DECOUVREZ LA FLORE
DU GARD
(30)

par "Marie51"



Marie51 vous propose de découvrir, après la Faune du Gard, sa Flore, en région Occitanie, en France. Rappelez-vous que la Flore dans le Gard est fragile et que certaines espèces sont aussi protégées. Donc, évitez de les cueillir sous peine d'amende. Prenez plus de plaisir à observer la Flore du Gard, les admirer, les détailler, et les photographier.


- LE FIGUIER DE BARBARIE :


Parmi la flore du Gard, en région Languedoc-Roussillon, on y trouve le Figuier de Barbarie. Le Figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica) est une espèce de plante de la famille des Cactaceae, originaire du Mexique, qui s'est naturalisée dans d'autres continents, notamment le pourtour méditerranéen et en Afrique du Sud. Son fruit appelé la Figue de Barbarie est comestible. Dans nombre de ces pays, elle est appelée "figue du diable" ou plus souvent "figue d'Inde" (karmous l'hendi ou l'hendia, en arabe). Il est aussi cultivé en Tunisie, essentiellement dans la région de Kasserine, en particulier à Thala, et très consommé pendant l'été. Il est connu pour son effet "bloquant" sur la digestion (constipation sévère).
Le Figuier de Barbarie nécessite un climat chaud et une exposition bien ensoleillée. Il préfère un sol filtrant et bien drainé, de pH neutre. On veillera à le planter de manière isolée (comme plante d'ornement), voire inaccessible, notamment en présence d'enfants car ses épines sont de véritables harpons et les blessures peuvent être très douloureuses.


- LE FRUIT DU FIGUIER DE BARBARIE :
Hippocampus~commonswiki
CC BY 2.5

Le Figuier de Barbarie (Opuntia ficus-indica) est une espèce de plante de la Famille des Cactaceae, originaire du Mexique, qui s'est naturalisée dans plusieurs continents, dont le bassin méditerranéen, en Afrique du Sud et en Afrique du Nord. Il produit des fruits comestibles appelés les figues de Barbarie. Cette espèce appartient à la sous-famille des Opuntioideae, tribu des Opuntieae. Les épines proprement dites, blanchâtres, sclérifiées, solidement implantées, sont longues de 1 à 2 cm. Il existe des variétés inermes, sans épines. Les glochides, fines épines de quelques millimètres, de couleur brunâtre, se décrochent facilement, mais munis de minuscules écailles en forme d'hameçons s'implantent solidement dans la peau et sont très difficiles à retirer. Ils se cassent facilement quand on cherche à les enlever. Ils sont toujours présents y compris dans les variétés inermes. Les fleurs sont à ovaire infère, uniloculaire. Le pistil est surmonté d'un stigmate multiple. Les étamines sont très nombreuses. Les sépales peu apparents et les pétales sont bien visibles, de couleur jaune orange. Les fleurs se différencient sur des cladodes âgés d'un an, le plus souvent sur les aréoles situées au sommet du cladode ou sur la face la plus exposée au soleil. En principe, une seule fleur apparaît dans chaque aréole. Les jeunes fleurs portent des feuilles éphémères caractéristiques de l'espèce. Un cladode fertile peut porter jusqu'à une trentaine de fleurs, mais ce nombre varie énormément selon la position du cladode sur la plante, son exposition, et aussi selon des facteurs physiologiques (nutrition). Le fruit, ou figue de Barbarie, est une baie charnue, uniloculaire, à nombreuses graines (polyspermique) dont le poids peut varier de 150 à 400 grammes. Sa couleur est variable selon les variétés : jaune, rouge, blanc. La forme est très variable, selon les variétés mais aussi selon l'époque de formation : les premiers sont arrondis, les plus tardifs ont davantage une forme allongée de pédoncule. Le nombre de graines est très élevé, de l'ordre de 300 pour un fruit de 160 grammes. Le fruit est très riche en Vitamine C.



- LA FLEUR DU FIGUIER DE BARBARIE :

CC BY-SA 3.0

Le figuier de Barbarie appelé aussi Opuntia ficus-indica est une plante succulente vivace, qui fait partie de la Famille des Cactacées et du genre Opuntia qui compte près de 200 espèces différentes. La floraison du Fignuier de Barbarie est remarquable au mois de juin. La plante est alors illuminée avec ses larges fleurs, en coupe jaune, brillantes. Cette plante au port élégant se pare au fil des ans d'un "tronc" ligneux qui peut atteindre 5 mètres de hauteur. Il est originaire du Mexique où ses fruits ovoïdes à la chair douce sont consommés frais et où ses 'raquettes' sont cuites au barbecue. Les fleurs du Figuier de Barbarie se transformeront, au début de l'automne, en fruits comestibles. Il faut planter le figuier de Barbarie au printemps, après les gelées qu'il craint. Votre figuier de barbarie doit se trouver en plein soleil dans une zone très chaude du jardin. Placez les sujets en pot dans une véranda, un jardin d'hiver ou une serre durant la mauvaise saison. La lumière doit être maximale pour éviter l'étiolement de la plante. Il faut éviter de l'arroser de Septembre à Avril. Un manque d'eau est toujours préférable à un excès durant cette période. En été, arrosez 1 fois par semaine s'il ne pleut pas. Evitez l'eau au fond des coupelles.



