LE CIMETIERE ANGLAIS
DU BOIS DE DELVILLE
A LONGUEVAL
DANS LA SOMME
80300

par "Marie51"



Aujourd’hui, nous allons vous faire découvrir l’histoire du cimetière anglais du Bois de Delville, à Longueval, dans le département de la Somme, en région les Hauts de France, en France. Le Bois de Delville fut pris au cours d’un engagement épique en juillet 1916, par la Brigade Sud-Africaine, qui subit de lourdes pertes, avant d’être enfin relevée. La position fut perdue, remportée par les Allemands en avril 1918 mais elle sera reprise en août 1918.





Le Cimetière anglais du Bois de Delville contient 5 520 tombes dont les tombes de:

• 5239 soldats britanniques
• 152 soldats Sud-Africains
• 81 sodats Australiens
• 29 soldats Canadiens
• 19 soldats Néo-Zélandais



Que sait-on de la Guerre sur le front occidental 1914-1918 ? :





Pendant la Première Guerre Mondiale, le Front Occidental – un front continue qui s’étendait de la Côte de la manche à la Suisse, sur lequel, pendant 4années, des millions d’hommes ont combattu et sont morts – fut le théâtre d’opérations de toute première importance.





Contre l’Armée Allemande, était déployées les Armées du Commonwealth Britannique, de la Belgique, de la France, et plus tard des Etats-Unis. Pendant les deux premiers mois, une guerre de manœuvre permit de contenir et de refouler la poussée initiale allemande.





Puis s’ensuivirent 3,5 années de combats statiques de tranchées – une guerre d’attribution – au cours desquelles la capacité défensive était de la plus grande importance.





Aucun des adversaires ne pouvait faire de sortie et de grandes batailles furent livrées pour des gains territoriaux infimes.



Les sept derniers mois furent une guerre de manœuvre culminant en une offensive alliée qui, débutée en aout, parvint finalement à accomplir une percée menant à l’Armistice du 11/11/1918. Au début de 1914, les 6 Divisions du Corps Expéditionnaire Britannique en France, furent déployées aux cotés des Armées Françaises et jouèrent leur plein rôle à partir du 23 août, dans les batailles du Mons, Le Cateau, la Marne, et l’Aisne.





Les trois semaines suivantes, pendant lesquelles le front de combat bougeait chaque jour, furent une période hautement critique au cours de laquelle le plan allemand pour mettre un terme rapide aux combats, fut un échec et l’issue de la guerre remise à plus tard.





Durant les deux semaines d’octobre, le C.E.B (Corps Expéditionnaire Britannique) fut déplacé du secteur central du front des Flandres. Ce changement réduisit ses lignes de communication, qui passaient par Dunkerque, Calais et Boulogne, lui permettant de protéger ses ports qui étaient d’une importance capitale, à la fois pour son ravitaillement et son renforcement et pour le contrôle de la Manche par la Marine Nationale.



Pendant les quatre années plus tard, les forces du C.E.B s’accrurent de 50 Divisions britanniques et de 12 du Commonwealth d’Outremer – des troupes du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle Zélande, de l’Afrique du Sud, de l’inde et des autres territoires.



Le C.E.B reprit progressivement une plus grande partie du secteur nord du front allié et livra une série de batailles d’attrition dont la plus grande fut la Bataille de la Somme en 1916.



Les offensives allemandes de la fin mars à la mi-juillet 1918 furent contenues et la contre offensive menant à la victoire, commença le 8 août avec la Bataille d’Amiens, se poursuivant sur un front élargi avec les deuxièmes batailles de la Somme et d’Arras, en septembre, s’étendant au saillant d’Yprès.





L’avance prit rapidement de l’ampleur et le jour de l’Armistice, la ligne du front atteignait 80 kms en plus, à l’est, des points de départ.





Presque 750 000 soldats, marins et aviateurs du Commonwealth perdirent la vie sur le front occidental ; 200 000 en Belgique et + de 500 000 en France.



Leur mémoire est commémorée par des stèles, qui marquent leurs tombes dans 1000 cimetières militaires et 2000 cimetières civils, ou par l’un des 6 Monuments en Belgique, et 20 Monuments en France, qui portent les noms de plus de 300 000 d’entre eux qui n’ont pas de tombe connue.



La Commonwealth War Graves Commission a construit ce cimetière et est responsable de son entretien. L’architecte du Cimetière du Bois de Delville est Sir Herbert Baker.

Le terrain a été concédé gratuitement par la Nation française, comme lieu de sépulture perpétuelle, des Héros des Armées Alliées, tombés au combat, pendant la Grande Guerre de 1914-1918 et honorés ici.


Lis à jour le 1.04.2012

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés