DECOUVERTE DE BEZONS
EN DECEMBRE 2011
95870

par "Marie51"



Direction Bezons, dans le département du Val d'Oise (95). Il fait encore un peu sombre, étant arrivée tôt le matin, lorsque je découvre cette ville, mais déjà, j’aperçois de nombreuses silhouettes qui marchent d’un pas rapide, pour aller travailler. Par ou vais-je commencer ma visite ? Je décide de commencer par la Mairie de Bezons, dont les fenêtres sont décorées pour Noël. Le Maire de Bezons est Dominique Lesparre, mais aussi Vice-président du val d'Oise.





Je me dirige vers le fameux Pont de pierre, qui surplombe la Seine. La vue d’ensemble sur la ville et la Seine est impressionnante. Les voitures circulent sur le coté, en passant sous le pont. L’eau reflète les premières lueurs du jour qui se lève. Je décide d’attendre un peu, afin d’avoir plus de lumière.





Quelque chose attire mon attention, le long des berges. Je vois des toiles de tente et l’apparition de nouveaux bidonvilles, qui dévoilent la réalité de toute la misère, en France. Les derniers bidonvilles que j’avais vus, à l’époque, remontent quant j’étais étudiante ! J’aperçois de pauvres ères qui se réveillent, discutent entre eux, partagent leur pauvreté. Ma gorge se serre. Comment en est-on arrivé à faire un tel bond en arrière, vers la misère ? Je compte bien discuter avec les habitants de Bezons pour comprendre ce qui se passe dans cette ville.





Je poursuis mon chemin sur le Pont de pierre. Les travaux sont presque achevés mais il y a, une impression d’abandon, qui me met mal à l’aise.





Le long de la Seine, un parc est aménagé, qui permettra, dès les premiers beaux jours, à la population de se promener.





Je reviens sur mes pas et décide d’aller à la Mairie de Bezons, qui doit être ouverte maintenant, pour y voir la fameuse plaque, dédiée aux enfants de Bezons tués à la guerre. L’accueil est maussade ce qui ne me donne pas envie de discuter avec la personne. Il faut dire que sa collègue s’est fait porter malade…d’où son mécontentement que je comprends.





Sous les fenêtres, un banc original invite les promeneurs à se reposer un moment. De l’autre coté, un olivier imposant a été planté.
Dessus est marqué : « un olivier pour la Palestine. Un état pour les palestiniens dans les frontières de 1967. Une ville pour la paix et la solidarité » . Je me demande combien cet olivier a couté ? Et pour la misère a Bezons, qu’est-ce qui est fait ? Sur le mur coté droit de la Mairie de Bezons, est accroché le blason de la ville.





Je poursuis mon chemin, mitraillant de photos quelques maisons, aux styles différents.





Près du square Yves Morel, j’aperçois des toilettes publiques. Première découverte agréable : elles sont gratuites ! Curieuse, je m'y rends. Oh quelle surprise ! Elles sont vraiment propres ! Les murs et le sol sont carrelés. Les explications sont claires, affichées. Un bon point pour la ville ! C’est la première ville que je découvre qui offre à la population des toilettes publiques gratuites ! J’apprécie, ayant horreur d’aller dans un café, pour me soulager.





Ensuite je découvre le Mémorial des Victimes de la 2ème Guerre Mondiale (1939-1945) avec le nom des personnes tuées, gravé dans la pierre. La liste est longue malheureusement en victimes.





En face, se trouvent deux cabines téléphoniques, transparentes. Il est vrai que tout le monde ne possède pas de portable et qu’une cabine téléphonique peut rendre service.





Mes pas m’entrainent ensuite autour de l’église que je viens de découvrir et dont j’aperçois les cloches, à travers son dôme original. L’église St Martin de Bezons qui se situe 73 rue Edouard Vaillant – Tel 01.39.47.67.50.





Ses fenêtres sont différentes de celles que j’ai pu voir dans d’autres villes. Elle est plus moderne. Ses murs sont recouverts de briques dont la teinte s’illumine sous les premiers rayons du soleil qui se réveille.





Sur le coté droit, se trouve une salle d’attente ou une statue de bois semble attendre les visiteurs. Elle représente un cheval sur lequel un homme est assis et qui semble vouloir soulever un enfant épuisé.





Bien que l’église soit fermée, il y a une autre petite pièce à caté, qui me permet d’apercevoir la beauté des vitraux, à travers la vitre. Je ressors après avoir pris quelques photos.





Dehors, le soleil illumine l’immeuble d’en face, faisant ressortir ses couleurs dans un ciel d’une limpidité absolue. Jamais on ne se croirait en plein mois de décembre ! Bien que trompeur, l’air reste vif, malgré tout.





Je remonte vers l’avenue principale, où se trouve une place, décorée de nombreux sapins et décorations de Noel. Un arbre imposant est planté dans un pot de fleurs géant. Je continue mon chemin, après avoir prise quelques photos de la place.





Cette fois, j’arrive au Square de la République. L’endroit est propre, bien entretenu, bien que l’on soit en hiver.





Un plan de la ville lisible me permet de m’orienter, vers les différents quartiers :



Le nouveau Bézon, le Centre, les Chênes, Agriculture, le Colombier, Notre ? Impossible à le lire à cause du reflet du soleil.

Au coin d’une rue j’aperçois le Commissariat, dans son architecture moderne. Sa couleur grise ardoise me fait faire la grimace. Je trouve cette couleur triste.





Mes pas vont me porter ensuite vers le stade. Puis vers une petite place bien décorée et son immeuble qui fait face au soleil.





Un panneau avertit le promeneur attentif, toutefois, d’un certain mécontentement dans cette région :
« Dans le Val d’Oise, 30 000 demandeurs de logements, 25 communes ne respectent pas la loi SRU, 6000 logements sociaux manquent dans ces villes, parmi elles 20 sont les plus riches, 3000 personnes y attendent un logement, et L’Etat laisse faire ! ». Vous voici prévenus !





Un mur tagué semble représenter l’arrivée du futur Tramway. Il parait qu’ils ont pris du retard et que celui-ci ne sera achevé que fin décembre 2012. Les habitants pourront se rendre à la défense en 12 minutes seulement !





Voici quelques habitants bien sympatiques que j'ai rencontrés comme notre ami Philippe, le fleuriste de Bezons, bien connu dans cette ville pour ses fleurs et sa gentillesse proverbiale.



29/12/2011

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com© 12/07/2007-11/07/2016 - Tous Droits Réservés