (Geum urbanum)
Bétoine officinale (Stachys officinalis)
Bourse à pasteur
Brunelle commune (Prunella vulgaris)
Bruyère (Calluna vulgaris)
Bugle rampante (Ajuga reptans)
Buglosse officinale (Anchusa officinalis)
Cardamine des prés (Cardamine pratensis)
Cardère sauvage (Dipsacus fullonum)
Carline commune (Carlina vulgaris)
Callune (Calluna vulgaris)
Campanule raiponce (Campanula rapunculus)
Centaurée jacée (Centaurea jacea)
Chardon penché (Carduus nutans)
Chlore perfoliée (Blackstonia perfoliata)
Clématite des haies (Clematis vitalba)
Consoude (Symphytum officinale)
Coronille bigarrée (Securigera varia)
Coquelicot (Papaver rhoeas)
Cynoglosse officinale (Cynoglossum officinale)
Dompte-venin (Vincetoxicum hirundinaria)
Douce-amère (Solanum dulcamara)
Épilobe hirsute (Epilobium hirsutum)
Épiaire des bois (Stachys sylvatica)
Épiaire droite (Stachys recta)
Épilobe des Marais (Epilobium palustre)
Eupatoire à feuilles de chanvre (Eupatorium cannabinum)
Euphorbe petit-cyprès (Euphorbia cyparissias)
Euphraise raide (Euphrasia stricta)
Euphraise rouge (Odontites vernus)
Ficaire fausse renoncule (Ficaria ranunculoides)
Fumeterre officinale (Fumaria officinalis)
Gaillet commun (Galium mollugo)
Gaillet croisette (Cruciata laevipes)
Géranium sanguin (Geranium sanguineum)
Grande bardane (Arctium lappa)
Grande lysimaque (Lysimachia vulgaris)
Grande marguerite (Leucanthemum vulgare)
Grémil officinal (Lithospermum officinale)
Herbe à Robert (Geranium robertianum)
Hottonie des marais (Hottonia palustris)
Houx (Ilex aquifolium)
Iris des marais (Iris pseudacorus)
Jonquille sauvage (Narcissus pseudonarcissus)
Lamier blanc (Lamium album)
Lamier pourpre (Lamium purpureum)
Lierre terrestre (Glechoma hederacea)
Lin à feuilles étroites (Linum tenuifoliu)
Linaire commune (Linaria vulgaris)
Liseron des champs (Convolvulus arvensis)
Liseron des haies (Calystegia sepium)
Marguerite commune (Leucanthemum vulgare)
Mauve alcée (Malva alcea)
Mauve sylvestre (Malva sylvestris)
Mélitte à feuilles de mélisse (Melittis melissophyllum)
Mélampyre des prés (Melampyrum pratense)
Menthe aquatique (Mentha aquatica)
Millepertuis perforé (Hypericum perforatum)
Molène noire (Verbascum nigrum)
Morelle noire (Solanum nigrum)
Mouron des oiseaux (Stellaria media)
Mouron rouge (Anagallis arvensis)
Muguet (Convallaria majalis)
Muscari à toupet (Muscari comosum)
Myosotis des bois (Myosotis sylvatica)
Œillet des Chartreux (Dianthus carthusianorum)
Œillet velu (Dianthus armeria)
Oignon sauvage (Allium tricoccum)
Onagre (Equus onager)
Origan (Origanum vulgare)
Orobranche pourprée (Phelipanche purpurea)
Orpin blanc (Sedum album)
Pâquerette (Bellis perennis)
Perce-neige (Galanthus nivalis)
Petite centaurée (Centaurium erythraea)
Petite pervenche (Vinca minor)
Phalangère à fleurs de lys (Anthericum liliago)
Phalangère rameuse (Anthericum ramosum)
Pimprenelle (Sanguisorba minor)
Pissenlit (Taraxacum officinale)
Plantain moyen (Plantago media)
Prêle des champs (Equisetum arvense)
Primevère officinale (Primula veris)
Poivre des murailles (Sedum acre)
Pomme épineuse (Datura stramonium)
Pulicaire dysentrique (Pulicaria dysenterica)
Raiponce orbiculaire (Phyteuma orbiculare)
Ruine de Rome (Cymbalaria muralis)
Salicaire (Lythrum salicaria)
Salsifis des prés (Tragopogon pratensis)
Sauge des prés (Salvia pratensis)
Saxifrage (Saxifraga granulata)
Sceau de Salomon (Polygonatum odoratum)
Scille à deux feuilles (Scilla bifolia)
Scille d’automne (Prospero autumnale)
Scabieuse (Knautia arvensis)
Séneçon jacobée (Jacobaea vulgaris)
Serpolet petit-chêne (Thymus pulegioides)
Silène enflée (Silene vulgaris)
Spirée filipendule (Filipendula vulgaris)
Stellaire holostée (Stellaria holostea)
Succise des prés (Succisa pratensis)
Trèfle blanc (Trifolium repens)
Trèfle des prés (Trifolium pratense)
Vergerette annuelle (Erigeron annuus)
Véronique en épi (Veronica spicata)
Véronique petit-chêne (Veronica chamaedrys)
Verveine officinale (Verbena officinalis)
Violette des bois (Viola reichenbachiana)
Vipérine (Echium vulgare)

Mis à jour le 10.05.2018

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-12/07/2018 - Tous Droits Réservés