* LA MAUVE SYLVESTRE :
Rosa-Maria Rinkl
CC BY-SA 4.0

La Grande Mauve, appelée aussi la Mauve Sylvestre ou la Mauve des bois, (Malva sylvestris) est une plante herbacée, bisannuelle médicinale de la famille des Malvacées. Elle fait partie de la Flore qui pousse dans le Gard, en région Occitanie, en France. Elle habite typiquement les friches vivaces xérophiles d'Europe. On la trouve le long des clôtures et des chemins, sur les vieux murs et les remblais. Sa présence est indicatrice de la proximité d'habitation présente ou passée. Son fruit est appelé le fromageon. Cette mauve était appelée autrefois, en latin, Omnimorbia soit toutes les maladies, en raison de ses propriétés adoucissantes pour les voies respiratoires utiles pour le traitement de nombre de symptômes. La substance active recherchée dans cette plante est le mucilage à l'effet émollient qui rend la plante anti-inflammatoire. Elle apaise les peaux sensibles ou irritées, ainsi que les muqueuses. La Mauve Sylvestre soulage les gonflements des mains ou des pieds suite à des fractures, et des phlébites. Elle peut aider à combattre les maladies respiratoires en apaisant toux, maux et inflammations de gorge, aphtes, bronchites, enrouements et laryngites. Maria Treben la recommande également contre l'engorgement des poumons, le catarrhe bronchial, l'emphysème pulmonaire et les maladies malignes du larynx. Elle peut aussi aider pour les inflammations des muqueuses utérines, de la vessie, du pylore, les gastrites, les ulcères gastro-intestinaux, les inflammations externes telles qu'ulcérations ou abcès, et les blessures. Toute la plante est comestible. Elle est considérée comme un véritable légume qui a été cultivé et consommé depuis les temps préhistoriques diverses nationalités. Beaucoup l'ont mangée crue, en salade, cuite en soupe, en farce ou en ragoût. Elle est riche en sels minéraux, vitamines A, B1, B2 et C, en protéines complètes, en fer et en calcium.



* LA CISTE A FLEURS ROSES :
Véronique PAGNIER

La Ciste à fleurs roses est une fleur sauvage fait partie de la Flore qui pousse dans le département du Gard, aimant les endroits secs et ensoleillés.



* LA CISTE BLANCHE :
Francisco Santos
CC BY-SA 3.0

Les cistes sont de petits arbrisseaux dicotylédones de la famille des Cistacées qui poussent sur le pourtour méditerranéen. Ils adorent les sols secs (siliceux mais aussi calcaires) et ensoleillés. Les cistes sont pyrophytes, avec la particularité de se régénérer facilement et, même, de se multiplier après les incendies. C'est pourquoi les maquis et les garrigues méditerranéens, si souvent touchés par les feux de forêts, sont tapissés de cistaies qui fleurissent entre le printemps et l'été (avril-juin). C'est une plante invasive. Son pire ennemi est le Pyrale du Cactus. Pyrale du cactus ou Mite des cactus, est un lépidoptère originaire d’Amérique du Sud de la famille des Pyralidae. Il est devenu invasif dans de nombreux pays du monde, particulièrement en Amérique du Nord, après y avoir été introduit pour lutter contre le figuier de Barbarie. Quelle que soit sa forme, papillon ou chenille, il se nourrit de cactus de la famille des Opuntia.



* LE LAURIER ROSE :
Jean Tosti
CC BY-SA 3.0

Le Laurier rose fait aussi partie de la Flore du Gard, Le laurier-rose (Nerium oleander) est une espèce d'arbustes de la famille des Apocynacées originaire de la rive sud de la mer Méditerranée. Il s'agit de la seule espèce du genre Nerium. Le Laurier rose est parfois appelé Oléandre et plus rarement Rosage, Nérion ou Lauraine. Le Laurier-rose (Nerium oleander) est une espèce d'arbustes ou de petits arbres de la famille des Apocynacées. Cette espèce est présente sur les deux rives de la Méditerranée mais de façon plus éparse sur la rive nord. Il s'agit de la seule espèce du genre Nerium. Cette plante est parfois appelée Oléandre ou Rosage, Nérion ou Lauraine. C'est un arbre ornemental répandu dans le pourtour méditerranéen, pratique car il est résistant à la sécheresse et à la taille. Le Laurier Rose forme des haies et des taillis dans les jardins, dans les parcs ou près des édifices publics. Le LaurierRose est un arbuste de 2 m à 4m de hauteur. Ses fleurs sont blanches, jaunes, orangées, rouges ou de diverses nuances de rose. Ses feuilles vert foncé sont allongées et persistantes. Les fleurs du laurier Rose sont simples, doubles ou triples et s'épanouissent, en été, de juin à octobre. Toutes les parties de la plante contiennent de l'oléandrine, un hétéroside cardiotoxique, dont l'ingestion est fatale à faible dose. Le Laurier Rose est une plante toxique dont toutes les parties sont très toxiques. Quelques feuilles peuvent tuer un adulte ou un enfant. L'intoxication est très résistante aux traitements et est sévère : troubles cardiaques graves, vomissements, douleurs abdominales, et mort par arrêt cardio-circulatoire. D'autres glycosides y sont également présents en petite quantité. Des extraits modifiés de la plante, en laboratoire, sont utilisés pour ses vertus anticancéreuses, dont le traitement des gliomes. Ils ont besoin d'une situation ensoleillée et chaude pour prospérer, dans un sol bien drainé et enrichi avec des apports d'engrais riche en potasse. Les lauriers-roses se multiplient assez facilement en prélevant des boutures herbacées en mars-avril, à faire raciner dans l'eau avant de les planter, dans une terre riche et légère. Le marcottage est réalisable sur les branches retombantes, à séparer du pied à 2 ans.


* LA MAURELLE :
Galmiche JMG MG
CC BY-SA 4.0

La Maurelle appelée aussi la Chrozophora tinctoria est une plante qui fait partie de la Flore du Gard, en région Occitanie, en France. La Maurelle, est un fleuron du patrimoine gallarguois depuis le Haut Moyen Age. Cette plante tinctoriale, connue depuis l’Antiquité, décrite par Théophraste, Pline l’Ancien et Dioscoride, pousse spontanément sur l’ensemble des pays du pourtour méditerranéen. Cette Euphorbiacée se développe de Juillet à Septembre sur des terrains sablonneux pauvres, peu entretenus. Ses particularités résident dans le fait que ses graines arrivent à maturité tout au long de sa vie ce qui rend la récolte des semences donc sa culture très délicate, voire impossible. Celle-ci fut tentée à petite échelle pendant quelques années, au milieu du XIXe siècle, alors que sa raréfaction avait commencé. Sa disparition intervint à cause de divers facteurs : une collecte incontrôlée par arrachage,empéchant toute reproduction, une profonde modification de la pratique agricole de la région par le remplacement des cultures de blé par celle de la vigne, et enfin le développement de l’industrie des colorants chimiques et particulièrement de la Mauvéine. Son exploitation cessa vers 1870 et la plante disparut totalement de notre environnement immédiat au début du XXe siècle. Elle fit sa réapparition, sans que l’on puisse expliquer ni pourquoi ni comment en 2007. Depuis, elle ne cesse de se répandre. Dès le Moyen Age on connaissait dans le monde méditerranéen la particularité de son suc qui de bleu lors de son extraction virait au rouge-violet sous l’effet d’un acide faible. Une teinture qui possédait une telle particularité fut aussitôt exploitée pour la réalisation de drapeauxNote 5 qui étaient de petites rondelles de tissu imprégnées de suc de Maurelle et mises à sécher, des dizaines de fois de suite, afin de réaliser de véritables comprimés de colorants qui pouvaient être conservés et servir ultérieurement aux peintres d’enluminures. En fonction de sa préparation on pouvait ainsi obtenir des formes rouge, bleue, violette voire rose, faciles à préparer et à conserver entre les pages de vieux livres d’où leur nom de folium. Cette technique persistera jusqu’à l’invention de la peinture à l’huile au xiiie siècle et disparaîtra des techniques usuelles de décoration des livres après l’invention de l’imprimerie. À partir de 1550 environ, la dimension des drapeaux, qui ne servent plus à enluminer, va augmenter pour former des rectangles d'un mètre de côté. Leur usage en sera totalement différent, en servant exclusivement à colorer la croûte d’un seul des fromages de Hollande : l’Edam, du XVIe au XIXe siècle.




Mise à jour le 19/04/2020

Marie51



Retour



www.mes-ballades.com12/07/2007-26/11/2021 - Tous Droits Réservés